Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

40 hôpitaux s'équipent d'un vêtement connecté pour le diagnostic à distance de l'épilepsie

Droits: BioSerenity
Droits: BioSerenity

Une quarantaine d'hôpitaux en France utilisent la solution de diagnostic de l'épilepsie à distance développée par BioSerenity, associant un vêtement connecté porté par le patient pour réaliser des électro-encéphalogrammes (EEG) et une plateforme internet pour la télé-expertise des données.

"BioSerenity est une start-up incubée au sein de l'ICM depuis 2014, qui emploie plus de 60 personnes à présent, en France et à l'étranger, avec pour objectif le développement de vêtements intelligents et connectés", a indiqué son directeur général, Marc Frouin lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion des six ans de l'Institut du cerveau et de la moelle (ICM).

Après avoir obtenu le marquage CE en mai 2016 pour son Neuronaute*, la start-up a équipé plus de 40 hôpitaux "presque sans aucun effort commercial" et "plus de 2.500 actes de télé-interprétation" ont été réalisés par l'intermédiaire de la plateforme de télé-expertise, validée en 2016 par l'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France.

"On assure tous les EEG [électro-encéphalogrammes] de la Guadeloupe", a affirmé Marc Frouin.

Le dispositif Neuronaute*, un T-shirt et un casque munis de capteurs comme les autres vêtements intelligents et connectés que prévoit de développer BioSerenity, a pour objectif de "se libérer des contraintes de temps et d'espace", a indiqué Marion Benquet, chef de projet.

Dans l'épilepsie notamment, en cas de suspicion, une hospitalisation est nécessaire pour réaliser un EEG, à l'aide d'un appareil fixe, mais les enregistrements se font sur quelques jours alors que des périodes plus longues sont souvent nécessaires pour augmenter les chances d'enregistrer l'activité cérébrale lors d'une crise et affiner le diagnostic.

"Ce sont des tests lourds, coûteux. Les délais de rendez-vous sont longs, le patient doit aller jusqu'à l'hôpital et se libérer plusieurs jours. Le Neuronaute* permet de faire des enregistrements sur de plus longues périodes, dans l'environnement du patient, dans le cadre d'une hospitalisation à domicile", a expliqué Marion Benquet.

Traitement des données à distance

Les données enregistrées par les capteurs sont envoyées par Bluetooth sur une application smartphone du patient puis transmises à un cloud sécurisé que le médecin peut consulter à distance, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

"Ce dispositif permet de réduire les coûts d'hospitalisation, d'élargir l'accès au diagnostic et de poser un diagnostic de qualité plus rapidement."

Il est également possible d'utiliser le dispositif pour le suivi à distance des patients, notamment pour analyser les réactions à un traitement et adapter la posologie.

Avec l'accord du patient, les données peuvent être anonymisées pour alimenter une banque de données afin d'être analysées, avec notamment des chercheurs de l'ICM. Il s'agit notamment d'identifier des facteurs prédictifs de la survenue d'une crise pour développer un système d'alerte via l'application mobile lorsque les risques de crise augmentent.

Un procédé permettant de faire des économies

Interrogé par APMnews sur le coût du dispositif, Marc Frouin a indiqué que l'objectif est qu'il soit "au moins 10 fois moins cher qu'un équipement hospitalier, une salle EEG étant d'environ 30.000€ ". Rappelant que l'acte lui-même de diagnostic était déjà pris en charge, il a supposé qu'un remboursement de la partie textile est possible et estimé alors le coût "de 100 à 200 €, selon les cas".

BioSerenity a conclu des partenariats avec des industriels du textile, comme Innothera, pour améliorer la qualité du produit, réduire les coûts et commercialiser ses produits. Elle a implanté un centre de production au sein de l'Institut français du textile et de l'habillement à Troyes.

Le développement en Europe et aux Etats-Unis débute. "La prochaine étape est de devenir une vraie PME. Nous prévoyons de doubler notre chiffre d'affaires", a indiqué le directeur général.

D'autres vêtements pour les pathologies cardiaques et du sommeil

La société travaille déjà sur d'autres vêtements connectés, avec "un premier pilote de Cardionaute* prévu pour fin 2017 et une commercialisation début 2018, en partenariat avec Servier", a indiqué Nadia Arfaoui, chef de projet.

Comme pour le Neuronaute*, ce dispositif médical vise à réaliser un ECG sur plus d'une semaine si nécessaire, "avec 15 dérivations contre 12 pour les appareils à l'hôpital ou 5 pour les holters à domicile", et pourra transmettre les données à une plateforme.

BioSerenity a la possibilité de développer des vêtements avec des capteurs sur tout le corps, dans un but de diagnostic ou de recherche. Elle a signé en juin 2016 un partenariat R&D et industriel avec le laboratoire français Innothera afin de développer des dispositifs médicaux connectés dans l'angiologie et la gynécologie-obstétrique, rappelle-t-on.

Sur le site internet de BioSerenity figure également un projet de Somnonaute*, vêtement associant un bonnet, un tee-shirt et un pantalon pour réaliser une polysomnographie complète, c'est-à-dire à la fois un EEG, un électromyogramme, ainsi qu'un enregistrement du rythme respiratoire, de la saturation en oxygène, des mouvements.

Comme pour l'épilepsie, les délais d'attentes pour un rendez-vous dans un centre du sommeil sont longs et une nuit d'hospitalisation est nécessaire pour l'examen.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite

Les offres

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions