Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Campus Grand Paris-Nord: l'AP-HP et l'université Paris Diderot lancent la concertation publique sur le nouveau site

Campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord à Saint-Ouen. Vue de l’université (à gauche) et de l’hôpital (à droite) avec entre les deux parcelles, la voie ferrée Crédit: AP-HP, université Paris Diderot
Campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord à Saint-Ouen. Vue de l’université (à gauche) et de l’hôpital (à droite) avec entre les deux parcelles, la voie ferrée Crédit: AP-HP, université Paris Diderot

PARIS, 13 décembre 2018 (TecHopital) - L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) et l'université Paris Diderot ont lancé le 10 décembre une concertation publique sur le nouveau lieu d'implantation du campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), ont annoncé les deux institutions dans un communiqué.

Le comité de pilotage du projet a acté le 30 novembre l'implantation du campus sur le nouveau site correspondant aux actuels emplacements de l'usine PSA, du magasin Conforama, du parc d’activités Gaudefroy et d’un îlot d’habitation.

Ce changement a été motivé par les "contraintes lourdes" mises en évidence sur le terrain de la zone d'aménagement concerté (ZAC) des Docks à Saint-Ouen, initialement envisagé, rappelle la préfecture d'Ile-de-France dans un communiqué daté du 30 novembre. Le préfet de région, Michel Cadot, intervient dans ce dossier en qualité de chargé de mission de coordination et de pilotage du projet, nommé par le premier ministre, rappelle-t-elle.

Alors que l'AP-HP avait déjà mené une concertation publique sur le site de la ZAC, le changement de lieu d'implantation l'oblige à en lancer une nouvelle. Comme annoncé en juillet, Jean-Pierre Tiffon et Laurence Madoui ont été désignés comme garants du processus par la commission nationale du débat public (CNDP). La première concertation avait déjà été placée sous l'égide de Jean-Pierre Tiffon.

La concertation, qui doit durer jusqu'au 10 février 2019, s'organise autour d'une exposition, d'une plaquette d’information et d'un site internet dévolu au projet (campus-hopital-grandparis-nord.fr). Un registre d'observations est ouvert au centre administratif et social de la mairie de Saint-Ouen et des avis peuvent aussi être donnés par le biais d'un formulaire en ligne.

Des rencontres sont prévues pour échanger avec les acteurs du projet:

  • une réunion publique de lancement le jeudi 20 décembre et de clôture le jeudi 7 février 2019
  • une matinée de visite dans le quartier d’implantation du futur campus pour les riverains le samedi 19 janvier 2019
  • une réunion consacrée aux enjeux de l'insertion urbaine, en présence des collectivités territoriales, le mardi 29 janvier 2019
  • une rencontre en janvier 2019 pour les acteurs de santé autour de la complémentarité entre le nouvel hôpital et les professionnels de santé du territoire
  • des réunions d’information et d’échange pour les professionnels des hôpitaux Bichat (Paris, XVIIIe arrondissement) et Beaujon (Clichy, Hauts-de-Seine) et de l’université Paris Diderot
  • un temps d’échange en direct sur Facebook.

Le futur campus regroupera sur un site unique une structure hospitalière qui abritera les activités médico-chirurgicales des hôpitaux Bichat et Beaujon et une université réunissant les activités d'enseignement des sites universitaires de médecine Villemin (Paris Xe) et Bichat, le site universitaire d'odontologie de Garancière (Paris VIe) et les activités de recherche des unités mixtes de l'université Paris-Diderot et de l'Inserm, dans le domaine de la santé.

La nouvelle emprise, traversée par une voie ferrée, porte sur une superficie de plus de 7 ha, légèrement supérieure à celle du site initialement envisagé.

Une ouverture désormais prévue en 2027

La date d'ouverture du nouveau campus est désormais fixée à 2027, contre 2025 initialement.

Le directeur du projet hôpital Nord, Jean-Baptiste Hagenmuller, a détaillé lundi à APMnews le nouveau calendrier. Pour la partie hospitalière, il est prévu de lancer le concours pour sélectionner la maîtrise d'oeuvre au 1er trimestre 2019, afin d'arrêter un choix mi-2020. L'AP-HP table par ailleurs sur la qualification du projet d'intérêt général en avril 2019, l'acquisition du terrain mi-2021 et le permis de construire fin 2021.

L'université a un calendrier décalé d'à peu près un an au début. Mais son chantier étant un peu moins long, l'ouverture est tout de même prévue pour 2027.

Le terrain nécessitera un an et demi de travaux (démolition, dépollution...) pour préparer le chantier qui durera ensuite de 2023 à 2027.

Le décalage de calendrier n'a pas d'impact sur le coût en dehors de l'actualisation classique en fonction notamment de l'évolution du coût de la construction. Pour le moment, le seul chiffre avancé reste celui du comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins (Copermo) de décembre 2016, soit 719 millions d'euros (M€), dont 50 M€ pour le foncier et 65 M€ pour l'équipement. Le projet de l'université devrait s'élever à 370 M€, contre 300 M€ initialement.

Il est prévu de repasser tous les ans devant les tutelles pour actualiser les calendriers et montants. Cela n'a pas été fait en 2017 et 2018 dans l'attente d'une décision définitive sur le choix du site.

La nouvelle implantation ne modifie pas le coût du chantier car la surface est toujours de 4 ha pour la partie hospitalière. Certaines caractéristiques du projet doivent néanmoins être ajustées par rapport au terrain, par exemple le bâtiment aura une forme plus de trapèze que de rectangle.

S'agissant de l'impact sur le quartier, Jean-Baptiste Hagenmuller a indiqué que des études allaient être lancées en 2019 en lien avec les collectivités locales (mairie, établissement public territorial Plaine Commune, département) sur le comptage et les perspectives en matière de circulation et de stationnement puis sur l'intégration urbaine.

Moins de contraintes techniques

Le directeur du projet hôpital Nord a souligné que le décalage de calendrier était simplement dû à l'impossibilité de le mener sur la ZAC des Docks et la nécessité de recommencer la procédure sur un nouveau site.

Sur la ZAC, "nous avions beaucoup de craintes et d'incertitudes", a-t-il souligné. L'historique du site était par exemple difficile à reconstituer. L'emplacement couvrait notamment l'ancienne darse (bassin) du port de Saint-Ouen, bouchée dans les années 1950 par des remblais de construction, ce qui pouvait réserver de mauvaises surprises, a observé Jean-Baptiste Hagenmuller.

La profondeur de la nappe phréatique, qui s'étend sur tout Saint-Ouen, était aussi problématique. Puisqu'elle est située à 5 mètres de profondeur, le risque d'une interaction avec la terre polluée lors des travaux était important.

Le site était exposé à un risque d'inondation du fait de sa proximité avec la Seine, ce qui avait conduit la préfecture à demander de relever la hauteur de construction. L'utilisation du site obligeait aussi notamment à la création d'une route et d'un franchissement par-dessus les voies ferrées (dont le surcoût de 20 M€ devait être pris en charge par l'Etat), à la révision de tous les plans d'altimétrie de la ZAC et au déplacement de câbles électriques gigantesques alimentant le réseau du Nord de Paris.

Cet enchevêtrement de contraintes techniques risquait de faire prendre des années de dérapage, indépendamment des questions de coût, a observé Jean-Baptiste Hagenmuller, évoquant des décalages de calendrier qui repoussaient déjà la fin du projet "bien au-delà de 2027".

L'AP-HP avait initialement choisi un autre site dans la ZAC moins problématique mais le maire de Saint-Ouen avait imposé celui près de la Seine, rappelle-t-on.

S'agissant du nouveau site, les contraintes devraient être moins importantes. Il y avait initialement des champs sur lesquels une usine a été installée en 1849. Celle-ci a été rachetée en 1923 par Citroën, devenu ensuite PSA. "C'est un lieu d'industrie autour des machines puis de la tôlerie automobile depuis 1850", ce qui donne un historique plus précis de la nature de la pollution, liée à l'usage des presses, a indiqué le directeur du projet. PSA a déjà effectué des sondages et d'autres vont être réalisés à partir du vendredi 21 décembre avec des résultats attendus en avril 2019.

Par ailleurs, la nappe est située à 9 mètres de profondeur et le site n'est plus situé directement à proximité de la Seine.

Interrogé sur le devenir des sites Bichat-Claude-Bernard et Beaujon, le directeur du projet a indiqué que les engagements de la direction générale sur le financement des mesures de sécurité (normes, entretien des ascenseurs...) prévues jusqu'en 2025 seront prolongées jusqu'en 2027.

Il est prévu de conserver le site Claude-Bernard pour développer les soins de suite et de réadaptation (SSR), la gériatrie et la psychiatrie. La tour de Bichat et le site de Beaujon ont vocation à être vendus mais ces procédures ne devraient pas être lancées avant 2023.

cb/nc

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://pro-smen.org/prime-PRO-SMEn-hopitaux
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions