Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

Retraites: les caisses à l’aide des services RH

A partir de 2013, les caisses de retraite auront l’obligation de répondre à la demande de l’assuré dans un délai de 6 mois.
A partir de 2013, les caisses de retraite auront l’obligation de répondre à la demande de l’assuré dans un délai de 6 mois.

PARIS, 31 octobre (Direct Hôpital) - Par manque de temps, les services RH des hôpitaux ne pouvant pas toujours répondre aux demandes de leurs salariés relatives aux droits à la retraite, deux Caisses - l’Ircantec et la CNRACL- ont mis en place des mesures pour leur simplifier la tâche.

Dominique SOL, chargée des relations entre les employeurs du secteur hospitalier et les partenaires de l’Ircantec, et Jean-Jacques Haladjian de la CNRACL, ont passé en revue les diverses actions menées au sein de leur Caisse respective, dans le cadre des dernières Rencontres RH de la santé.

"Les questions que posent les salariés à leur DRH sont de deux types: ai-je droit à ma retraite ? Est-il possible d’augmenter mes droits ? Elles sont assorties d’autres préoccupations comme les périodes d’activité/d’inactivité, les bonifications, la validation de services, le temps partiel et le rachat éventuel des années", résume Dominique Sol.

Depuis 2012, rappelle-t-elle, il est possible de demander un relevé individuel de situation en ligne (RISE). Les régimes de retraite ont par ailleurs obligation de fournir à leurs assurés des relevés individuels de situation à partir de 35 ans tous les 5 ans jusqu’à 50 ans, puis de premières estimations de retraite et pensions à partir de 55 ans, tous les 5 ans jusqu’à 65 ans. "De son côté, l’employeur doit effectuer un travail de reprise d’antériorité sur l’ensemble des comptes de ses agents (avant 2006)", souligne Jean-Jacques Haladjian de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales (CNRACL).

Par ailleurs, "à partir de 2013, les caisses de retraite auront l’obligation de répondre à la demande de l’assuré dans un délai de 6 mois. Au cours de l’entretien, il se verra communiquer des simulations du montant potentiel de sa future pension. L’Ircantec élargit aujourd’hui cette offre aux moins de 45 ans", annonce Dominique Sol.

Depuis janvier 2012, l’Ircantec a reçu 1.000 demandes d’entretien, dont 95% par Internet (www.ircantec.fr), facilitant ainsi le travail du service retraite des DRH. Ce sont les actifs de plus de 55 ans qui sont les plus demandeurs, alors que "ce type de demande serait plus opportun pour la tranche d’âge 45-50 ans", estime-t-elle.

Cette caisse de retraite expérimente actuellement divers vecteurs d’information :

-  une info en libre service pour un accès à tout moment sur le site web, avec possibilité de disposer d’un espace personnalisé (il suffit de s’inscrire pour demander une documentation) ;

- une info personnalisée à distance par téléphone ou web conférence ;

- une info dans ses deux espaces d’accueil (Paris et Angers), mais aussi envisagée chez l’employeur, lors de forums ou de salons.

L’Ircantec envisage également des forums régionaux avec la CARSAT pour expérimenter l’entretien individuel du droit à la retraite, ainsi que des formations sur site, pour aider les DRH.

De son côté, la CNRACL, régime de retraite obligatoire des fonctionnaires gérée par la Caisse des dépôts, compte 828.000 hospitaliers actifs affiliés, dont l’âge moyen est de 42,8 ans, parmi lesquels 80% de femmes.

A partir de décembre 2012, cette caisse mettra à disposition des fonctionnaires hospitaliers les comptes individuels retraite de manière dématérialisée, via une plateforme en ligne sécurisée, informe Jean-Jacques Haladjian:

- l’employeur pourra consulter et modifier en ligne les comptes individuels de ses agents, d’où un gain de temps ;

- tout actif affilié pourra consulter son compte en temps réel, dès 45 ans, demander un relevé électronique et un entretien personnalisé.

"Selon le projet EVA, efficient en 2015-2016, les actifs pourront, en outre, procéder à des simulations de calcul directement, en prenant en compte leurs données carrière", rapporte le conseiller.

La Caisse des dépôts, en tant que gestionnaire des fonds de retraite, va pour sa part développer une politique de communication via des conférences organisées à l’initiative des employeurs. Elle envisage également de participer à des salons régionaux et d'augmenter la diffusion de son information par le biais d’internet et de newsletters (lettre des affiliés de la CNRACL). "D’ici la fin de l’année, les affiliés pourront ainsi découvrir des clips pédagogiques", indique Jean-Jacques Haladjian.  Selon lui, à fin mai 2012, 1.000 demandes ont été émises pour les entretiens individuels, provenant d’actifs âgés de 57 ans et plus, dont 71% étaient des femmes.

Désormais, "tout actif pourra désormais s’adresser directement au prestataire retraite", même si, reconnaît-il, "l’interlocuteur de proximité reste l’employeur".

De même, pour renforcer la compétence des employeurs dans ce domaine, la CNRACL met en place une convention hospitalière spécifique: "dans chaque département français, il s’agira de définir un établissement hospitalier référent de la Caisse des dépôts pour devenir un relais d’information en direction de tous les autres hôpitaux". Dans cette optique, seront nommés "des correspondants hospitaliers au sein de tous les établissements qui auront signé cette convention. La CNRACL a d’ailleurs travaillé avec la FHF pour effectuer un point annuel sur la promotion et l’application de la convention: 90 départements l’ont d’ores et déjà signée", se félicite-t-il.

Enfin, un espace sera dédié aux correspondants sur le site de la caisse (en cliquant sur une carte de France puis sur le département intéressé, il sera possible de trouver le correspondant hospitalier). La CNRACL étudie aussi la possibilité de venir sur site trois jours d’affilée, durant lesquels elle pourrait recevoir entre 100 et 150 salariés afin d’engager des entretiens individuels sur les retraites./ar

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait