Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

Au CHU de Caen, le plan de mobilité a été réactualisé pour répondre à un déficit de stationnement

Crédit: Shutterstock
Crédit: Shutterstock

PARIS, 14 avril 2021 (TecHopital) - Dans le cadre de ses travaux, le CHU de Caen a décidé de réactualiser son plan de mobilité réalisé en 2017 afin d'estimer les futurs besoins de stationnement mais aussi d'inciter les agents à opter pour des modes de transport alternatifs, ont expliqué Morgan Lefrançois du CHU de Caen et Alain Blanc du cabinet Axurban lors des journées IHF.

"Plutôt que de chercher à satisfaire les besoins sans cesse croissants de stationnement, le CHU de Caen a opté pour une politique de réduction de l'utilisation de la voiture individuelle", a fait savoir Morgan Lefrançois lors des Journées nationales d’études et de formation de l'association des Ingénieurs hospitaliers de France (IHF) organisées en visioconférence fin mars-début avril.

L'établissement normand s'inscrit ainsi dans une démarche de transition énergétique et écologique qui permettra également de réduire les coûts de stationnement à moyen et long terme.

Le CHU de Caen, qui gère son offre de stationnement en régie, dispose de 3.600 places réparties sur 9 parkings. "La congestion des parkings réservés au personnel sur les périodes de chevauchement des équipes et le fort développement de l'ambulatoire renforce également les besoins de stationnement et notamment pour les patients à la journée", a souligné Morgan Lefrançois, responsable du développement durable du CHU de Caen. De plus, l'établissement a la volonté d'encourager les modes de déplacement alternatifs pour ses agents.

Mais le projet de reconstruction du CHU conduira à la suppression de 500 places de stationnement à terme et 330 places de stationnement supplémentaires durant la phase des travaux, qui ont débuté en février 2021.

Lors des études, il est apparu que la surface au sol nécessaire au stationnement en parcs aériens était de 9 hectares pour 3.600 places.

En réactualisant son plan de mobilité, le CHU a voulu évaluer l'actuelle et future offre de stationnement du CHU mais aussi évaluer le potentiel de report modal. "Le potentiel d'évolution évalué dans le cadre du plan permet ainsi d'espérer que le taux de venue en voiture passe en dessous du taux de venue en transport commun, ce qui fait une différence de 300 places qui ne seraient pas à construire sur le site", a expliqué Alain Blanc, directeur d'Axurban, bureau d'études spécialisé dans les déplacements urbains.

A noter que la réalisation d'un plan de mobilité est une obligation pour l'employeur depuis le 1er janvier 2018 et cela pour les établissements de plus de 100 salariés travaillant sur un même site. La loi d'orientation des mobilités, dite "loi LOM", promulguée le 24 décembre 2019, a revu ce seuil à la baisse. Aussi le décret du 9 décembre 2020 (n°2020-1554) permet le versement du "forfait mobilités durables" dans les établissements publics de santé et médico-sociaux. Ce forfait s'élève à 200 euros par an pour les agents de la fonction publique. Il est attribué aux agents qui se rendent au travail à vélo ou qui pratiquent le covoiturage.

Un report modal de 50% sur les transports collectifs

En 2020, le CHU a voulu lancer une nouvelle enquête mobilité à l'occasion de la semaine du développement durable. Sur les 5.800 employés du CHU, 1.057 agents ont répondu à cette enquête, soit un taux de participation de 18%.

Résultat, la voiture individuelle représente le mode d'accès principal pour les déplacements domicile-travail des agents hospitaliers du site principal, soit 82%. Les transports en commun représentent 4% et le vélo 9%.

Pour évaluer les potentiels de report modal, une cartographie a été réalisée. Ainsi 4% des personnels habitant à moins de 1,5 km du site sont susceptibles de venir à pied. 27% des personnels habitant à moins de 5 km sont susceptibles de venir à vélo. Enfin, 54% des personnels habitant à moins de de 300 mètres d'un arrêt sont susceptibles de venir en transport collectif.

Cela signifie que le potentiel d'évolution de la marche à pied est faible (+1%). Le potentiel d'évolution du vélo est quant à lui plus important (+18%) et enfin le potentiel d'évolution des transports collectifs est fort (+50%).

Plusieurs actions ont été décidées pour inciter au report modal:

  • le CHU a établi une convention avec la communauté urbaine de Caen pour que le personnel de l'établissement accède à des tarifs d'abonnement préférentiels tout en prenant en compte les attentes des agents en termes d'horaires, de fréquence et de sécurité des dessertes
  • il a aménagé de nouveaux abris vélo sur le site
  • la Ville a créé des pistes cyclables en périphérie du site de l'hôpital
  • une étude est en cours pour la mise en place d'une plateforme de covoiturage
  • des aires de stationnement vont être réservées aux covoitureurs et localisées au plus près des entrées et sorties
  • le CHU a décidé d'appliquer le forfait "mobilités durables"
  • enfin, il étudie la faisabilité de restriction d'accès au stationnement sur le site aux personnels susceptibles d'utiliser des modes alternatifs.

L'établissement envisage également d'installer des bornes de recharge électrique sur le site et d'acheter des véhicules électriques pour les déplacements professionnels entre les différents sites du CHU.

"Le plan de mobilité est un moyen très important pour réduire les besoins de stationnement à une échéance de 5 ans", a conclu Alain Blanc.

gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait