TecHopital.com

 

Comment le CH d’Avignon a géré en juin 2018 une fuite d’effluents radioactifs

Crédit : Fotolia/ Happyphotons
Crédit : Fotolia/ Happyphotons

PARIS, 14 février 2019 (TecHopital) - Le centre hospitalier (CH) d'Avignon a déclaré en juin 2018 à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) une fuite d'effluents radioactifs dans le local de gestion des effluents du service de médecine nucléaire, un incident classé au niveau 1 par l'ASN, selon une note de l'autorité publiée le 5 février.

Alertée par d'importantes odeurs, une équipe technique de l'hôpital est intervenue le 15 juin 2018 dans le local de gestion des effluents radioactifs du service de médecine nucléaire qui réalise des examens de type TEP-scan et des scintigraphies. Les techniciens ont constaté une fuite du premier compartiment de la fosse d’effluents radioactifs vers le bac de rétention.

Le capteur de niveau du bac de rétention n’avait pas déclenché l’alarme prévue, du fait d’un dysfonctionnement de son alimentation électrique. En outre, la pompe de relevage du bac de rétention n’était pas fonctionnelle au moment de l’événement, également pour des raisons d’alimentation électrique. "Nous avons été alertés par les mauvaises odeurs mais pas par l'alarme", a indiqué à TecHopital Céline Balduini, ingénieur exploitation-maintenance à l'hôpital d'Avignon, en charge de l'intervention.

Compte tenu du remplissage du bac de rétention, l’établissement a immédiatement procédé à la mise en place d’une procédure dégradée de rejet direct à l'émissaire des effluents issus des sanitaires des patients qui avaient reçu une injection de produits radiophar

Pour accéder à la suite de l’article, vous pouvez :
  • Soit vous inscrire sur notre site ou vous identifier si vous êtes déjà inscrit
    Pour vous inscrire, cliquer ici.
    Pour vous identifier, cliquer ici .
  • Soit accepter les cookies de performance et de suivi. Ceux-ci nous permettent d’établir des statistiques que nous partageons de manière anonyme avec nos annonceurs. C’est en effet grâce à la publicité, que ce site est financé et que les articles rédigés par nos journalistes sont mis à votre disposition gratuitement.
    Pour modifier les paramètres de vos cookies, cliquer ici.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Agenda