Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Pour faire des économies, le CHU de Poitiers traque les fuites d'eau mais pas que...

Fuite d'eau
Fuite d'eau

Le CHU de Poitiers a décidé de s'engager dans la performance énergétique en mettant en place un plan d'actions lui permettant d'économiser 300.000 euros, a expliqué Frédéric Marchal, directeur des constructions et du patrimoine au CHU de Poitiers, lors des journées Hopitech, organisées du 4 au 6 octobre à Poitiers.

Les dépenses énergétiques coûtent cher puisqu'elles représentent 1,5% du budget de fonctionnement des hôpitaux. Et, de plus en plus cher puisque, depuis 10 ans, les coûts des énergies et des taxes associées ont augmenté de 16%. A eux seuls, les établissements de santé concentrent 12% des consommations d'énergie du parc tertiaire français.

Ainsi, dans une Ă©tude comparative de 2016 portant sur 15 CHU en mĂ©tropole, la dĂ©pense d'Ă©nergie varie du simple au double. Bon Ă©lève, le CHU de Poitiers affiche une dĂ©pense au m² de 15,1 € contre 32,22 € par m² au CHU d'Amiens. En moyenne, les dĂ©penses Ă©nergĂ©tiques (hors blanchisserie et cuisine) sont de 22,29 € du m².

Pour améliorer ses performances énergétiques, le CHU de Poitiers a décidé d'adopter un système de management de l'énergie et a obtenu la certification ISO 50.001.

"Les Ă©tablissements engagĂ©s dans une dĂ©marche d'efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique arrivent Ă  un coĂ»t autour de 15 € ", a indiquĂ© FrĂ©dĂ©ric Marchal, directeur des constructions et du patrimoine au CHU de Poitiers lors des journĂ©es Hopitech 2017. "Notre motivation est de rendre de l'argent Ă  la fin de l'annĂ©e Ă  nos directeurs gĂ©nĂ©raux".

"Si des établissements veulent s'engager dans la démarche ISO 50.001 et savoir ce qu'il faut faire pour aller vite et pour éviter les écueils, nous avons écrit un guide méthodologique".

Le directeur du patrimoine et son ingénieur animent en effet le groupe sur la performance énergétique de la conférence des directeurs généraux des CHU de France en menant un travail collaboratif avec 9 établissements: Amiens, Angers, Bordeaux, Dijon, Grenoble, Lyon, Montpellier Nantes, Poitiers, Rouen, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulouse, Tours et l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP).

Pour devenir le CHU français le plus vertueux en matière d'énergie et réussir à réduire ses dépenses, le CHU de Poitiers a mis en place un plan d'actions qui "a nécessité 24 mois ". Il a fallu installer un système de compteurs télérelevés (12 mois) et mettre en place un groupe d'experts du pilotage énergétique (encore 12 mois).

"On agit à la fois sur les volumes de consommation mais également sur l'optimisation de l'achat de ces énergies", a complété Frédéric Marchal.

"Chasse au gaspi" d'eau

En 2014, le CHU de Poitiers consommait 300.000 m3 d'eau par an et s'acquittait d'une facture de 800.000 €. En 2015, l'Ă©tablissement installe un système de surveillance en continu des rĂ©seaux d'eau pour faire la chasse aux fuites d'eau.

Ainsi 180 compteurs ont été installés "selon une maille stratégique": 60 pour l'électricité, 30 pour l'eau, 15 pour le gaz, 50 pour les calories et 25 pour les frigories. "Il ne faut pas aller dans l'excès", a fait remarquer le directeur.

Mis en réseau par un équipement de télérelève, le dispositif permet d'identifier "les hémorragies énergétiques", particulièrement quand les consommations sont supposées être nulles (la nuit, les week-ends).

Au CHU de Poitiers, 80.000 € ont Ă©tĂ© investis pour l'installation des compteurs et de la tĂ©lĂ©relève, soit l'Ă©quivalent de 100 € par lit. Le CHU a Ă©galement fait appel Ă  une entreprise de surveillance, spĂ©cialisĂ©e dans l'Ă©coute des rĂ©seaux d'eau enterrĂ©s, par ultrasons ou en injectant un gaz permettant de localiser très prĂ©cisĂ©ment la fuite.

"Trois grosses fuites d'eau ont été localisées". L'une d'elles particulièrement importante a été repérée au niveau des urgences. Un comparatif des consommations enregistrées la nuit et le week-end a permis de révéler une consommation 10 fois supérieure à la normale pour un bâtiment de cette taille.

L'étude de terrain a permis de révéler une installation mal sécurisée d'une électrovanne qui faisait passer l'eau dans des cuves passantes, donc inutilisées.

Au total, l'Ă©conomie rĂ©alisĂ©e grâce Ă  ces dispositifs de comptage est estimĂ©e Ă  200.000 €. "Les retours sur investissement sont très rapides, de l'ordre de un an jusqu'Ă  3 ans. On engendre des non-dĂ©penses Ă©normes".

Production d'eau glacée

Autre levier d'action, la production d'eau glacée centralisée a permis à l'établissement de faire d'importantes économies.

Constatant que la climatisation reprĂ©sente 30% de la consommation Ă©lectrique du site de la MilĂ©trie, soit l'Ă©quivalent en 2014 Ă  27 millions de kWh consommĂ©s et près de 2,3 millions € dĂ©pensĂ©s, le CHU a dĂ©cidĂ© d'installer au 2e sous-sol de l'hĂ´pital Jean-Bernard, une unitĂ© centralisĂ©e de production d'eau glacĂ©e.

Cette unité permet de rafraîchir les zones techniques de la tour et ses satellites. Elle est composée de groupes froids branchés en cascade et reliés aux différents bâtiments par des tuyaux.

La centrale de traitement récupère une eau à 6°C puis la refroidit avant que les tuyaux ne la diffusent, sous forme d'air soufflé, dans les locaux ou certains équipements de climatisation positionnés au plafond. L'eau est ensuite recyclée, elle revient vers son point de départ à 9°C avant d'être à nouveau refroidie.

Cette unitĂ© a nĂ©cessitĂ© un investissement de 80.000 €. Les Ă©conomies d'Ă©nergie gĂ©nĂ©rĂ©es sont de 100.000 € par an et le retour sur investissement est de 1 an.

Enfin, en ce qui concerne la cogénération, "on avait un point de réinjection sur la chaufferie qui était mal positionné. Du coup, on a modifié nos réseaux hydrauliques et on a réinjecté au bon endroit et ainsi nous avons dégagé des gains très sensibles".

La particularitĂ© du CHU de Poitiers, "c'est que la cogĂ©nĂ©ration rĂ©injecte l'Ă©lectricitĂ© sur le rĂ©seau du site et pas sur le rĂ©seau ERDF. On Ă©conomise ainsi 300.000 €", a conclu le directeur du patrimoine.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous Ă  la newsletter gratuite

Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement Ă  TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRĂ©agissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez Ă  traiter et Ă  transmettre vos informations personnelles conformĂ©ment aux termes de la loi.  (Notice lĂ©gale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions