Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.parishealthcareweek.com/visiter/obtenez-badge-visiteur/?utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_campaign=TECHOPITAL
http://www.canyon.fr/

Sécurité des patients: la sensibilisation dure toute l'année à l'hôpital privé Clairval

PARIS, 26 novembre 2014 (Direct Hôpital) – L'hôpital privé Clairval (Générale de santé), à Marseille, a mis en place des mesures de sensibilisation qui durent toute l'année et sont mises en avant lors de la Semaine de la sécurité des patients.

Née il y a quatre ans, la Semaine de la sécurité des patients est une opération de sensibilisation auprès des professionnels de santé et des usagers. Plus de 2.000 professionnels et structures de santé y ont participé en 2013.
 
L'édition 2014 –qui se déroule du 24 au 28 novembre– a pour thème la coordination des professionnels de santé pour la sécurité des patients en ville, à l’hôpital et en médico-social. Le ministère de la santé à proposé aux participants de décliner ce thème en trois sous-thèmes:
- médicaments : ayons les bons réflexes
- accompagnons les traitements (exemple de la chimiothérapie par voie orale)
- partageons l’information (exemple de la lettre de liaison).
 
L'hôpital privé Clairval, à Marseille, participe à l'opération depuis sa première édition. Toute la semaine, des stands sont mis en place dans le hall d'accueil et des ateliers sont organisés. Ils portent sur les médicaments, l'accompagnement des traitements, la réflexologie et sophrologie et l'hygiène des mains.
 
Ce dernier thème est "essentiel", explique le Dr Christine Vescovali, présidente du Comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) de l'établissement. "C'est le début de la chaîne de prévention des infections acquises à l'hôpital."
 
Toute la semaine, des agents rappelleront aux patients, aux ambulanciers et aux agents comment bien se laver les mains.
 
L'établissement a la particularité de disposer d'une machine ludique de formation, qui utilise les rayons ultra-violets pour valider ou non la technique de lavage utilisée.
 
Concrètement, les patients ou agents sont invités à se frotter les mains avec une solution hydroalcoolique phosphorescente, puis à les glisser dans la machine. "On peut ensuite détecter, grâce aux rayons UV, s'il y a des zones d'ombres, c'est-à-dire des endroits où la friction n'a pas été réalisée", explique le Dr Vescovali.  Les pouces, les paumes des mains et les commissures des doigts sont fréquemment "oubliés".
 
Cette machine se promène dans les services, dans la mesure où "il faut faire des rappels en permanence", souligne la présidente du Clin. Elle insiste sur le fait que la Semaine de la sécurité des patients est "un moment où on parle aux patients de choses que l'on pratique tout le reste de l'année". 
 
L'hôpital a aussi mis en place une "chambre des erreurs", à l'image de nombreux établissements, comme le centre hospitalier de Saint-Brieuc, celui de Martigues ou la clinique du Bon-Secours, à Chartres. Ce dispositif, sur lequel Direct Hôpital avait mis l'accent en janvier (lire La "Chambre des erreurs", un Cluedo médical autour de la vigilance) consiste à reconstituer une chambre de patient où les professionnels doivent retrouver des erreurs placées volontairement.
 
A Marseille, l'engouement pour ce dispositif est "exceptionnel", se félicite le Dr Vescovali. "Entre 13h30 et 15h30 lundi, nous avons vu passer une vingtaine d'infirmiers, alors que nous n'avons pas grand monde quand nous faisons des 'flashs info hygiène', à des horaires pourtant plus calmes", note-t-elle.
 
Elle salue aussi les résultats obtenus par les agents. "Nous sommes surpris, car nous avions glissé des erreurs compliquées que pas mal de personnes ont trouvées." Preuve, selon elle, que le personnel se préoccupe bien des questions d'hygiène.
 
Le Clin organise tout au long de l'année des formations hygiène ainsi que des audits, précise-t-elle. Ces derniers sont parfois "mal vécus par les personnels, qui pensent qu'on va les punir", mais servent à améliorer les procédures en identifiant les problèmes. Des questionnaires d'auto-évaluation anonymes permettent aussi de relever les problèmes rencontrés.
 
Enfin, des "flash info hygiènes" sont régulièrement organisés. Il s'agit de petites séances, de 8h à 8h30, sur une thématique précise: Ebola, la réfection d'un pansement post-opératoire, la pose d'une voie veineuse périphérique, etc. 
 
L'hôpital privé a aussi fortement mis l'accent sur la gestion de l'isolement, avec des précautions complémentaires d'hygiène et un cahier de gestion conséquent.
 
mb/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions