Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Bilan carbone: pour commencer, l’empreinte des imprimantes réduite au CH Henri Laborit

PARIS, 6 novembre (Direct Hôpital) - Obligatoire par décret du 13 juillet 2011, le Bilan carbone concerne tous les établissements publics de plus de 250 personnes. Le Centre Hospitalier (CH) Henri Laborit à Poitiers, spécialisé en santé mentale, a élaboré un plan d’actions 2012-2015, facile à mettre en oeuvre. Serge Grignon, directeur des services économiques et techniques, a expliqué à Direct Hôpital les moyens efficaces déjà utilisés ou envisagés par l’établissement.

Le CH Henri Laborit a d’abord opté pour une réduction du nombre d’imprimantes individuelles, remplacées par des copieurs multifonction, connectés au réseau d’impression de l’établissement. "Actuellement, le CH est en dialogue compétitif avec 4 partenaires (Canon, Konica, Sagemcom et Ricoh) pour une mission de 6 ans. L’objectif est de louer l’ensemble des installations nécessaires à un partenaire unique, en diminuant le volume de copieurs et le coût unitaire de la copie, ainsi qu’en éliminant les impressions orphelines, via un système à libération d’impression nécessitant une carte CPS pour chaque utilisateur", témoigne le responsable. Pour lui, l’impact est non seulement écologique et économique mais aussi organisationnel.

L’objectif en termes de coûts sera largement atteint, affirme Serge Grignon avec annuellement un gain de 10.000  à 30.000 euros pour les installations et un gain de 30.000 à 40.000 euros en électricité du fait de la diminution de la consommation d’énergie.

L’établissement a, par ailleurs, effectué un remplacement aux deux-tiers des chiffonnettes à usage unique (dont le coût s’avère élevé) par des lavettes microfibre lavables, permettant de réaliser une économie supplémentaire de 14.000 euros par an (sur l’achat et le coût du traitement des déchets par rapport au coût du lavage).

Parmi les autres actions, annonce le directeur, il est envisagé "une formation à l’analyse du cycle de vie d’un produit et des actions de sensibilisation, qui vont être organisées en direction des acheteurs, dans le but de privilégier les produits les moins énergivores et émissifs en gaz à effet de serre".

Des essuie-mains papier (au nombre de 600) seront également remplacés par une vingtaine de sèche-mains plus sophistiqués (type Dyson "car il s’est avéré que les produits de moyenne qualité étaient très bruyants et donc nuisaient à l’environnement proche"), "pour un coût unitaire de 1.200 à 1.500 euros, ce qui a contraint à en limiter le nombre", reconnaît-il.

"L’arrêt des réseaux d’eau chaude dans les services administratifs (lavage des mains à l’eau froide), concerne deux bâtiments sur les 13 existants, permettant d’obtenir 10% d’économies sur le poste énergétique et un bénéfice sur le plan du risque sanitaire (prévention de la légionellose)", poursuit-il.

"Des véhicules électriques dédiés aux services techniques" sont venus compléter la flotte automobile. Le CH compte également "réduire la gamme et la puissance des véhicules pour viser 100g de C02/km", indique le responsable. Les utilisateurs sont en outre formés à l’éco-conduite (en particulier les agents techniques et les infirmiers qui effectuent des visites à domicile).

Concernant les déchets, les DASRI sont "mis en décharge et non incinérés" et toutes les ampoules de l’établissement sont recyclées. De même, "un tri sélectif du papier dans chaque service, des plastiques, de la ferraille, des DEEE, ainsi qu’un compostage" sont désormais effectués de façon systématique, se félicite Serge Grignon. Et d’ajouter qu’au sein de l’unité ‘espaces verts’, une politique visant à supprimer les produits phytosanitaires est progressivement mise en place, avec à terme, l’acquisition d’un désherbeur thermique à eau chaude.

Selon lui, le Plan Déplacement Entreprise, qui représente une mesure de plus grande envergure, nécessitera deux préalables: un travail avec le CHU de Poitiers sur les transports en commun, "afin d’adapter ces derniers à la fréquence et aux horaires du personnel de l’hôpital" ; une promotion du covoiturage et une étude sur la possibilité de recours au pool interne de véhicules mutualisés, qui ne sont plus utilisés dans l’établissement après 17h./ar

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda