Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com
http://www.canyon.fr/

Quand le BIM aide le patient à trouver son chemin à l'hôpital

(Par Geneviève DE LACOUR, à la Paris Healthcare Week)

Le cabinet belge d'architecture Assar architects a présenté le projet du CHU d'Anvers ayant décidé de mettre en oeuvre la maquette 7D sur l'ensemble de son patrimoine immobilier mais aussi de réfléchir au "wayfinding" des patients en s'appuyant sur la maquette numérique.

Le CHU d'Anvers (UZA en néerlandais), le plus petit des 7 établissements hospitaliers universitaires que compte la Belgique, construit en 1979, propose aujourd'hui 573 lits et emploie quelques 2.000 salariés.

Deux bâtiments ont été récemment construits à l'aide de la maquette numérique (BIM ou Building information modeling): le pôle mère-enfant et un hôtel de soins de 68 chambres pour les soins de suite. "Jusqu'à présent, [les services techniques de l'hôpital] disposaient d'une base de données à partir de plans 2D d'architecture>*", explique David Labeau, d'Assar architects.

Mais en 2015, le CHU a décidé que l'hôtel de soins serait entièrement conçu à l'aide du BIM pour l'architecture, la conception-réalisation, la structure, l'exécution. Les éléments de construction ont été imaginés grâce à la maquette numérique, les éléments ont été préfabriqués et l'ensemble assemblé très rapidement.

Les responsables de l'établissement ont ensuite décidé d'étendre le modèle BIM à l'ensemble des bâtiments grâce à l'encodage des informations.

L'importance du protocole BIM pour définir le modèle

Au final, quelques problèmes sont apparus. "Le CHU d'Anvers était incapable de gérer une maquette qui était beaucoup trop lourde pour l'exploitation", avoue Alexandra Dubuisson, BIM manager chez Assar. "Un scanning laser beaucoup plus rapide aurait permis de fournir des données plus précises que les plans de fin de chantier. Et puis, il faut nettoyer et ranger le modèle pour pouvoir l'utiliser", complète-t-elle.

"Il est très important que le maître d'ouvrage pose des exigences claires dès le début du projet. Les attentes entre la construction et l'exploitation sont très différentes", précise Alexandra Dubuisson. "Nos maquettes répondent à des maquettes de conception et de construction mais pas encore d'exploitation".

En 2017, le CHU d'Anvers réussit enfin à exploiter la maquette numérique pour sa maintenance, "même si ce n'est pas encore parfait", précise David Labeau, architecte chez Assar Architects.

L'accessibilité du patient ou "wayfinding"

Le wayfinding, concept anglo-saxon, définit la manière dont le patient trouve, de manière intuitive et sans se perdre, son chemin pour accéder à son rendez-vous avec le médecin ou pour un examen.

Pour de nombreux hôpitaux, ce cheminement à travers le dédale de couloirs de l'hôpital n'a rien d'évident. "Nous rencontrons de nombreux problèmes de lisibilité de nos bâtiments et nous aimerions simplifier le cheminement du patient par la signalétique", explique David Labeau.

Mais "nous sommes limités par les problématiques de malvoyance, de malentendants. Nous serions obligés de mettre en place des codes couleurs, une multitude de supports qui desservent cette lisibilité."

"Le gros avantage de maquette BIM, c'est qu'elle peut-être exploitée pour le patient", complète l'architecte belge. Grâce à une application sur smartphone, le patient pourra recevoir les données relatives au RV médical, données qui peuvent être mises à jour en temps réel, en fonction des travaux dans le bâtiment, du retard du médecin, du planning de l'établissement, etc. "Il s'agit d'une sorte de GPS pour l'hôpital renseigné en temps réel", explique-t-il.

"Nous en sommes encore à la phase de conception du système. Mais il s'agit bien d'une solution d'avenir pour le patient, en effet avec le modèle BIM, nous devrions pouvoir injecter toute la vie du bâtiment", conclut David Labeau.

BIM 3D, 4D, 5D, 6D, 7D...
Alors que la 3D et le BIM sont depuis peu devenus la norme des projets hospitaliers, on évoque désormais d'autres dimensions (4D, 5D, etc.). Le BIM 4D ajoute une donnée "temps" aux 3 dimensions géométriques. La 5D complète avec le coût. La définition de la 6D et de la 7D diffèrent selon les pays. Ainsi la 6D prendrait en compte les analyses énergétiques, l'aspect développement durable et la 7D prend en compte tous les aspects de la durée de vie du bâtiment et contient toutes les informations nécessaires pour sa maintenance.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions