Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

Bâtiment RBI de l'hôpital Henri-Mondor (AP-HP): comment l'opération classique d'extension s'est transformée en opération Covid

Crédit: AP-HP
Crédit: AP-HP

PARIS, 16 avril 2021 (TecHopital) - L'ouverture anticipée, partielle et provisoire du nouveau bâtiment de l'hôpital Henri-Mondor (Créteil, AP-HP) "réanimation, blocs, interventionnel" (RBI), en vue d'accueillir des patients Covid, a été un réel défi puisque les travaux ont été achevés en 3 semaines et cela en pleine crise sanitaire, ont témoigné la maîtrise d'ouvrage et la maîtrise d'œuvre lors des journées IHF.

A l'origine, il s'agissait d'une simple opération d'extension, avec la construction d'un nouveau bâtiment "réanimation - blocs - interventionnel (RBI)" sur l'hôpital Henri Mondor de Créteil.

Mais dès l'annonce de l'état d'urgence sanitaire et du confinement, l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) a décidé de procéder à un passage en revue des chantiers majeurs en cours, afin de décider de leur poursuite ou de leur suspension.

Le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, a ainsi annoncé l'ouverture partielle du bâtiment RBI, alors qu'il était en fin de construction et cela afin d'augmenter le capacitaire de lits de réanimation. La décision a été prise le 20 mars et le chantier a démarré le 23 mars 2020.

"Le nouveau bâtiment a ouvert 5 mois avant la date prévue", a expliqué Cédric Dumesges, chef du service maîtrise d'ouvrage au département immobilier et investissement de l'AP-HP, lors des Journées nationales d’études et de formation de l'association des Ingénieurs hospitaliers de France (IHF) organisées en visioconférence fin mars-début avril.

La mise en service de ce bâtiment de 17.000 m² étant en effet initialement prévue en septembre 2020, après deux ans de travaux. La réception des travaux devant se faire en mai 2020. Le budget initial prévu était de 56 millions d'euros.

Ainsi, le 20 mars, le directeur général de l'AP-HP a acté le lancement de l'opération "RBI Covid" afin d'organiser la mise en service partielle, anticipée et provisoire du bâtiment RBI. "Nous lui avons présenté plusieurs scénarios: un scénario maximaliste, dans lequel on plaçait l'ensemble des chambres de réa dans tous les blocs opératoires, soit une configuration avec plus de 160 lits de réanimation", a expliqué Cédric Dumesges.

"Nous avons finalement opté pour un format à atteindre en 3 semaines afin d'ouvrir 85 chambres de réanimation lourdes et lits de soins de rééducation post-réanimation à implanter au sein de la salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI). Il s'agissait de prévoir l'ouverture partielle, avant la mi-avril, du bâtiment dans une configuration adaptée à la crise Covid", a-t-il poursuivi.

Le 22 mars, Martin Hirsch a saisi le préfet de la région Ile-de-France pour solliciter son appui sur les enjeux d'organisation du chantier (mobilisation des entreprises, sécurisation des approvisionnements) et de préparation de l'ouverture provisoire anticipée. Une commission d'ouverture provisoire a été mise en place et a décidé avec la préfecture d'une ouverture accélérée.

"Face à la montée du pic épidémique, une accélération des travaux a été demandée le 1er avril par Martin Hirsch, afin d'ouvrir la moitié des lits à partir du 6 avril. Une prise de possession partielle provisoire et adaptée du bâtiment avec maintenance a été réalisée."

"Nous avions décidé de ne pas imposer de contraintes financières à l'opération mais de conventionner avec l'entreprise un suivi au fil de l'eau des décisions et des actions hors contrat", a souligné le chef de service de l'AP-HP. Les compléments financiers ont finalement été validés par ordre de service.

Un ordre de service a donc été adressé au groupement piloté par l'entreprise de construction Rabot-Dutilleul, pour permettre le redémarrage "en mode urgence et accéléré" du chantier le 23 mars, selon un mode sanitaire adapté; mode opératoire qui a ensuite inspiré l'organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP).

"En période de confinement, la poursuite d'un chantier est très complexe à mettre en œuvre, c'est encore plus vrai quand il s'agit d'accélérer un chantier par rapport à son calendrier normal", a fait remarquer Cédric Dumesges. Aussi, l'ensemble des moyens de maîtrise d'ouvrage du siège de l'AP-HP ont été redéployés sur cette opération.

Trois semaines pour terminer les travaux

Le 23 mars 2020, le chantier RBI Covid a donc été lancé avec une centaine d'intervenants sur site.

Afin de pouvoir livrer ce bâtiment en 3 semaines, "on nous a demandé de faire un état des lieux clair de l'état d'avancement des travaux, en toute transparence, ainsi que définir les délais prévisionnels sur le reste à faire", a expliqué Romain Fillebeen, directeur adjoint de Rabot-Dutilleul Construction. De nombreuses réunions avec les spécialistes ont été organisées. "Puis nous avons essayé de produire une synthèse par niveau, par corps d'état."

"Nous avons présenté un planning général avec les priorités d'aménagement". Ensuite, il faut mettre les moyens humains en adéquation avec le suivi journalier. Pour ce faire, "un système de "las planner system (LPS)", qui est du Lean management, a été mis en place", a-t-il ajouté.

Au total, 8 conducteurs d'opération ont été engagés par thématique. Chaque matin, ils se réunissaient pour fixer les objectifs du jour, puis le soir pour partager les résultats de la journée en visioconférence. Une coordination biquotidienne avec l'entreprise a été organisée ainsi qu'un reporting en fin de soirée avec la direction générale de l'AP-HP.

"La première difficulté a été de mobiliser l'ensemble des entreprises et cela a d'ailleurs été plus compliqué pour certains corps d'état, tels que le nettoyage ou la pose de sols souples", a relaté Romain Fillebeen.

Des équipes encadrantes venant d'autres opérations ont été sollicitées, incluant notamment 11 cadres de la société Rabot-Dutilleul.

De plus, "nous avons intégré les ingénieurs de l'AP-HP qui se sont avérés être de véritables spécialistes dans certains domaines, et notamment en ce qui concerne les fluides médicaux, l'électricité ou la CVC. Ce travail en symbiose a été très bénéfique à l'avancement des travaux", a fait remarquer le directeur adjoint chez Rabot-Dutilleul.

"Nombreux étaient ceux qui prédisaient que ce chantier serait irréalisable. Nous étions à 6 mois de préparation d'une ouverture et finalement nous avons ouvert en 3 semaines et tous les équipements ont été mis en place les week-ends", a souligné le chef de service de l'AP-HP.

A noter qu'un travail important avec le comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) de l'AP-HP a été réalisé pour une organisation accélérée des désinfections des chambres. Une désinfection par voie aérienne a ainsi été réalisée le week-end avant l'arrivée des premiers patients. De plus, les chambres ont été mises en pression neutre pour protéger patients et équipes médicales.

Un surcoût de 850.000 euros

"L'atout de la conception-réalisation est indéniable pour ce genre de projet", a indiqué Cédric Dumesges. Ce type de contrat a permis de "raccourcir tous les délais pour les prises de décision. Au final, nous avons passé pour 850.000 euros d'ordres de service. Le surcoût global était donc de 850.000 € pour 85 chambres, soit 10.000 € par chambre, ce qui n'est pas excessif", a-t-il fait remarquer.

"Nous étions en dessous des 15% de surcoût du montant initial, seuil toléré par le code des marchés publics. La notion d'urgence étant évidente, nous avons donc utilisé les leviers de la commande publique pour finaliser ce chantier, en régularisant des ordres de service", a-t-il complété.

La fermeture de ces unités Covid a débuté le 30 avril 2020 pour une fermeture complète actée le 20 mai. Mais le maintien de l'armement des 85 lits a été décidé jusqu'à mi-juin 2020, pour une éventuelle réouverture progressive dans un délai de 24 à 48h .

Fin juin, un accord a été trouvé pour sortir du mode Covid. Le 10 juillet, l'AP-HP a donc notifié un ordre de service pour la reprise des travaux, qui a été effective le 3 août. Le nouveau bâtiment est passé en commission de sécurité le 17 décembre et a été livré le lendemain. "Aujourd'hui, le bâtiment est totalement fonctionnel", a précisé le chef de service de l'AP-HP.

gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait