TecHopital.com

 

20/09/2016
Envoyer un email Imprimer

Ingénieurs hospitaliers: "PPCR et GHT impliquent de revoir le statut" (SMPS)

Jean-Marc Novak, vice-président du SMPS, en charge des ingénieurs et cadres techniques
Jean-Marc Novak, vice-président du SMPS, en charge des ingénieurs et cadres techniques

"Avec l'avènement de l'accord PPCR et l'arrivée des GHT, le moment est venu de revoir le statut et de l'aligner sur les autres fonctions publiques et sur l'évolution des directeurs hospitaliers", a indiqué à TecHopital, Jean-Marc Novak, vice-président du syndicat des manageurs publics de la santé (SMPS), interrogé à l'occasion de la journée d'échange organisée vendredi par son syndicat.

Depuis plusieurs années maintenant, le SMPS travaille à la revalorisation du statut des ingénieurs hospitaliers et des cadres techniques en général. La mise en place de l'accord sur les parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR) et l'arrivée des groupements hospitaliers de territoire "ont rendu urgentes les évolutions du statut des ingénieurs", explique Jean-Marc Novak, vice-président en charge des catégories ingénieurs et cadres techniques au SMPS.

"Sans cela, la mise en route opérationnelle des GHT risque d'être entravée", affirme-t-il.

"Aujourd'hui, nos revendications sont reconnues comme légitimes, nous sommes en attente de ce que va nous proposer l'administration dans les semaines à venir. Mais le dossier avance", poursuit-il.


Un manque d'attractivité "alarmant"


Le premier risque identifié par le SMPS est celui d'un manque d'attractivité du statut qui conduit à un appel massif aux contractuels.

"Or, pour les établissements, cela coûte plus cher en temps - ils sont obligés de gérer des contrats et des paies personnalisés - et en argent - les salaires des contractuels sont souvent plus élevés que leurs homologues fon

Pour accéder à la suite de l’article, vous pouvez :
  • Soit vous inscrire sur notre site ou vous identifier si vous êtes déjà inscrit
    Pour vous inscrire, cliquer ici.
    Pour vous identifier, cliquer ici .
  • Soit accepter les cookies de performance et de suivi. Ceux-ci nous permettent d’établir des statistiques que nous partageons de manière anonyme avec nos annonceurs. C’est en effet grâce à la publicité, que ce site est financé et que les articles rédigés par nos journalistes sont mis à votre disposition gratuitement.
    Pour modifier les paramètres de vos cookies, cliquer ici.

Il y a un commentaire sur cette publication

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Rédigé par: b.percot@ch-compiegnenoyon.fr  le 15/12/2016 à 12:01
|
outre les arguments sur l'application du PPCR, l'évolution de carrière, la reconnaissance....cela n'est pas critiquable. par contre mettre en perspective la création des GHT pour assoir les revendications catégorielles, est pour le moins critiquable !! en effet le statut juridique des établissement ne sera pas modifié avec les GHT, alors même si un ingénieur, un attaché mutualise l'ensemble de son activité avec les établissements satellites du GHT, la revendication est plutôt sur les conditions de travail. maintenant dire que cela risque d'ouvrir les vannes pour les contractuels!! attention il y a bien plus que 59% des ingénieurs sous contrat, ils n'ont pas attendu, ni les GHT, ni le PPCR.
que dis le SMPS sur les AAH sans régime indemnitaire, avec des salaires qui sont deux à trois fois inférieur aux ingénieurs !! ce sont l'ensemble des grilles de type parodies qu'ils faut revoir... sans cet acte point de salut pour la fonction publique.
Agenda