TecHopital.com

 

Un revêtement en dioxyde de titane pas assez efficace contre les bactéries à l'hôpital

La mise en place d'un revêtement en dioxyde de titane sur les surfaces d'une unité de soins intensif s'est révélée sans effet sur le risque de colonisation microbienne, selon une étude parue dans le Journal of Hospital Infection.

Les infections nosocomiales touchent 5,7% des patients hospitalisés en Europe et cette proportion monte à 19,5% en unité de soins intensifs, rappellent Ben de Jong, du Gelderse Vallei Hospital à Ede (Pays-Bas) et ses collègues.

Le dioxyde de titane est un nanomatériau qui, activé par les UV, permet la dégradation des substances organiques, ce qui en fait un produit autonettoyant.

L'équipe néerlandaise a évalué son intérêt en milieu hospitalier en mesurant la colonisation microbienne des surfaces d'une unité de soins intensifs, avant et après le recouvrement des surfaces par du dioxyde de titane à l'aide d'un spray à haute pression.

Ce revêtement n'a pas eu d'effet statistiquement significatif sur le nombre total d'unités formant colonie (UFC) moyen par salle (187 UFC pré-intervention, 276 UFC post-intervention) lorsque l'analyse tient compte des variables influençant la colonisation (semaine, surfaces de culture, chambre).

En revanche, un effet collatéral a été de décolorer le mobilier et les matériels, mais aussi les murs qui ont dû être repeints.

Pour expliquer l'absence d'efficacité observée, les auteurs pointent l'éclairage utilis

Pour accéder à la suite de l’article, vous pouvez :
  • Soit vous inscrire sur notre site ou vous identifier si vous êtes déjà inscrit
    Pour vous inscrire, cliquer ici.
    Pour vous identifier, cliquer ici .
  • Soit accepter les cookies de performance et de suivi. Ceux-ci nous permettent d’établir des statistiques que nous partageons de manière anonyme avec nos annonceurs. C’est en effet grâce à la publicité, que ce site est financé et que les articles rédigés par nos journalistes sont mis à votre disposition gratuitement.
    Pour modifier les paramètres de vos cookies, cliquer ici.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Agenda