Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Transport du matériel médical : des robots pour remplacer les coursiers

PARIS, 11 juin 2014 (Direct Hôpital) – Le CHU de Nantes a acquis deux robots pour transporter les endoscopes de leur centre de traitement aux services utilisateurs, en remplacement de coursiers humains. Le centre hospitalier de Beauvais avait été le premier hôpital européen à utiliser ce robot, pour le transport des produits de cancérologie.

Le personnel les a baptisés "Betty" et "Daisy" pour les humaniser, mais c'est bien deux robots que le CHU de Nantes a acquis en octobre 2013. Depuis janvier, après une phase d'essai, ils/elles transportent les endoscopes stérilisés depuis leur centre de traitement (Cetres) vers la réanimation médicale. Au retour, elles rapportent le matériel usagé.
 
L'ouverture du Cetres, en mars 2013, a permis au CHU de gagner en efficacité en centralisant la stérilisation des endoscopes, "mais cela a créé de l'éloignement avec les services", explique Tony Perlemoine, du service logistique. A titre d'exemple, un coursier fait le trajet quatre fois par jour, à horaire fixe, entre le Cetres et les blocs opératoires pour apporter les endoscopes.
 
"Avec un robot, on peut envoyer les endoscopes à tout moment de la journée, ce qui nous fait gagner en souplesse", ajoute-t-il.
 
Le système fonctionne à la demande. Lorsque le service de réanimation médicale a besoin d'endoscopes, il envoie sa demande au Cetres, qui les charge dans les tiroirs du robot. Celui-ci se rend ensuite tout seul dans le service, et fait sonner un téléphone quand il est arrivé. Il suffit alors au demandeur de récupérer le matériel, et éventuellement de le remplacer par du matériel usagé, avant de renvoyer le robot au Cetres.
 
"Les robots sont complètement autonomes et n'ont pas de filo-guidage", souligne Tony Perlemoine. Ils ont été programmés pour reconnaître le chemin entre le Cetres et le service de réanimation, peuvent contourner les obstacles et prendre les ascenseurs. Les deux robots peuvent aussi être immobilisés à l’aide d'un bouton "arrêt d’urgence" et être déplacés comme un chariot.
 
Après un premier bilan "très satisfaisant" auprès de la réanimation médicale, Daisy et Betty vont être programmées ce mois-ci pour desservir aussi les blocs opératoires. Dans les prochaines semaines, elles pourront aussi fonctionner en même temps, sur des trajets différents. Actuellement, elles roulent à tour de rôle.
 
Pour l'instant, elles ne fonctionnent que sur une seule destination à la fois : du Cetres au service demandeur, et vice-versa. D'ici la fin de l'année, le CHU et son prestataire (Vecna, le constructeur, a signé un partenariat avec le spécialiste de l'automotion ARX) vont les programmer pour qu'elles puissent desservir plusieurs services sur un même trajet.
 
En fin d'année, les robots seront aussi utilisés pour transporter du matériel médical de la pharmacotechnie au service de cancérologie. Cette utilisation a déjà été testée au CH de Beauvais, qui a été le premier hôpital européen à installer cet appareil, en janvier 2012, pour le transport des doses de chimiothérapie. Le retour sur investissement de "Diane" avait été estimé entre 18 et 24 mois.
 
L'investissement pour le CHU de Nantes a été de 30.000 euros par appareil, auxquels s'ajoutent des frais de location sur trois ans. "Cela ne représente même pas le coût d'un coursier, qui est un poste sans valeur ajoutée pour l'hôpital", note Tony Perlemoine.
 
Le déploiement des deux robots dans les services de l'Hôtel-Dieu de Nantes est aussi un "test grandeur-nature", en vue d'une possible généralisation du système dans le cadre du chantier de l'hôpital de l'île de Nantes. /mb
 

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions