Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Matériel médical : l'obsolescence aussi risque de coûter cher

PARIS, 8 août (Direct Hôpital) – Le remplacement des équipements d'imagerie diagnostique obsolètes va coûter plus de 440 millions d'euros aux hôpitaux français sur la période 2013-2015. Les conserver plus longtemps ne fera qu'augmenter les frais de fonctionnement fait valoir une étude d'une société de crédit-bail.

Les organismes de santé français devront débourser 443 millions d'euros d'ici deux ans pour simplement remplacer  leurs appareils diagnostics âgés de plus de dix ans, selon une enquête de Siemens Financial Services (SFS), société spécialisée dans le crédit-bail. Elle s'est basée sur des données privées, d'autres fournies par des tiers sur les prévisions du marché et sur des études officielles sur les équipements d'imagerie diagnostique.
 
Ce niveau d'investissement pour les établissements français arrive loin derrière celui estimé pour le marché allemand (1,65 milliard d'euros), mais devant celui pour l'Espagne (436 millions d'euros) et le Royaume-Uni (349 millions).
 
Surtout, ce chiffre ne prend en compte que les appareils dont le replacement deviendra urgent. Le Cocir (Comité européen de coordination de l'industrie radiologique et électromédicale), groupement de sociétés productrices d'appareils médicaux, estime en effet que les équipements de plus de dix ans sont obsolètes et doivent être remplacés.
 
Selon cet organisme, les appareils de moins de cinq ans représentent l'état actuel de la technologie et "offrent des possibilités de mises à jour économiquement intéressantes" et les appareils de cinq à dix ans peuvent sont toujours aptes au service, mais leur utilisation doit s'accompagner d'une réflexion sur leur remplacement.
 
Un système de soin optimal doit comporter 60% de matériel de moins de 5 ans, 30% de 5 à 10 ans et 10% maximum d'appareils de plus de 10 ans, préconise le Cocir.
 
"Un équipement médical à la pointe du progrès joue un rôle capital dans l’amélioration des soins de santé", explique Thierry Fautré, Président de SFS France. "Les dernières technologies d'imagerie diagnostique permettent un diagnostic précoce pour une prise en charge plus rapide des patients conduisant à une réduction des coûts et des durées d’hospitalisation", ajoute-t-il.
 
Une étude menée par Nadeem Esmail, du think-tank canadien Fraser Institute, rappelle que l'âge du matériel est important car il détermine la qualité du service. "Ne pas investir dans l'équipement médical entraîne des coûts considérables, notamment un temps d'attente plus long, une moins bonne utilisation des ressources médicales et une plus mauvaise expérience patient", explique le chercheur.
 
Il souligne que le taux de panne des équipements plus âgés peut affecter la continuité des soins et perturber le fonctionnement des services. Il peut aussi être difficile d'obtenir des pièces de rechange pour des appareils plus vieux. Même lorsqu'il fonctionne, "leur coût de fonctionnement est plus important", assure le rapport de SFS.
 
Au niveau médical, les appareils plus récents permettent un diagnostic plus précis et utilisent des techniques en général moins invasives pour le patient, souligne-t-il.
 
"En cette période d'extrêmes pressions budgétaires, l'emploi de techniques de financement d'actifs telles que le crédit-bail et la location permet de faciliter le remplacement d'équipement", fait valoir Thierry Fautré.
 
Pour en savoir plus sur ces techniques de financement : Equipements médicaux : la location préférée à l'achat
 
/mb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda