Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

"Avec les GHT, les ingénieurs en organisation ont de l'avenir" (Florence Boudoussier - Aniorh)

Florence Boudoussier, présidente de l'association nationale de l'ingénierie en organisation hospitalière (Aniorh)
Florence Boudoussier, présidente de l'association nationale de l'ingénierie en organisation hospitalière (Aniorh)

Florence Boudoussier, présidente de l'Association nationale de l'ingénierie en organisation hospitalière (Aniorh) revient pour TecHopital sur ce métier essentiel dans le management et l'organisation des projets et des flux à l'hôpital et sur l'évolution de cette fonction avec l'avènement des groupements hospitaliers de territoire (GHT).

TecHopital: Pourriez-vous en quelques mots nous définir le rôle attribué aux ingénieurs en organisation?

Florence Boudoussier: Si l'on voulait faire simple et imagé, on pourrait dire que notre rôle est de mettre de l'huile dans les interfaces ! Et plus la structure est grande et complexe, plus il y a d'interfaces... C'est pourquoi cette fonction est surtout présente dans les CHU. Rattachés directement à la direction générale ou à des services transversaux comme les DSIO (directions du système d'information et d'organisation), la qualité, la gestion des risques, nous participons à l'organisation des projets avec une vision systémique de l'hôpital. Nous nous assurons que l'articulation entre les services et la circulation des données, des personnels, du matériel sera effective et efficace à l'occasion d'un nouveau projet ou lors de la découverte d'un problème.

TecHopital: Quelles sont les compétences nécessaires pour assurer ces missions?

Florence Boudoussier: Outre des compétences techniques en analyse systémique, conduite du changement ou méthodologie et gestion de projet par exemple, l'ingénierie en organisation hospitalière demande un savoir-être particulier. En effet, nous travaillons avec tous les métiers de l'hôpital, il faut savoir se mettre à la portée de tous les professionnels, quels que soient leur secteur d'activité et leur niveau hiérarchique. Cela nécessite une grande capacité d'écoute et d'observation, la capacité à replacer une situation dans l'ensemble de la structure, dans son environnement en gardant en tête la cohérence de l'établissement. Notre fonction implique de savoir rester neutre et équitable vis-à-vis des métiers afin que nos recommandations ou propositions s'appuient sur des arguments tangibles et non sur des opinions ou des a priori. Nous nous devons d'être particulièrement attentifs à notre discours pour ne pas favoriser l'un ou l'autre, car si nous sommes des aides à la décision, nous ne sommes pas des décideurs.

TecHopital: Quelles sont les évolutions du métier, est-il en développement ?

Florence Boudoussier: La fonction d'ingénieur en organisation existe depuis 1977, l'association depuis 1980 mais il est clair que son développement et son assise sont plus clairement visibles depuis une quinzaine d'années, avec les restructurations d'établissements, l'essor des systèmes d'information complexes et la mise en place des démarches qualité et gestion des risques. A titre d'illustration, il suffit de regarder la structure existante désormais à l'AP-HP où la quasi-totalité des établissements ou groupements hospitaliers disposent d'un ingénieur en organisation. Concrètement, les ingénieurs en organisation sont notamment investis dans le développement de l'ambulatoire, dans les projets de rénovation, transplantation ou création de nouveaux sites hospitaliers ou lors de fusions. Aujourd'hui avec l'avènement des GHT, notre métier entre dans une nouvelle perspective. Désormais, la transversalité va concerner plusieurs établissements, de tailles très variables avec une redistribution des rôles à très grande échelle. Les ingénieurs en organisation vont certainement y être très utiles et peuvent apporter un savoir-faire et des compétences essentielles à l'organisation des GHT. Pour le moment, tout cela est à l'état embryonnaire, il va falloir établir des réseaux de travail encore plus larges, intégrer une vision différente et trouver le moyen de coordonner le travail à un niveau supplémentaire. Ces réseaux et cette coordination viendront aussi en travaillant et en développant des actions coordonnées avec d'autres établissements. En ce qui me concerne, au CHU de Saint-Etienne où je suis intégrée à la direction qualité et gestion des risques, je suis déjà amenée à assumer un soutien méthodologique sur des thématiques ciblées comme les droits du patient.

TecHopital: Concernant votre association, quels sont les prochains rendez-vous à retenir ?

Florence Boudoussier: Comme chaque année, nous organiserons au printemps nos journées professionnelles et nous serons présents à Hopitech 2017 en octobre sur le thème des GHT. La date et le sujet de nos prochaines journées seront diffusés via notre site. Dans l'attente de plus de détails, l'association continue bien sûr, d'assurer ses services de formations ou de mission ponctuelle pour les établissements qui ne disposent pas de nos compétences en interne.
Fiche d'identité de l'Aniorh
  • Création : 1980
  • Nombre d'adhérents: une quarantaine
  • Objectifs: échanger, partager, promouvoir et former les professionnels de la santé autour de l'organisation hospitalière.
  • Rendez-vous: journées professionnelles au printemps, Hopitech à l'automne
  • En savoir plus: www.aniorh.org

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda