Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Au CH de Chalon-sur-Saône, une solution de report d'alarmes médicales dans les unités Covid-19

Crédit: Ascom
Crédit: Ascom

PARIS, 14 mai 2020 (TecHopital) - La société Ascom, qui a développé une technologie de report des alarmes vitales des chambres de réanimation temporaires, a installé au CH de Chalon-sur-Saône ce système permettant d'informer en temps réel les soignants et de limiter les entrées dans les chambres des patients Covid-19.

Dans une unité Covid-19, où les appareils de monitoring et les thérapies ventilatoires génèrent beaucoup d'alarmes, les soignants sont sursollicités. "Entre les alarmes techniques, les alarmes secondaires et les alarmes vitales, il existe 3 niveaux d'alarmes que l'on traite différemment dans le service en fonction du protocole", a expliqué à TecHopital Alexandre Benoist, ingénieur clinique au centre hospitalier (CH) de Chalon-sur-Saône.

En fonction de leur importance, "on va inhiber certaines alarmes (notamment les alarmes techniques) et on va majorer d'autres alarmes pour avoir une réponse de l'équipe entière et non d'un seul soignant", a-t-il précisé.

Crédit: Ascom
Basée sur la technologie Digistat*, le système SmartCentral d'Ascom permet de gérer le report d'alarmes biomédicales liées aux équipements de monitoring, ventilation, perfusion, oxygénation par membrane extracorporelle (Ecmo) ou dialyse et de suivre l'évolution des constantes vitales "depuis de grands écrans de report interactifs et depuis des SmartPager médicaux", précise le communiqué d'Ascom.

Une solution technologique mais aussi une solution qui permet d'aboutir à un "soignant augmenté", a souligné Stéphane Kirche, directeur de l'innovation et de l'ingénierie biomédicale de territoire à l'hôpital de Chalon-sur-Saône.

"Grâce à cette technologie, nous avons pu passer de 16 à 32 lits de réanimation en 3 jours", a expliqué le directeur de l'innovation, avant d'ajouter: "Travaillant avec des industriels pour améliorer les dispositifs médicaux et faisant de l'accompagnement à la transformation des organisations", cette technologie répond à ces deux enjeux.

En effet, ce système a pour objectif de transmettre "une information structurée, pertinente au bon moment et au bon endroit afin de diminuer la charge de travail des soignants". Son avantage est de pouvoir externaliser les données mais aussi les alarmes. "Si l'externalisation des données existe, l'externalisation des alarmes est innovante", a complété le directeur de l'innovation.

D'autre part, le système SmartCentral permet de réduire le nombre d'alarmes et ainsi la sursollicitation du personnel médical et paramédical en cette période d'épidémie. Les soignants ont par ailleurs constaté que lorsqu''il y a trop d'alarmes au lit du patient, ces derniers développent des syndromes post-traumatiques après leur passage à l'hôpital.

Le patient entend moins d'alarmes avec une réduction de 60% du volume des alarmes générées. Cependant externaliser l'ensemble des sons d'une chambre demeure inimaginable.

Vers une réanimation apaisée

Le CH de Chalon-sur-Saône a ouvert 3 unités Covid-19 de 8 lits dans lesquelles le patient est dépendant d'un ventilateur, du monitorage (pour la fréquence cardiaque, la pression artérielle, la saturation, etc.) mais aussi d'une pompe à nutrition, d'une pompe pour les différents traitements, etc. "Autour d'un patient Covid-19, sont disposés en moyenne 7 pousse-seringues. Sa chambre étant maintenue en pression négative, il faut donc limiter les allers et venues", a détaillé Alexandre Benoist.

L'objectif de la technologie d'Ascom est d'améliorer le confort et la sécurité du patient ainsi que les conditions de travail des soignants. Dans un environnement où le patient est isolé dans une chambre, la solution permet d'externaliser les données, pour suivre de façon détaillée ses constantes vitales sans rentrer en chambre. Ainsi les risques de contamination des soignants et des patients sont limités, de même que la consommation des équipements de protection individuelle (EPI), potentiellement manquants.

"La solution permet de tendre vers une réanimation apaisée au niveau du bruit. Les soignants ne reçoivent plus qu'un cinquième des alarmes du service. On gagne en qualité et en sécurité puisqu'on peut savoir ce qui se passe à l'intérieur de la chambre, sans avoir à pénétrer dans la chambre. Cette solution permet de faciliter l'environnement de travail du soignant", a souligné Olivier Camuset, ingénieur commercial chez Ascom.

A noter qu'un système d'évaluation de l'alarme a également été mis en place à Chalon-sur-Saône afin d'améliorer les pratiques professionnelles.

"En parallèle de l'externalisation des données, celle des alarmes permet de transmettre quasi-instantanément les informations aux soignants où qu'ils soient dans le service, leur permettant de hiérarchiser leurs actions", complète Olivier Camuset.

La solution déjà déployée au CH d'Argenteuil, à l'Institut Paoli-Calmette à Marseille, au CHU de Toulouse, dans des unités Covid-19, est souvent choisie pour les services de néonatologie afin de réduire la pollution visuelle et sonore générée par les alarmes et qui affectent les bébés.

L'installation du système à Chalon-sur-Saône répond à un projet d'établissement qui s'élève à "plusieurs centaines de milliers d'euros", a indiqué Stéphane Kirche. "Il sera prochainement déployé dans notre service de néonatologie", a-t-il conclu.

gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions