Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

CHU de Bordeaux: le scénario complet du schéma directeur immobilier se précise

Crédit : CHU Bordeaux
Crédit : CHU Bordeaux

(Par Jean-Yves PAILLÉ, à la Paris Healthcare Week)

PARIS, 7 juin 2019 (TecHopital) - Le scénario du schéma directeur immobilier (SDI) du CHU de Bordeaux sera complètement stabilisé avant la fin de l'année, a-t-on appris auprès d'acteurs du CHU de Bordeaux et de la société A2MO, qui ont présenté les restructurations prévues dans ce cadre, lors de la Paris Healthcare Week qui s'est déroulée du 21 au 23 mai.

Le schéma directeur immobilier 2019-2030 prévoit que le CHU "passe de trois établissements principaux à deux établissements 24 heures sur 24 et un établissement d'ambulatoire et de santé publique", avait expliqué en février, Philippe Vigouroux, directeur général du CHU, à APMnews (site d'information du groupe APM international dont fait partie TecHopital).

Les urgences du site de Saint-André au centre-ville seront déplacées sur le site Haut-Lévêque (groupe hospitalier Sud). L'hospitalisation complète de Saint-André se répartira quant à elle sur le site du Haut-Lévêque et au sein du groupe hospitalier (GH) Pellegrin. Le directeur général avait évoqué un investissement de 580 millions d'euros au total.

Un dossier "pour la phase d'éligibilité" a été déposé en février auprès du Comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins (Copermo), rappelle-t-on.

"La ville de Bordeaux se développe [démographiquement] en particulier au sud-ouest", a introduit Alexis Jamet, directeur du département des ressources matérielles au CHU, lors de la Paris Healthcare Week, justifiant le "déplacement des urgences adultes au sud de la métropole". Il a rappelé que la métropole de Bordeaux devrait compter 1 million d'habitants en 2030, contre 750.000 aujourd'hui.

Elisabeth Lecureuil, directrice du secteur santé chez A2MO, qui accompagne l'établissement dans l'élaboration de son SDI, a indiqué que d'ici la fin de l'année "on va complètement stabiliser le scénario de trajectoire avec les opérations résultantes sur chacun des sites".

Elle a indiqué que les filières de soins de l'hôpital Saint-André vont "être recomposées, soit sur le Haut-Lévêque, soit sur Pellegrin", avec la nécessité "d'une reconfiguration globale des sites". Cela implique notamment la création d'un service d'urgences générales sur le site de Haut-Lévêque (groupe hospitalier Sud), tandis que les urgences du GH de Pellegrin seront développées, a-t-elle noté.

Alexis Jamet a détaillé les restructurations du GH Pellegrin. "On a imaginé comme première étape" du SDI "un échange de foncier". Ainsi, une partie au sud-ouest du GH Pellegrin sera cédée à l'université de Bordeaux. Le CHU acquerra une autre partie appartenant actuellement à l'université plus centrale par rapport à la situation des activité médicales du site. "Entre les constructions, cessions et démolitions", le schéma conduit à "une diminution de patrimoine d'environ 30.000 m² sur ces 10 années", a-t-il estimé.

Sur les parcours, Elisabeth Lecureuil a expliqué que certaines filières sur ce site sont "extrêmement structurées". Ainsi, les "urgences gynécologiques-obstétriques et pédiatriques ont été confortées dans leur positionnement" dans le cadre du SDI. Les urgences centrales ont quant à elles "été positionnées pour créer un coeur de site" en vue d'"une liaison complète avec la majorité des bâtiments existants" sur le site. L'objectif est "d'articuler des gros plateaux de consultation, les hôpitaux de jour [HDJ]", entre autres, et "de conforter un pôle de consultation sur le Tripode [un bâtiment du GH Pellegrin]", dans une logique de parcours patient. De plus, des lits d'aval et la filière "unité neuro-vasculaire" (UNV) seront en lien étroit avec les urgences.

Pour les urgences, l'objectif est de passer à un "site perfusé", avec "différents accès et sorties pour éviter les zones d'embouteillage", a précisé Alexis Jamet.

Le nouveau bâtiment ("Nouvelles Barres Nord") a la capacité de rendre le site quasiment monobloc", ce qui représente un enjeu "performance" en matière de parcours et de logistique, a résumé Alexis Jamet. Le nouveau bâtiment, qui remet les urgences au coeur du dispositif, impliquera une restructuration de 40.000 m².

"Il n'a toutefois pas été possible pour le site d'avoir un bloc commun pour la totalité des activités adultes", a concédé la directrice du secteur santé.

Alexis Jamet a ajouté qu'un institut de biologie sera construit et "va regrouper l'ensemble des activités de laboratoire aujourd'hui disséminées sur l'ensemble du site". Cela "va permettre de libérer des zones, pour préparer l'arrivée d'activités qui sont aujourd'hui sur le site de Saint-André", a-t-il argué.

Haut-Lévêque: à la recherche d'une "meilleure lisibilité"

Patrick Heissat, ingénieur général au CHU, a détaillé les enjeux des restructurations sur le site du Haut-Lévêque. L'objectif est "d'augmenter la partie paysagère très appréciée des patients" et de garder "cet hôpital village", tout "en articulant les nouveaux projets", a-t-il souligné. Environ 25.000 m² seront concernés par des démolitions, a-t-il chiffré.

Et de poursuivre: un hôtel hospitalier "sera inséré à côté de l'hôpital pour les familles et les patients", pour prendre en compte le cadre de l'ambulatoire, avec un "circuit protégé" en liaison avec le plateau technique.

Elisabeth Lecureuil a indiqué que pour le parcours patient, "l'enjeu était de trouver un emplacement pour un nouveau bâtiment" afin d'"irriguer un maximum de bâtiments. [...] On a préféré garder un bâtiment accessible depuis les façades actuelles du site pour conserver la lisibilité", même "s'il faudra qu'on aille chercher une meilleure lisibilité", selon elle.

"En termes de secteurs associés, on déclinerait les filières médico-techniques puisque les urgences seraient associées à l'imagerie", a-t-elle ajouté soulignant "l'intérêt d'une liaison entre les différents bâtiments". "Ces secteurs médico-techniques comprennent également le volet bloc opératoire pour la partie activité cardio-thoracique et salle de coronographie", a-t-elle ajouté.

La "partie structurante" U2CT (Cancéro-cardio-thoracique) représente 30.000 m² de restructurations. Le positionnement d'unités ambulatoires par filière a été "conforté", notamment pour le digestif. La directrice santé a précisé que la filière onco-hématologie, qui fait "partie des axes stratégique" du CHU, sera mise en avant. L'objectif est "d'avoir une certaine visibilité sur cette filière et qu'elle soit portée par ce site". Elle sera comprise dans le nouveau bâtiment. Celui-ci comprendra "un bloc opératoire unique pour un certain nombre de disciplines".

Patrick Heissat a précisé que le plateau technique de l'U2CT comprendra 10 salles thoraciques, et 8 salles en imagerie interventionnelle. Huit salles "pourraient être consacrées à l'ambulatoire", a-t-il évoqué.

Le bâtiment de cardiologie existant sera quant à lui restructuré en parcours. Une nouvelle blanchisserie sera mise en place, la cuisine sera refaite, de la manutention automatique sera mis en place.

Patrick Heissat a ajouté que le CHU planche par ailleurs sur une "desserte automatique" et la mise en place de véhicules pour "un circuit qui fera le tour du site et desservira les différents bâtiments".

Un projet partenarial d'aménagement urbain pour Saint-André

Une partie du site de Saint-André va être valorisée et vendue avec l'accord de la ville, a-t-il poursuivi. L'utilisation future de cette partie est en cours de réflexion. Sur les 55.000 m² du site, 8.000 m² seront conservés.

A Saint-André, "il y aura une maison médicale de santé, car il y a un enjeu en centre-ville pour l'accueil des patients", notamment. Une partie pourrait être consacrée à "des activités de recherche", a précisé l'ingénieur général.

Elisabeth Lecureuil a mentionné, parmi les points de vigilance, le calendrier à "mener conjointement" et "d'un seul tenant" au niveau du GH de Pellegrin et sur le site du Haut-Lévêque, soulignant l'importance de "tenir le rythme de ces opérations". Elle a estimé qu'"il faut qu'on aille plus loin" notamment sur "le schéma directeur urbain" pour consolider le projet.

Un projet partenarial d'aménagement urbain, créé sous l'impulsion de l'ancien maire de Bordeaux, Alain Juppé, a été lancé pour que le schéma directeur immobilier du CHU "se déroule en harmonie avec les collectivités", a par ailleurs annoncé Alexis Jamet.

jyp/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions