Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

CHU d'Angers: ouverture du "living lab" gériatrique, doté d'une chambre connectée

Photo: Catherine Jouannet
Photo: Catherine Jouannet

ANGERS, 23 novembre 2018 (TecHopital) - Le CHU d'Angers a ouvert un "living lab" gériatrique, incubateur d'innovations doté d'une chambre d'hospitalisation expérimentale et connectée, présenté à l'occasion de la Connected Week d'Angers qui s'est tenue les 21 et 22 novembre.

L'ouverture prochaine d'Allegro, "le premier living lab gériatrique hospitalier en France", avait été annoncée par le CHU d'Angers en juin. Des visites ont été organisées les 21 et 22 novembre et les conventions de partenariat ont été signées à cette occasion.

Porté par le service de gériatrie du CHU d'Angers dirigé par le Pr Cédric Annweiler, Allegro (Angers Living Lab en Gériatrie hOspitalière) offre depuis début novembre "un espace d'expérimentation réaliste et grandeur nature au cœur du service de soins. Ensemble, personnes âgées hospitalisées et leurs proches, soignants et industriels y imaginent et y développent les nouvelles technologies et les nouveaux services de demain destinés aux seniors", indique le CHU dans un dossier de presse.

C'est un incubateur d'idées. Tous les deux mois, les ateliers Allegro incubateurs d’idées réuniront partenaires et usagers pour favoriser l’émergence de nouvelles idées (nouveau concept, nouvelle demande, nouveau besoin, etc.) dans un processus de co-conception. L’objectif est de permettre aux usagers de faire remonter leurs véritables besoins, d'éviter les "fausses bonnes idées" que l'on peut avoir lorsque l'on n'est pas soi-même une personne âgée malade. Il s’agit in fine de guider le développement technologique industriel en l'adaptant aux attentes des patients âgés et des équipes de soins.

C'est également une chambre expérimentale connectée. Cette pièce aménagée au cœur du service de gériatrie aiguë du CHU d’Angers permettra aux partenaires académiques et industriels de tester et valider des prototypes -objets et services- destinés au bien-vieillir. Faisabilité, acceptabilité, utilité, efficacité, sécurité, fiabilité, reproductibilité: tous ces points seront passés en revue.

La synergie des deux doit favoriser des collaborations entre les usagers (personnes âgées malades, familles, aidants, soignants) et les partenaires (industriels, académiques, institutions publiques…).

Le conseil scientifique d’Allegro est constitué d’acteurs locaux et régionaux de l’innovation technologique et de la santé de la personne âgée, incluant le centre de recherche sur l'autonomie et la longévité du CHU d’Angers, la cité de l’objet connecté d’Angers, le Centre d'expertise national des technologies de l'information et de la communication pour l'autonomie (Centich), ou encore le gérontopôle des Pays de la Loire.

"Le rôle du comité scientifique est d’évaluer la pertinence et la faisabilité des projets soumis à Allegro, les amender si besoin, puis valider les protocoles d’évaluation, hiérarchiser les différentes demandes, voire de les intégrer dans le schéma global de l’innovation gérontechnologique en Pays de la Loire", précise Frédéric Noublanche, coordonnateur du living lab Allegro.

Cette structure s'appuie sur une équipe de recherche académique dotée d’une longue expérience dans le domaine de la publication scientifique biomédicale internationale. Tous les projets portés par Allegro seront conduits dans le respect des contraintes réglementaires de la recherche clinique et feront l’objet de travaux de masters, de thèses et de publications scientifiques. Il intégrera le réseau européen des living lab ENoLL.
Allegro a reçu le soutien de la Fondation hôpitaux de Paris-hôpitaux de France en décrochant une dotation de 16.800 € dans le cadre d'un appel à projets. Ce soutien a permis l'équipement de la chambre expérimentale. L'équipe de gériatrie peut aussi compter sur Angers Loire Métropole qui finance une thèse de doctorat pour 45.500 €.

Six partenaires industriels

Plusieurs industriels soutiennent et s'investissent dans le projet. La société Cottos medical a créé Cycléo*, un simulateur de vélo connecté qui permet de faire des balades virtuelles en se projetant au-delà des murs de la maison de retraite grâce à des décors virtuels, déjà en place dans 48 établissements. Elle va participer à un essai clinique en 2019 pour étudier les possibilités de diagnostic des dégénérescences cognitives avec cet outil.

La société angevine Digitamine propose aux utilisateurs d'Allergo une application sur tablette tactile, Cogilus*, équipée d'outils qui leur laissent le libre choix des éléments de travail: thèmes des images, gestion des résultats, validation des réalisations, ce qui permet de personnaliser à l'infini les exercices proposés aux patients. Au sein d'Allegro, il sera possible de valider l'ergonomie de cet objet relationnel et d'en mesurer l'usage précis afin de l'optimiser.

Une chaussure connectée pour détecter les chutes inventée par E-vone (groupe Eram) va aussi intégrer le living lab afin de tester son acceptabilité par les porteurs, améliorer son chaussant pour réduire les chutes et envisager de développer une chaussure fournissant des données au personnel soignant pour mieux diagnostiquer les pathologies ou prédire la chute.

Une collaboration est engagée avec LudHealth qui a créé Le Qoos*, un équipement ergonomique et dynamique qui se fixe au mur pour faire des exercices d'endurance, de renforcement, d'équilibre ou d'assouplissement. Une version connectée est en cours de développement pour solliciter par des stimulations visuelles et sonores les fonctions exécutives, avec comme application la prévention du risque de chute de la personne âgée. Cet outil permettra de collecter des données utiles au diagnostic et à l'accompagnement par les professionnels de santé.

Le living lab va aussi expérimenter un coussin connecté pour prévenir les escarres, Gaspard*, troisième produit de Captiv, une petite société de sept personnes qui crée des objets connectés. Son fondateur, Morgan Lavaux, a subi un grave accident du sport dont il est ressorti paraplégique et il a eu l'idée d'un produit destiné aux personnes en fauteuil roulant. Gaspard* comporte un tapis connecté à placer sous le coussin anti-escarre du fauteuil. Il détecte le temps passé, le positionnement et l'inactivité. Il avertit simplement son utilisateur sur son smartphone dès qu'un problème est détecté, l'aidant à corriger le problème.

La société Tikeasy, entreprise du groupe La Poste, propose d'étudier dans le living lab sa solution numérique Ardoiz* et de tester l'intégration au sein de cette solution d'applicatifs d'e-santé adaptés et le développement d'une version avec une ergonomie simplifiée adaptée à des seniors en situation de fragilité. Ardoiz* se compose d'une tablette offrant les fonctions usuelles (messagerie, internet, photos...) et des services d'accompagnement rassurants (installation par un agent de La Poste, assistance téléphonique).

Enfin, Domus Prévention, réseau national d'ergothérapeutes spécialisés dans le conseil en adaptation de logements et l'évaluation globale de besoins à domicile en faveur des personnes âgées et/ou en situation de handicap, est en discussion avancée sur deux projets: la création d'un diagnostic de prévention de chute au sein d'établissements médicalisés ou médico-sociaux et la mise en place dans toute la France, en télémédecine, d'une consultation médicale pour personne "chuteuse", en présence de l'ergothérapeute qui aura préalablement réalisé le diagnostic habitat (une vision à 360 degrés des risques de chutes). Une convention de partenariat a été signée en juin avec le CHU d'Angers, rappelle-t-on.

La Connected Week organisée à Angers devait aussi être l'occasion pour le CHU de présenter sa salle hybride dotée du système Discovery* IGS 730 de General Electric (GE) Healthcare. Des ateliers étaient organisés avec l'université au centre de simulation en santé pour le grand public. D'autres projets novateurs du CHU étaient attendus, comme une montre connectée pour améliorer les massages cardiaques actuellement en développement ou le robot humanoïde Pepper (Conserto) qui a été placé en salle d'attente des consultations d'anesthésie du CHU.

sl/nc

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite

Les offres

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions