Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://digital-solutions2.konicaminolta.fr/FR-20190521-TDS-0-MLT-EVT-HVF-0-01-Page-de-contact-HIT.html?utm_medium=email&utm_campaign=FR-20190521-TDS-0-MLT-EVT-HVF-0-salon-HIT-2019&utm_source=Event&utm_term=&utm_content=contact
http://www.canyon.fr/

Chirurgie: le robot dernière génération Da Vinci Xi* impose de nouveaux équipements de prise en charge en stérilisation

©[2016] Intuitive Surgical, Inc
©[2016] Intuitive Surgical, Inc

STRASBOURG, 5 avril 2018 (TecHopital) - L'utilisation du robot chirurgical de dernière génération Da Vinci Xi* (Intuitive Surgical) nécessite de nouveaux équipements pour prendre en charge en stérilisation le matériel associé, a expliqué l'équipe du CHU de Strasbourg le 29 mars lors des journées nationales d'études sur la stérilisation dans les établissements de santé, organisées à Strasbourg par le Centre d'études et de formation hospitalières (CEFH).

La stérilisation centrale doit s'adapter rapidement aux avancées technologiques qui dessinent la chirurgie du futur.

Voir le patient en transparence semble désormais à portée de main, comme l'a expliqué le Dr Alexandre Hostettler, directeur de recherche à l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (Ircad) de Strasbourg en présentant la modélisation tridimensionnelle (3D) des patients à partir de leur imagerie médicale et son automatisation. Ces images peuvent être utilisées au bloc opératoire afin de guider le geste chirurgical par la réalité augmentée, soit en simulation avant l'intervention, soit en intraopératoire pour recaler les images. Cela ouvre des perspectives impressionnantes dans la réalisation d'interventions chirurgicales complexes, en permettant de tenir compte davantage de la vascularisation.

"Pour l'instant, la réalité augmentée n'est pas intégrée au work-flow clinique. Elle le sera d'ici 3-4 ans. Pour le foie et ses vaisseaux, ce sera plutôt dans une dizaine d'années", a-t-il précisé. Actuellement, "nous revisionnons les vidéos des interventions pour voir si nos calculs étaient bons".

Plusieurs interventions faisant appel à la réalité augmentée ont déjà été réalisées à l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Strasbourg en chirurgie digestive par chirurgie laparoscopique et avec la robotique, ont indiqué Marianne Pingard, infirmière de bloc opératoire (Ibode) de stérilisation, et Céline Burgun, cadre de santé stérilisation au CHU de Strasbourg.

L'établissement a acquis fin 2017 deux nouveaux robots chirurgicaux de la dernière génération, le Da Vinci Xi* (Intuitive Surgical), et leur utilisation a un impact sur les pratiques de stérilisation. Les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) ont déjà des robots Da Vinci* depuis 2006 (DVS puis en 2011 le Da Vinci Si*, 5 au total), mais la dernière génération est encore différente. Les équipes de stérilisation s'y sont préparées en se rapprochant d'autres établissements déjà équipés.

Le matériel à prendre en charge comprend l'endoscope, l'agrafeuse et les complémentaires. Il faut vérifier à plusieurs reprises l'intégrité des lentilles de l'endoscope. Tout est prédésinfecté au bloc opératoire et installé dans des armoires acheminées vers la stérilisation. L'endoscope est positionné dans un plateau thermoformé et placé dans un bas de transport pour le protéger.

"C'est l'endoscope qui pose le plus de contraintes dans la dernière génération de robot", a commenté Céline Burgun. Elles ont détaillé par le menu chaque étape de prise en charge (lavage, conditionnement, stérilisation et réacheminement) avec à chaque fois toutes les précautions prises. Pour l'instant, le traitement de ce matériel fait appel à de nombreuses étapes manuelles dont le lavage (les 6 ports d'irrigation doivent être nettoyés avec une seringue qui injecte du liquide).

Plusieurs pièces nécessitent une lubrification dont l'agrafeuse qui est un nouvel élément de ce robot et en sept points. L'intégrité des mors et des câbles doit être vérifiée. Il faut aussi s'assurer que la durée de vie du matériel est encore viable. La durée de vie déterminée par le fabricant est de 10 utilisations ou 15 stérilisations (on ne peut pas la dépasser, le matériel et bridé).

Le service de stérilisation va acquérir une embase dédiée pour pouvoir mettre l'endoscope dans le laveur-désinfecteur de manière à automatiser la procédure de lavage.
"Pour l'instant, nous avons fait le choix d'une prise en charge manuelle pour les deux robots pour ne pas tout chambouler dans le programme de lavage. C'est consommateur en temps mais cette activité de lavage est compatible avec nos locaux", a expliqué Julie Scholler, pharmacienne responsable de la stérilisation du CHU de Strasbourg.

"Quand on a trois endoscopes dans une même journée, cela monopolise un agent sur une demi-journée, de 13h à 20h", a indiqué Célie Burgun, interrogée sur le temps de traitement.

Un nouvel appareil de stérilisation basse température

Une partie du matériel passe à l'autoclave (134°C, 18 minutes mais pas l'endoscope qui est thermosensible). Il a aussi fallu acquérir un nouvel appareil de stérilisation à basse température, le V-Pro Max* de Steris car l'endoscope est très long et il n'était pas compatible avec l'appareil dont disposait l'établissement (Sterrad*, ASP, groupe Johnson & Johnson).

"Nous sommes en demande d'un deuxième appareil pour le back-up car les appareils les plus proches sont à Nancy, Dijon ou Besançon", a précisé la pharmacienne.

Le mode dégradé n'est pas la désinfection de haut niveau, de manière à respecter l'avis publié en juin 2016 par la Société française des sciences de la stérilisation (SF2S) et la Société française d'hygiène hospitalière (SF2H). C'est donc une chirurgie non robotisée. Les chirurgiens sont prévenus. "Pour l'instant, nous n'avons pas eu de panne de l'équipement", a-t-elle précisé.

Le CHU de Dijon a aussi fait l'acquisition d'un robot Da Vinci Xi* début décembre 2017. La pharmacienne présente dans la salle a indiqué qu'elle avait eu "la chance d'avoir l'embase de lavage dès le début" et cela évite des étapes manuelles et des risques associés de chocs sur le matériel. "Elle donne satisfaction et nous n'avons pas eu d'aléas", a-t-elle rapporté. Elle aussi n'a qu'un seul stérilisateur basse température pour prendre en charge le matériel, ce qui peut poser problème en cas de maintenance ou de panne de l'appareil. Et il n'existe pas de procédure dégradée.

"Il faut s'adapter en permanence", a commenté Hervé Ney des hôpitaux universitaires de Genève qui a également deux robots Da Vinci Xi* dans son établissement. Lui aussi a dû acquérir un nouvel appareil à basse température. "L'analyse des coûts comprend rarement ces coûts cachés qui sont très, très importants", a-t-il noté.

"Préparez-vous à adapter vos procédures ou à les changer. Ce robot nécessite aussi un type spécifique de détergent. C'est vraiment une aventure", a-t-il commenté.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.journees-ihf.com/
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions