Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

Bordeaux: le CHU dévoile son vaste programme de modernisation et de construction

Le GH Saint-André. Photo: CHU de Bordeaux
Le GH Saint-André. Photo: CHU de Bordeaux

BORDEAUX, 9 avril 2021 (TecHopital) - Les dirigeants du CHU de Bordeaux ont dévoilé mardi 6 avril le programme "nouveau CHU" qui s'étalera sur 10 ans et concernera ses différents sites. Ce programme d'un montant de 800 millions d'euros, sera soutenu par l'Etat à hauteur de 240 M€, a annoncé le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran.

Lors de son intervention, en visioconférence, Olivier Véran a remarqué que le CHU de Bordeaux se trouvait dans une situation "assez paradoxale". Alors qu'il est, au plan médical, "un des fleurons des centres hospitaliers universitaires français", il est "avant-dernier en matière de vétusté des bâtiments", a-t-il observé en évoquant en exemple la présence "d'une douche pour 25 lits" dans certains bâtiments des années 1970.

"Vous arrivez à transformer le plomb, c'est-à-dire le bâtiment, en or", a-t-il dit à l'équipe du CHU qui participait à la visioconférence, en la félicitant.

Annonçant que l'aide de l'Etat se montera à 240 M€, il a précisé que le montant total des dépenses d'investissements prévues par le CHU sur 10 ans s'élevait à 1,2 Md€ (en incluant les investissements courants) dont 800 M€ pour le projet "nouveau CHU".

Le programme de travaux qui va être conduit concernera les sites du CHU, qui sont implantés à Bordeaux, Pessac ainsi qu'à Lormont (Ehpad), a détaillé le directeur général du CHU Yann BUBIEN, lors de cette même visio-conférence.

Il consistera à construire 90.000 m² et à en restructurer tout autant, indique le CHU dans un dossier de presse.

"Ce n'est pas un projet qui rafistole à droite ou à gauche, c'est un projet d'ampleur qui va pouvoir lancer le CHU dans les projets d'avenir, en lien avec la ville et tous les autres partenaires de la région et dans un rôle de CHU d'une grande région", a souligné le directeur général de l'agence régionale de santé (ARS).

Les activités d'hospitalisation et d'urgences organisées à terme sur 2 sites

"A terme, les activités d’hospitalisation et d’urgences s’organiseront autour de 2 sites: le groupe hospitalier Pellegrin (Bordeaux) et le groupe hospitalier Sud (Pessac)", précise le CHU.

Situé en centre-ville de Bordeaux, l'hôpital Saint-André, qui a 700 ans, "gardera son carré historique" mais bénéficiera de reconstructions.

S'il n'aura plus d'activité dans le domaine des urgences, il accueillera à l'issue des travaux un plateau de consultations, une maison de santé universitaire, le centre Jean Abadie pour les adolescents en difficulté, un centre de santé publique et de prévention, un hôpital numérique avec des start-up en santé et des salles de formation, ont détaillé Yann Bubien et le président du conseil de surveillance du CHU, Pierre Hurmic.

Une crèche, ouverte à la population, et un amphithéâtre sont également prévus, ont-ils ajouté. A l'issue des travaux, le groupe hospitalier Saint-André aura une dimension de 28.000 m².

Plan des projets prévus au groupe hospitalier Pellegrin
Le site de Pellegrin, également à Bordeaux, qui constitue "le navire amiral du CHU" et est "le plus gros des sites", bénéficiera notamment de la construction d'un "énorme plateau technique avec l'ensemble des blocs opératoires, des réanimations médicales et chirurgicales, le Samu-Smur, les urgences", a souligné le directeur général.

Tous les bâtiments et services de Pellegrin seront restructurés et rénovés, dont le Tripode et la maternité du CHU qui enregistre 6.000 accouchements par an et qui est aussi "relativement vétuste".

Le CHU attend sur ce site l'ouverture, en septembre, de l'extension construite à l'hôpital des enfants. La reconstruction des urgences, du Samu et des blocs opératoires commencera tout de suite après.

A l'issue des travaux, le groupe hospitalier Pellegrin disposera de 931 lits et 221 places, et s'étalera sur 240.000 m².

Les opérations prévues au groupe hospitalier Sud
A Pessac où se trouve l'hôpital Haut-Lévêque, et où une forte croissance démographique est observée, il est prévu de construire un nouvel hôpital cardio-thoracique, dont les services font partie des activités de pointe du CHU, a annoncé Yann Bubien. "Nous allons aussi construire des nouvelles urgences adultes et reconstruire tous les autres bâtiments dont la cancérologie qui est un axe fort du CHU".

A l'issue des travaux, le groupe hospitalier Sud disposera de 925 lits et 165 places, sur 20.400 m².

Yann Bubien a précisé que le programme incluait également un projet "très ambitieux" de remise à niveau dans les domaines logistique et technique, qui sera principalement réalisé sur le site de Haut-Lévêque.

Globalement, des opérations de pré-travaux ont déjà été lancées, a-t-il indiqué. Il a expliqué qu'un programmiste travaillait depuis décembre 2020 et établissait, d'ici l'été, le phasage des opérations. "La difficulté est que nous sommes en sites occupés", a remarqué Yann Bubien qui a rappelé que le CHU accueillait "un million de patients par an" et avait un effectif de 14.200 personnes.

Concernant le financement du programme de travaux, outre les 240 M€ d'aide de l'Etat et de l'ARS, s'ajouteront de l'autofinancement, des emprunts et les produits issus de cessions d'actifs (terrains et bâtiments) pour environ "une centaine de millions d'euros", a-t-il également indiqué.

La crise du Covid a eu un impact sur le projet

"Le CHU a travaillé sur ce programme depuis environ 2016", a rappelé le Pr Nicolas Grenier, président de la commission médicale d’établissement (CME). Il représente "l'aboutissement de la réflexion de l'ensemble de la communauté médicale".

Interrogés par APMnews, Yann Bubien et le Pr Grenier ont indiqué que la crise liée au Covid-19 avait eu un impact sur différents éléments du projet. Ainsi, "sur le capacitaire, des prévisions qui avaient été faites avant mon arrivée ont été rebattues et des fermetures de lits -à hauteur de 217- qui étaient prévues ne sont plus à l'ordre du jour", a répondu Yann Bubien. Sur les lits, "nous en avons toujours besoin en post-urgences", a renchéri le Pr Grenier.

Les deux représentants ont ajouté que la crise avait aussi conduit à modifier la "manière de travailler". Tel est le cas en réanimation où les deux spécialités, médicale et chirurgicale, ont convenu de se rapprocher au sein d'un plateau technique commun, a souligné le Pr Grenier en se félicitant de cette évolution.

Le projet "nouveau CHU", qui concentre les activités médicales sur deux sites principaux, "ne se limite pas au 'bâtimentaire'" mais vise aussi à "mettre le parcours du patient au centre de la réflexion", a-t-il également expliqué. "Il est l'occasion de repenser tout notre fonctionnement avec un parcours qui devra être anticipé, structuré, pas seulement au sein de nos établissements mais aussi en connexion avec la ville […] et en aval de l'hôpital".

"C'est un nouvel élan et beaucoup d'espoirs", a-t-il ajouté.

Le fait d'avoir des locaux rénovés et bien équipés sera un aspect majeur dans l'attractivité des carrières hospitalo-universitaires, même si le CHU est déjà un des plus choisis par les jeunes à l'issue des examens classants nationaux, a poursuivi le Pr Pierre Dubus, doyen de la faculté de médecine, qui a aussi mis en avant l'importance d'inclure les praticiens HU dans des projets de recherche et d'innovation "de qualité".

Le développement durable complètement pris en compte

Marie Laurent-Daspas, représentante des usagers dans différentes instances du CHU, a estimé qu'au-delà du règlement du problème de vétusté, le projet permettra d'améliorer les organisations et le management, de valoriser l'innovation et la recherche et de travailler sur la qualité de vie au travail des professionnels et sur la qualité des soins. C'est un projet "citoyen et fédérateur pour Bordeaux", s'est-elle félicitée.

Le programme intègre des axes écologiques, ont témoigné plusieurs participants, notamment les maires de Pessac et de Bordeaux, Franck Raynal et Pierre Hurmic, qui préside également le conseil de surveillance du CHU.

"Les projets du CHU portent haut cette ambition" en matière de développement durable, "avec des bâtiments et des process qui seront plus sobres", a assuré le maire (divers droite) de Pessac.

"Nous pourrons aller plus loin que la seule réhabilitation" à travers un projet qui "met au centre l'écologie avec une éco-conception des sites", a renchéri le maire (Europe Ecologie Les Verts) de Bordeaux qui a aussi souhaité que chaque site du CHU soit "facilement accessible pour ses patients, qu'ils soient Bordelais ou non", ainsi que la "création de nouveaux espaces verts".

Un comité stratégique, "mettant tout le monde autour de la table", va être mis en place "pour faire en sorte que tout avance le plus vite possible", a spécifié la préfète de la région et préfète de Gironde, Fabienne Buccio.

san/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait