Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://vimeo.com/372582192

CES 2019 : "Les hôpitaux français manquent de moyens pour se projeter dans l'innovation" (Orange Healthcare)

Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas (crédits: CES press)
Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas (crédits: CES press)

PARIS, 11 janvier 2019 (TecHopital) - Si le Consumer Electronics Show (CES) est une bonne vitrine des opportunités offertes par les technologies de santé connectée, "l'informatisation 'basique'" des hôpitaux est toujours en cours en France, et les structures de santé manquent encore de moyens pour "se projeter dans l'innovation", a estimé Rémy Choquet, directeur de l'innovation d'Orange Healthcare, dans un entretien accordé à APMnews.

Plusieurs représentants d'industries de santé et d'entreprises de la tech ont été invités à débattre des évolutions de la "médecine digitale", des apports des medtech, du big data et de l'IA dans les soins, et de l'état de l'art du développement de l'IoT (internet of things) dans le domaine de la santé, lors du CES 2019 qui se déroule du 8 au 11 janvier à Las Vegas (Nevada).

Le Digital Health Summit est une sorte de conférence dans la conférence qui réunit depuis 10 ans des entreprises et des professionnels de santé au sein d'un espace d'exposition. Il propose une série de conférences et de débats entièrement consacrés à la e-santé.

Entretien avec Rémy Choquet, directeur de l'innovation d'Orange Healthcare, filiale spécialisée en e-santé d’Orange Business Services, présente cette année au CES.

TecHopital : L'édition 2019 du CES se tient du 8 au 11 janvier à Las Vegas. Est-ce un évènement que vous suivez pour Orange Healthcare?

Rémy Choquet: Le CES est un salon plutôt orienté grand public. Cependant, la filiale spécialisée en e-santé d’Orange Business Services sera présente cette année pour présenter des solutions autour de l’exploitation des données de santé hospitalières, avec Enovacom.

Comment expliquer le fossé qui peut exister entre les prouesses technologiques exposées au CES et la réalité de terrain en termes d'outillage des professionnels et établissements de santé?

R.C.: La difficulté à appréhender les impacts d'une innovation sur le système de soins peut être une raison. Mais il y aussi un problème de dette technologique des hôpitaux en France. Le CES est une vitrine d'innovations qui peuvent être une réalité outre-Atlantique, mais qui ne pourront pas l'être aussi simplement chez nous, car les Etats-Unis investissent deux à trois fois plus que nous dans la digitalisation des hôpitaux. Une technologie ne vit pas seule: il faut pouvoir la tester pour qu'elle s'intègre à un système d'information hospitalier (SIH) et aux usages.

Il faut avoir du temps et des moyens humains et financiers pour cela. En France, l'informatisation "basique" des hôpitaux est encore en cours et nous ne disposons pas toujours d'un socle suffisamment solide pour que les établissements prennent le temps de se projeter dans l'innovation. Certains se mettent en ordre de bataille, mais ils le font à moyens quasiment constants: il faut donc trouver des poches de valeur probantes.

A-t-on réellement le temps d'attendre? Quel risque pourrait-il y avoir à se voir imposer des innovations développées ailleurs, aux Etats-Unis ou en Asie?

R.C.: Le sujet de fond est de savoir si l'on souhaite créer une filière du digital en santé en France et en Europe. Ne pas donner les moyens à l'hôpital d'intégrer et de travailler sur l'innovation, cela signifie qu'on ne permet pas à une industrie locale de se développer. Le problème que l'on constate globalement dans le domaine de la santé d'un point de vue industriel, c'est un manque de maturité du marché.

Ce n'est pas toujours évident d'investir pour fabriquer des objets digitaux sans connaître la réalité de l'achat ou du positionnement du produit, du fait d'une faiblesse de la demande. La question à se poser est de savoir si l'on souhaite être constructeurs de nos propres solutions digitales ou bien si l'on veut laisser de grands acteurs étrangers développer les outils, pour ensuite les adapter chez nous, sans avoir eu la chance de créer une filière industrielle française de la e-santé.

Le risque n'est-il pas aussi de voir partir nos pépites françaises à l'étranger?

R.C.: Il y a de très belles réussites françaises en santé connectée, comme Bioserenity, qui s'est développée en interface avec le monde médical et a pu profiter d'investissements. D'autres, comme Voluntis ou Cardiologs, ont dû partir aux Etats-Unis dès qu'il a été question d'accéder au marché, du fait de la taille du marché américain et de l'organisation différente du système de santé.

C'est un problème: on investit en France, les hôpitaux mettent la main à la pâte pour tester les innovations, et lorsqu'il s'agit de trouver des clients et de passer à l'échelle, on part ailleurs. Si l'on veut que l'innovation se construise et existe en France, il faut que l'acheteur achète. On peut se demander si l'Etat a bien pris la mesure de sa responsabilité sur ce sujet: sans achat, pas de filière industrielle et l’offre (start-up, TPE/PME, grands groupes) ne peut durablement exister.

Le gouvernement a multiplié les annonces sur le numérique en santé ces derniers mois, avec le plan "Ma santé 2022", la relance du dossier médical partagé (DMP), la création annoncée d'un Health Data Hub et le remboursement de droit commun de certains actes de télémédecine. Des raisons d'être optimiste?

R.C.: On ne peut que se féliciter de ces annonces qui vont dans le bon sens. Il faudra toutefois être vigilant à la captivité des développements pour et par la puissance publique, et à leur ouverture sur l'écosystème numérique. Si on ne fonctionne que par appel d'offres étatique, et qu'on n'"API-se" [créer des interfaces de programmation, ndlr] pas le DMP par exemple, on rend l'innovation autour du parcours patient très difficile. Sur un certain nombre de sujets, comme la digitalisation de premier niveau des hôpitaux, il faut qu’on accélère, en y intégrant de l’équipement pour des solutions d’entrepôts de données de santé, et ainsi permettre la mise en œuvre du Health Data Hub.

Globalement, on manque de lisibilité sur la stratégie mise en place en e-santé. On parle de "bouquet de services numériques", mais qui va faire quoi? A quelle vitesse? Comment va s'opérer la mise en place de ce bouquet? Nous, industriels, avons besoin de lisibilité à cinq ans sur ces sujets pour mieux piloter l’investissement dans les solutions de demain.

Quid de la capacité actuelle des autorités de santé à évaluer un dispositif technologique?

R.C.: Il faudrait déjà résoudre le problème de la frontière entre un objet technologique dont on se servirait dans un cadre de sa santé et un dispositif médical, qui n'est pas encore claire et nette. Et lorsqu'il ne s'agit pas d'un dispositif médical, faut-il le réguler, le certifier, le labelliser? Une autre question est de savoir si la Haute autorité de santé (HAS) est suffisamment outillée pour évaluer ces dispositifs lorsqu'ils accèdent au marché. Je ne le pense pas.

On constate déjà les difficultés dans la surveillance de certains médicaments en vie réelle, après leur autorisation de mise sur le marché (AMM), pour faire remonter des données et assurer une surveillance continue. On peut aussi se demander si c'est à la HAS d'évaluer les dispositifs technologiques et d'assurer ce suivi en vie réelle post-AMM. Faudra-t-il un nouvel opérateur? Il y a probablement un sujet de modernisation technologique de nos autorités de surveillance sanitaire.

Le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas
Né en 1967 à New York et conçu pour être la vitrine du développement de l'électronique grand public, le CES, qui a désormais pris ses quartiers à Las Vegas, s'est imposé en quelques décennies comme la grand-messe internationale de l'innovation technologique et de ses applications dans tous les secteurs d'activité.
D'année en année, la santé émerge comme l'un des secteurs les plus dynamiques parmi les 25 catégories de produits couvertes par le salon, qui vont des jeux vidéo aux systèmes d'impression 3D, en passant par les solutions de cybersécurité, la photographie numérique et les technologies pour le sport.
Steve Koenig, vice-président de la Consumer Technology Association (CTA), association organisatrice de l'évènement, avait évoqué lors de son passage à Paris, en octobre 2018, l'importante "vague d'innovations en matière de santé digitale, avec des technologies qui complètent et renforcent les traitements médicaux, et des patients qui reprennent le contrôle de leur santé en étant mieux informés et mieux suivis à distance".

rm/gdl/eh

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://new.abb.com/fr/sante
https://www.ecophon.com/fr/connaissance/hc---noise-affects-quality-of-care/
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions