Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

CHU de Brest: la nouvelle DG souhaite poursuivre la politique d'investissements en particulier sur le système d'information

Vue du futur institut de cancérologie, d’hématologie et d'imagerie du CHU de Brest. Illustration: Groupe 6
Vue du futur institut de cancérologie, d’hématologie et d'imagerie du CHU de Brest. Illustration: Groupe 6

(Par Sylvie LAPOSTOLLE)

BREST (Finistère), 21 octobre 2020 (TecHopital) - La nouvelle directrice générale du CHU de Brest, Florence Favrel-Feuillade, souhaite poursuivre la politique d'investissement en particulier sur le système d'information (SI) qui doit être modernisé, a-t-elle expliqué à APMnews/TecHopital lors d'une entretien accordé après sa première conférence de presse tenue à Brest.

Florence Favrel-Feuillade CHU de Brest
Arrivée le 14 septembre, Florence Favrel-Feuillade a succédé à Philippe El Saïr qui dirige maintenant le CHU de Nantes. Elle était auparavant directrice de la recherche clinique et de l'innovation (DRCI) à l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP).

"Je suis directrice d'hôpital depuis plus de 20 ans. C'est une vocation précoce avec un engagement qui ne se dément pas. J'ai assumé des directions tant en hôpital de proximité qu'au sein du plus grand CHU de France et d'Europe sur des fonctions variées: qualité, système d'information, finances, affaires médicales, stratégie et recherche", a-t-elle indiqué à APMnews/TecHopital.

Elle a été attirée par l'image d'un CHU dynamique, innovant et très inscrit dans son territoire avec les hôpitaux de proximité et avec les acteurs libéraux et "qui a à cœur d'être au service de la population". L'établissement a aussi "un projet architectural engagé, des équipements de pointe qui sont un facteur d'attractivité important" et il a "pour atouts des équipes de recherche d'excellence à conforter, une volonté de soutenir l'innovation dans toutes ses composantes technologiques et organisationnelles dans une démarche de conduite de projet rythmée".

Bien qu'ayant poursuivi sa carrière en Ile-de-France, elle s'est dit ravie de s'installer en Bretagne, sa "région d'adoption", ayant une maison dans les Côtes-d'Armor depuis 15 ans.

Après la crise Covid qui a développé le télétravail et la télésanté, la directrice générale souhaite "capitaliser" sur ces changements en poursuivant l'e-santé pour le suivi des maladies chroniques ou le maillage avec les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et la ville.

Après le Ségur de la santé, les enjeux pour le CHU de Brest (2.544 lits et places, près de 8.000 agents) sont de mettre en œuvre les revalorisations salariales et les mesures sur la permanence des soins ainsi que d'"émarger sur le plan de relance [de l'économie] pour obtenir des financements au titre de l'investissement". Une liste des opérations éligibles a été définie.

Modernisation prioritaire des SI

Dans la modernisation architecturale en cours (376 M€ sur 15 ans), trois projets sont déjà financés par le Comité de performance et de modernisation (Copermo) -l'institut de cancérologie et d'hématologie, la création d'une pharmacie et d'une stérilisation unique et la modernisation de la réanimation.

Mais le CHU a d'autres projets dont "des opérations d'humanisation des soins de suite et de longue durée et en Ehpad. Il y a une vraie urgence à investir dans des locaux rénovés".

Le centre de chirurgie ambulatoire dont la livraison était prévue pour l'été (12 M€) a un calendrier décalé de quelques mois et devrait pouvoir ouvrir début 2021.

En termes d'investissement, elle retient comme priorité la modernisation du SI avec des investissements chiffrés à 30 millions d'euros (M€) dans le cadre du plan de relance. Il faut "doter nos équipes dans les services de soins et médico-techniques d'outils d'applications facilitantes".

Comme dans beaucoup d'hôpitaux, il y a "urgence à investir" dans le SI, le système étant "assez peu moderne". Brest ne fait pas exception et a même moins investi que d'autres, a commenté la DG. Le dossier patient informatisé (DPI) (Heo/Xway*, Maincare) n'est pas déployé partout et pas interfacé correctement avec les applications. "Il reste des poches non informatisées. il faut l'adapter à la transformation du SI."

Florence Favrel-Feuillade souhaite aussi intensifier les collaborations territoriales. Le CHU a déposé un dossier pour être projet pilote pour l'expérimentation du service d'accès aux soins (SAS).

Elle veut aussi "continuer les interactions fortes avec le tissu industriel et les écoles d'ingénieur [...] pour faire de l'innovation le cœur du moteur", déclare-t-elle.

En recherche et innovation, le CHU de Brest a signé pour participer à l'école IA (intelligence artificielle) de Microsoft qui ouvre à Brest à la mi-octobre pour des personnes éloignées de l'emploi. Il prendra deux apprentis dans ses services informatiques et laboratoires, a complété le Pr Eric Stindel, président de la commission médicale d'établissement (CME).

Une première mondiale en ORL a été présentée le 13 octobre. Le Pr Rémi Marianowski et ses équipes, ont réalisé avec le robot Robotol* (Collin ORL) la pose simultanée d’implants cochléaires sur les deux oreilles et une chirurgie du tympan chez la même patiente le 7 septembre.

Il est aussi prévu de travailler sur la numérisation des lames en anatomo-cytopathologie. Le CHU peut s'appuyer sur l'aide de son fonds de dotation pour la recherche Innoveo (plus de 900.000 € collectés en 2019).

Sur le plan social et managérial, elle veut proposer de "libérer les initiatives avec plus de délégation de gestion aux services et aux pôles et via l'intéressement pour favoriser la créativité des équipes et la qualité de vie au travail". Une démarche participative va être lancée d'ici 2021. Des contrats de pôles seront signés.

La nouvelle DG veut rendre plus attractif le CHU pour attirer des professionnels sur les catégories en tension comme les masseurs-kinésithérapeutes, les aides-soignants et dans certaines spécialités médicales (anesthésie-réanimation, gériatrie). L'accès à l'innovation technologique, les projets sur la qualité de vie au travail, des projets fédérateurs sur la mobilité, le développement durable peuvent donner envie de venir au CHU.

L'établissement est excédentaire depuis trois ans. Il a enregistré un excédent de 5 M€ en 2019 sur un budget principal de 650 M€, a précisé la DG. Pour 2020, "la crise Covid brouille la trajectoire financière. Nous n'avons plus de visibilité", a-t-elle indiqué.

sl/gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda