Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

Concours Risk Management: quatre établissements de santé primés par Sham

Le CHR de Metz-Thionville a été récompensé pour son projet "lunettes connectées au Samu".
Le CHR de Metz-Thionville a été récompensé pour son projet "lunettes connectées au Samu".

LYON, 24 juillet 2018 (TecHopital) - Quatre établissements ont reçu un prix de 6.000 euros lors de la 18e édition du concours "Risk Management", organisé en juin par l'assureur Sham, à Lyon.

Depuis 2000, Sham (Société hospitalière d'assurances mutuelles) récompense lors d'un concours des acteurs de la santé investis dans la prévention et la gestion des risques. Cette année, quatre établissements ont été primés dans quatre catégories. Chaque lauréat bénéficiera d’une enveloppe de 6.000 euros et d’un accompagnement pour la mise en place de son projet.

Le prix spécial a été remis au groupe mutualiste Hospi Grand Ouest, pour son projet "identification et prévention des risques liés à la prise en charge transversale des patients dans le cadre des parcours de soins, matérialisé par la mise en place d’une cartographie des risques".

"Nous avons souhaité réaliser une cartographie des risques génériques, reposant sur les différentes étapes du processus de prise en charge 'parcours de soins', et la mobilisation des processus supports. C’est au sein de la clinique Jules-Verne (Nantes) que nous avons amorcé ce projet en lien avec Sham. Bien que tous différents, les parcours de soins reposent sur un enchainement d’actions diagnostiques, de soins, de surveillance, éducatives, d’informations auprès du patient et/ou de sa famille, qu’il conviendra de décrire sous la forme d’un processus détaillé de prise en charge", a expliqué le groupe dans un communiqué.

Cette cartographie devrait voir le jour en octobre. En parallèle, le groupe mutualiste souhaite développer en partenariat avec l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) un diplôme universitaire (DU) de "coordinateur de parcours de soins".

Dans la catégorie "Ressources humaines: qualité de vie au travail", le CHU de Montpellier a été primé pour son projet "La bienveillance au travail". Le personnel du service d’hématologie-soins intensifs a créé un "groupe de bienveillance". Il est composé de 5 personnes: agent de service hospitalier, aides-soignants, infirmière. L’objectif du groupe est "d’améliorer la qualité de vie au travail, de favoriser le dialogue et le partage, ainsi que de promouvoir le bien-être au travail".

"Les membres souhaitent transposer ce groupe de bienveillance, leur méthodologie et bonnes pratiques aux autres services du CHU qui le souhaitent, en créant un site internet", est-il précisé dans le descriptif du projet. Dans les faits, ce projet se traduit par l’organisation d’activités à destination du personnel hospitalier (tombola, massage…) et de réunion autour d’un thé pour discuter d’un thème particulier et aborder les tensions qui peuvent émerger au sein d’une équipe.

Dans la catégorie “Prise en charge patient et resident”, c’est l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Résidence Menez Du à Gourin (Ille-et-Vilaine) qui s’est vu récompenser pour son projet "L’entraîneur thérapeutique et sa promenade virtuelle". Pour réduire le risque de chute, l’établissement s’est équipé d’un vélo motorisé (MotoMed) connecté à un écran et un système de promenade virtuelle.

Et dans la catégorie "Digital et nouveaux risques", le CHR de Metz-Thionville a reçu un prix pour son projet "Lunettes connectées au Samu". Le Samu souhaite en effet s’équiper de lunettes connectées "pour être en lien avec le logiciel de régulation médicale et avec l’ouverture du système d’information aux acteurs du territoire de santé", précise Sham dans son communiqué.

L’objectif est de permettre un partage des données entre professionnels pour une meilleure prise en charge des patients. La capacité de visualisation en direct permet d’obtenir une évaluation globale et rapide de la situation aux observateurs à distance.

Les lunettes connectées, commercialisées par la société rennaise AMA, équipe déjà le Samu de Nantes. Plusieurs exemples permettent d’illustrer la plus-value apportée à la régulation médicale par ces lunettes connectées.

En cas de fracture, le médecin régulateur peut, avec la vidéo déclenchée à sa demande par le professionnel de santé sur place, identifier et caractériser celle-ci afin de déterminer si elle est déplacée ou nécessite un dispositif d’immobilisation.

Cela peut également permettre de décider si la prise en charge du patient nécessite une réanimation, une relaxation, ou une antalgie, avait expliqué un médecin du Samu du CHU de Nantes, qui utilise aussi cette technologie (cf dépêche du 20 juin 2018).

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda