Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com
http://www.canyon.fr/

Le nouveau CH de Lens, résolument tourné vers le développement durable

Le nouveau centre hospitalier (CH) de Lens, dont le permis de construire doit être déposé d'ici fin 2017, ambitionne de fonctionner avec 100% d'énergies renouvelables d'ici à 2050.

Le projet de reconstruction du centre hospitalier de Lens, d'un coût de 280 millions d'euros toutes dépenses confondues, a reçu en 2015 un avis positif du comité de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers (Copermo).

Il bénéficiera d'un accompagnement financier de l'Etat de 102 millions d'euros, comme annoncé par la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine.

Le bâtiment d'environ 72.000 m2 sera construit sur une zone de 200.000 m2, incluant également les parkings (2.000 places), les aménagements paysagers et les voiries. Les travaux débuteront en 2018 et la livraison est officiellement prévue pour 2020.

Avant le début des travaux, le site qui est un ancien champ de bataille de la guerre 1914-18 devra être dépollué. "L'établissement est actuellement dans sa seconde phase de diagnostic pyrotechnique. Obus, grenades et munitions datant de la première guerre mondiale sont potentiellement encore présents", a expliqué Julien Depret, chef de projet du nouvel hôpital, à TecHopital.

"Nous avons mis en place des procédures qui permettront de dépolluer les sols en même temps que l'enfouissement de la ligne haute tension. Le coût total de la dépollution est chiffré entre 350.000 et 500.000 euros car il faut encore affiner la cartographie de la pollution", complète-t-il.

"Un hôpital tourné vers la 3e révolution industrielle"

Empruntant l'expression de "Troisième révolution industrielle" à Jeremy Rifkin, les responsables du projet n'ont pas cherché la labellisation du nouvel établissement mais plutôt une démarche globale. "Nous souhaitons intégrer l'hôpital dans une ambition générale d'intégration dans son environnement."

Ce projet a été influencé par Jean-François Caron, maire EELV de Loos en Gohelle et ancien vice-président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, qui était en charge de la troisième révolution industrielle dans la région. "Il nous a permis de rencontrer le célèbre essayiste américain, Jeremy Rifkin, à qui nous avons présenté le projet et qui nous a félicités. La direction porte ce projet avec conviction", déclare Julien Depret.

100% d'énergies renouvelables d'ici à 2050

Dans ce projet, l'accent sera placé sur l'aspect énergétique, les énergies renouvelables devant dans un premier temps couvrir "plus de 40% des consommations" du nouvel hôpital, qui affiche un "objectif de 100% de couverture par énergies renouvelables en 2050".

Comment ? "Les choix du mix énergétique pour atteindre cet objectif n'ont pas encore été arrêtés. On a des pistes, on sait vers quoi on va tendre mais on ne sait pas encore en quelles proportions", explique Séverine Rousset, responsable des énergies au sein du GHT.

"Nous sommes sûrs d'opter pour la géothermie de faible profondeur dans la nappe de la craie, ce qui couvrira au minimum 30% de nos besoins avec un seul doublet de forage. Si nous arrivons à installer plusieurs doublets sans impacter la ressource, nous pourrions couvrir 100% de nos besoins", complète-t-elle. L'énergie géothermique servira au chauffage du bâtiment.

"Nous réfléchissons à l'idée de se connecter au réseau de chaleur urbain de Lens qui fonctionne grâce à la biomasse. Mais cette décision dépendra des capacités géothermiques déployées sur le site. Notre réflexion porte également sur l'installation d'une centrale de cogénération. Mais pour l'instant notre préférence va à la géothermie", affirme le responsable du projet.

Un bureau d'étude spécialisé en hydrogéologie mène actuellement des études du sous-sol. "Nous faisons réaliser une étude de suivi de nappe, des piézomètres ont été installés pour modéliser le sens d'écoulement de la nappe phréatique. De plus, nous avons fait appel à l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise d'énergie) pour nous aider à orienter les études, qu'elle finance d'ailleurs à hauteur de 50% du montant total. L'Ademe vérifie que les rendements sont les bons, elle valide les procédés", précise Julien Depret.

Les données hydrogéologiques collectées seront ensuite partagées avec les communes avoisinantes notamment avec la commune de Loos en Gohelle, sur laquelle le site est en partie implanté. " Cela va enrichir les connaissances du sous-sol et de son potentiel."

Autre point positif pour l'énergie du sous-sol, "l'hôpital étant un gros consommateur de froid, l'intérêt avec la géothermie c'est qu'elle permet de faire les deux: du chaud et du froid", complète la responsable énergies.

Panneaux photovoltaïques sur le toit, climatisation solaire également en toiture viendront compléter le mix énergétique.

Quant à la question de l'approvisionnement en électricité, "elle est un peu plus problématique", confirme Séverine Rousset. "Nous avions commencé à étudier l'emploi de la pile à combustible, une bonne solution pour le stockage d'énergie. Nous aurions aimé avoir un pilote sur le site. Mais cela nécessite un partenariat avec une université ou un centre de recherche, or un hôpital comme le nôtre n'a pas forcément les moyens humains pour accompagner ce genre de projet", affirme-t-elle.

"D'ici un ou deux mois, nous allons devoir trancher sur les techniques à mettre en oeuvre. On sera alors en mesure de se projeter sur un plan financier. L'idée étant au final de choisir trois énergies différentes", conclut le chef du projet.

Objectif zéro rejet d'eau

"Au niveau local, la réglementation nous impose le zéro rejet d'eau pluviale", explique Séverine Rousset.
Quant aux eaux usées, avoir sa propre station d'épuration, une roselière en l'occurrence, a un certain intérêt pour le nouvel hôpital. Outre le fait de pouvoir gérer ses eaux usées sur place, il permet de mener en partenariat une recherche sur les effluents médicamenteux. "A l'heure actuelle, il n'existe pas de station capable de traiter les rejets médicamenteux. Nous proposons de mettre en place une plateforme permettant aux chercheurs, aux universités de venir poser, en test, un traitement. Nous leur offrons gracieusement une partie de nos effluents", explique Julien Depret.

L'idée est d'installer un bypass (c'est-à-dire une canalisation permettant de détourner une arrivée d'eau pour court-circuiter la filtration) sur la station afin de permettre la récupération d'échantillons d'effluents. "Ces sujets sont en train d'émerger et nous souhaiterions participer à la recherche", déclare Julien Depret, avant d'ajouter: "Participer ainsi à la réflexion pour être dans les premiers à mettre en place une installation de traitement."

Un bâtiment bioclimatique

Etudes des vents et de l'ensoleillement, brise-soleil, orientation du bâtiment très travaillée, choix des fenêtres, dimension des vitrages, design des menuiseries garantissant une meilleure pénétration et diffusion de la lumière naturelle: autant d'options qui seront proposées par le maître d'oeuvre pour rendre ce bâtiment bioclimatique.

Le nouvel hôpital prévoit également d'employer des matériaux performants locaux et écologiques: isolant en laine de chanvre, faux plafonds en fibres de lin, isolant thermique et acoustique en fibres textiles recyclées ou pierre ponce locale, aux propriétés thermiques intéressantes.

Le CD2E, pôle d'excellence des éco-activités dans les Hauts-de-France, propose localement 30 à 40 isolants en démonstration dans leur théâtre des solutions, toutes issues de filières locales. Le CH de Lens a travaillé avec le CD2E sur ces différentes options.

Enfin, "nous développons, avec la direction des achats, une politique pour que les filières locales puissent s'organiser à l'amont. Il faudra préparer les filières de production et de distribution pour qu'elles soient prêtes quand on va lancer l'appel d'offres", conclut Julien Depret.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite

Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions