Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

Communication sans fil: le LiFi s'industrialise, quel intérêt pour l'hôpital ?

En annonçant la commercialisation du premier luminaire LiFi (Light Fidelity) industrialisé à destination des clients professionnels, Lucibel, spécialiste de l'éclairage LED, ouvre des perspectives d'expansion pour cette technologie d'accès à internet. Même si, à l'hôpital, reste le problème des coûts.

Dans un communiqué de mercredi, la société française Lucibel présente "la première solution LiFi industrialisée du marché", issue de son partenariat de co-développement avec l'entreprise écossaise PureLiFi.

Jusqu'à présent, le LiFi s'est répandu sous l'impulsion de start-up développant leur solution et l'installant au gré des commandes. Avec ce lancement, Lucibel propose une solution adaptée à de grands prescripteurs du bâtiment comme Nexity ou s'ouvre des marchés importants via des partenariats stratégiques comme celui conclu avec Schneider Electric (création d'une joint-venture Schneider Lucibel Managed Services - SLMS).

Le marché est tout juste en train de prendre ses marques. Les grands opérateurs industriels planchent tous sur l'intégration de la communication dans leurs produits LED (Thomson, Philips, Siemens...).

Mais au fait, c'est quoi le LiFi ?

Le LiFi est une technologie de communication sans fil basée sur la capacité de modulation des ampoules à LED (diodes électroluminescentes). Les LED peuvent en effet clignoter plus de 10 millions de fois par seconde. Des variations invisibles pour l'oeil humain mais qui permettent de coder et transporter de l'information par voie optique. Ce dispositif émet donc très peu d'ondes électromagnétiques.

Le concept de base consiste à équiper un luminaire à LED d'une connexion Ethernet, d'un modem et d'un récepteur et d'y associer un émetteur/récepteur branché en USB à l'ordinateur ou tout autre terminal, mobile ou non (voir illustration ci-dessous).

Le principe de fonctionnement du LiFi - Crédit Lucibel

Bientôt plus performant que le WiFi

En quelques années, les solutions proposées sont devenues de plus en plus performantes en termes de débit (elles devraient d'ici quelques années dépasser le WiFi) et les équipements se miniaturisent à grande vitesse.
A titre d'exemple, Lucibel annonce dans son communiqué que "les performances de cette connexion bidirectionnelle et à haut débit ont été multipliées par quatre depuis l'installation par Lucibel d'un premier prototype en juin 2015, pour atteindre désormais 42 Mbps symétrique. La réception des données émises par le luminaire se fait par une clé USB LiFi dont la taille a, quant à elle, été divisée par cinq."

Lucibel annonce aussi qu'elle vise le marché des particuliers à partir de 2019, quand sa technologie pourra être intégrée en série dans des téléphones ou autre outils électroniques. Devrait suivre ensuite le marché de l'internet des objets (IoT) dès l'année suivante.

Pourquoi cela intéresse-t-il les hôpitaux?

Les principaux avantages présentés par cette alternative à la communication par ondes radio, sont de trois ordres:

  • La sécurisation des données. La communication ne se fait que dans le cône de lumière envoyé par le luminaire. Le piratage à distance par les ondes n'est pas possible. Le LiFi constitue un réseau très local.
  • L'absence d'ondes électromagnétiques, pour tous les lieux où ces ondes sont proscrites pour des raisons de santé ou de sécurité. Dans les hôpitaux, cela concerne les services accueillant des nouveau-nés, ceux où les communications WiFi exposent les salariés de manière trop importante (rappelons que la réglementation change au 1er janvier 2017 et devient plus sévère), les zones où il peut y avoir des perturbations avec des équipements biomédicaux voire les zones où il y a des risques d'explosion (zones Atex).
  • La possibilité d'accueillir de très nombreuses personnes connectées en même temps sans problème de saturation de la bande passante.

Reste le principal frein, le coût. La solution Lucibel est annoncée pour le moment au prix de 2.300 euros pour un luminaire et une clé USB. Si d'autres produits pourraient s'avérer plus compétitifs en termes de prix, il reste un coût caché: celui de la mise en oeuvre dans un bâtiment n'ayant pas été conçu en pensant à cette nouvelle technologie.

Retour d'expérience du CH de Perpignan

C'est d'ailleurs la principale raison qui a empêché le centre hospitalier de Perpignan d'étendre son expérimentation.

En début d'année, cet établissement faisait la Une des journaux car il était le premier hôpital à tester le LiFi. "Nous avons initié la démarche en 2014 et la fin des premières installations s'est faite en 2015. Au final, ce sont les urgences et les urgences pédiatriques qui sont couvertes par ce système. Mais nous n'avons pas pu étendre la démarche à d'autres services pour des raisons budgétaires", explique Vincent Templier, directeur des systèmes d'information (DSI) de l'hôpital.

"Nous avons eu la chance de profiter d'un partenariat avec Oledcomm pour notre installation. Nous leur avons servi de test grandeur nature, si bien que nous n'avons pas payé le matériel".

En effet, le coût d'installation du LiFi peut vite grimper. "Non pas que le coût du matériel soit si énorme, mais c'est surtout la mise en oeuvre qui fait gonfler la facture. Car il faut connecter chaque spot au réseau. Des centaines de câbles à tirer dans les murs et les plafonds. Là où avec le WiFi vous n'avez qu'à en tirer un seul pour couvrir 500 m2", précise-t-il. En outre, ajoute le DSI, "il faut aussi être vigilant lors du choix du spectre lumineux et réussir à trouver la bonne mesure entre la lumière désirée dans le service et la bande passante qui restera disponible. Sans compter que dans certains services, le soir, on baisse les lumières et donc on diminue la connexion."

Pourtant, les résultats en matière de mesure d'ondes électromagnétiques sont au rendez-vous: "Dans la zone couverte par le LiFi, on mesure 269 millivolts par mètre d'ondes électromagnétiques, ce qui est largement en dessous des recommandations de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) qui sont à 600mV/m. Dans la partie Wi-Fi, nous sommes à 3V/m. Le LiFi présente, d'un point de vue sanitaire, une vraie plus-value. Pas forcément pour les patients qui ne sont que de passage, mais surtout pour le personnel qui est là 12 heures par jour et qui est parfois exposé à 10 fois la dose maximale prescrite par l'OMS. Même si, à Perpignan, nous avons essayé de mettre le plus de postes fixes possible pour éviter le WiFi utilisé sur les chariots mobiles, il reste encore des cas où nous n'avons pas trouvé d'alternatives."

"La solution technique est fiable et opérationnelle et nous avons fait une présentation aux DSI de la région pour partager notre expérience mais aujourd'hui, en l'état actuel des budgets, cette option n'est raisonnablement envisageable que sur des bâtiments neufs où la conception a prévu le câblage des luminaires au réseau de communication", conclut Vincent Templier.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda