Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Covid-19: la campagne de vaccination se déploie progressivement en régions

Crédit: C. Jouannet CHU Angers
Crédit: C. Jouannet CHU Angers

PARIS, 6 janvier 2021 (TecHopital) - La campagne de vaccination est lancée officiellement à partir de cette semaine, avec un déploiement dans l'ensemble des départements de certaines régions, le démarrage dans plusieurs établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et unités de soins de longue durée (USLD) pour les autres régions et l'ouverture de centres pour les professionnels de santé.

Ile-de-France: 9 établissements hospitaliers "congélo-porteurs"

En région parisienne, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, s'est rendu le 4 janvier à l'Hôtel-Dieu à Paris (AP-HP) dans le cadre du lancement de la campagne vaccinale auprès des professionnels de santé.

Outre la mise en place d'un centre de vaccination dans chacun des établissements qui ont un super-congélateur, en Ile-de-France, "on aura d'ici la fin de la semaine un 2e centre par département, adossé à un établissement de santé, même s'il n'a pas de congélateur", a expliqué à APMnews/TecHopital Aurélien Rousseau, directeur général de l'ARS Ile-de-France, interrogé en marge de l'évènement.

L'Ile-de-France compte 9 établissements hospitaliers "congélo-porteurs" qui assurent la livraison des vaccins auprès des structures sanitaires publiques et des établissements médico-sociaux publics hospitaliers, a précisé l'ARS le 4 janvier à APMnews/TecHopital. "Aujourd’hui, la majorité a reçu ses doses et d’ici le 6 janvier, tous ces établissements les auront également reçues."

Les vaccinations de professionnels de santé hospitaliers et libéraux ont débuté "à Versailles, Melun, Pontoise", a-t-il énuméré. A l'AP-HP, le coup d'envoi a été donné le 1er janvier à l'hôpital Ambroise-Paré à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), note-t-on. Le 5 janvier, 8 centres ambulatoires de vaccination ont ouvert dans la région.

"D'ici le milieu de la semaine prochaine, on aura par département 3 ou 4 centres dédiés aux professionnels de santé de plus de 50 ans", avec "la possibilité de monter plus pour être au rendez-vous" dès le lancement de la campagne auprès des plus de 75 ans à domicile.

Aurélien Rousseau a rappelé que le dispositif de vaccination pour les Ehpad "va commencer à plein régime au milieu du mois". Les "15 Ehpad de la Ville de Paris vont être embarqués dès cette semaine dans les opérations de vaccination", a-t-il mentionné.

"Depuis le 1er janvier, j’ai donné instruction à tous les hôpitaux publics et privés d’identifier le nombre des soignants de plus de 50 ans, de les contacter", a fait savoir Aurélien Rousseau dimanche sur BFMTV, estimant à "40.000" le nombre de professionnels ciblés. L'AP-HP évalue à 25.000 le nombre de ses personnels concernés, incluant "tous ceux qui sont en contact avec les patients".

Dans la région, 320 personnes ont été vaccinées du lancement le 27 décembre au 3 janvier, selon l'agence, qui mentionne une dizaine d'USLD et Ehpad à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans les Yvelines. La région compte environ 700 Ehpad et une cinquantaine d'USLD, rappelle-t-on.

Nouvelle-Aquitaine: 70.000 doses distribuées cette semaine

En Nouvelle-Aquitaine, il est prévu de distribuer 70.000 doses du vaccin Pfizer/BioNTech cette semaine, a annoncé Benoît Elleboode, directeur général de l'ARS, lors d'une conférence de presse organisée le 4 janvier.

Au centre hospitalier (CH) de Pau, où le directeur général de l'ARS a fait le déplacement, une quinzaine de patients, sur une quarantaine d'éligibles au centre Vignalou (une USLD) ont été vaccinés, a indiqué Jean-François Vinet, directeur de l'établissement, en début d'après-midi, le 4 janvier.

Le CH de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), second établissement désigné pour la gestion de la vaccination dans le département, débutera la campagne jeudi, a précisé le directeur général de l'ARS.

Au CH de Saintes (Charente-Maritime), les hospitaliers de plus de 50 ans de l’établissement peuvent se faire vacciner depuis lundi, tandis qu'il est prévu mardi de vacciner au moins 20 résidents de l’USLD Aquitania, après recueil du consentement. Jeudi, la campagne de vaccination commencera pour l'Ehpad Le Roch (Montlieu-la-Garde), en Charente-Maritime.

Il est par ailleurs prévu que la campagne de vaccination démarre en Gironde le 6 janvier, à l'Ehpad de Lormont.

Grand Est: la ville de Nancy se prépare à un élargissement de la campagne de vaccination

Dans le Grand Est, le maire de Nancy, Mathieu Klein (PS), a rapporté le 4 janvier lors d'une conférence de presse que le CHU avait débuté le 31 décembre la vaccination de ses professionnels de plus de 50 ans et des résidents de ses USLD après avoir reçu près de 2.000 doses du vaccin de Pfizer/BioNTech.

"On a mis à profit ce week-end du 1er janvier pour mettre en place un dispositif rapide", a ajouté le directeur général du CHU de Nancy, Bernard Dupont, en indiquant que près de 300 professionnels de santé sollicités par mail avaient déjà pris rendez-vous pour se faire vacciner.

Un 2e centre de vaccination a ouvert lundi sur le site de Brabois, et deux nouveaux sites devraient ouvrir leurs portes dans la semaine après la livraison de 5.000 nouvelles doses attendues le 5 janvier.

"L’objectif que nous nous donnons c’est d’avoir vacciné 2.000 personnes d’ici la fin de la semaine", a annoncé Mathieu Klein, tandis que le directeur général du CHU a indiqué que la vaccination avait été ouverte aux professionnels de santé de ville (médecins, infirmiers) mais aussi aux personnels sociaux et médico-sociaux intervenant au domicile des personnes fragiles.

Présent lors de cette conférence de presse, le président du conseil de l'ordre des médecins de Meurthe-et-Moselle, le Dr Franck Bresler, a salué l'initiative et la réactivité du CHU.

Le maire de Nancy a affiché sa volonté de préfigurer des centres de vaccination et de préparer la mobilisation des professionnels de santé "sans attendre les doctrines" de façon à "vacciner le plus vite possible le plus grand nombre de personnes sur notre territoire".

"Nous allons lancer le recensement des volontaires d’abord de plus 75 puis de plus de 65 ans pour pouvoir procéder immédiatement à leur vaccination dès que ce sera possible", a-t-il ajouté.

Dans le nord de la Lorraine, le CHR Metz-Thionville a également fait part lundi sur Twitter du lancement de sa campagne de vaccinations "auprès de résidents de l’hôpital Félix-Maréchal ainsi que de patients de l’unité de soins de longue durée et de médecins de l’hôpital Bel-Air de Thionville".

En Alsace, le groupe hospitalier Saint-Vincent, qui gère quatre établissements de Strasbourg et dans ses environs, a rapporté lundi dans un communiqué que le service de soins de suite gériatrique de la clinique de la Toussaint (Strasbourg) avait également été choisi comme site pilote pour engager les opérations de vaccinations à compter du 4 janvier.

Lancement de la campagne en Isère pour vacciner environ 5.000 personnes

En Auvergne-Rhône-Alpes, après une phase pilote lancée la semaine dernière dans le département du Rhône, la vaccination commence cette semaine dans celui de l'Isère, a annoncé l'ARS dans un communiqué le 4 janvier.

Le CHU de Grenoble Alpes (Chuga) a été désigné comme établissement pivot pour ce département avec pour mission de "stocker une partie des dotations de vaccins du département et de coordonner leur distribution auprès d'autres établissements (publics et privés)". Le CHU a reçu "une première dotation de vaccins en fin de semaine dernière, permettant de débuter la vaccination auprès d'environ 5.000 personnes".

Les premiers établissements qui sont le lieu de la vaccination cette semaine sont l'Ehpad de Coublevie, le centre gérontologique Sud du Chuga, l'Ehpad d'Entre-deux-Guiers, celui du centre hospitalier de La Mure ainsi que l'Ehpad et l'USLD de Tullins. "D'autres établissements pourraient s'ajouter à cette première liste", assure l'ARS.

Par ailleurs, dans le cadre de l'annonce d'une "accélération" de la vaccination auprès des personnels du monde de la santé de plus de 50 ans, un centre de vaccination a été ouvert le 4 janvier au sein du CHU de Grenoble pour les professionnels du CHU et pour les professionnels de santé libéraux du territoire.

"Le CHU s'est également mis en relation dès dimanche dernier avec les établissements de santé publics et privés pour recenser leurs besoins et les fournir dès à présent en vaccins afin de pouvoir leur permettre de commencer à vacciner rapidement leurs professionnels", ajoute l'ARS qui précise que d'autres centres de vaccinations seront déployés "à brève échéance".

En Auvergne-Rhône-Alpes, le pilotage de la vaccination est réalisé par un comité stratégique et une cellule opérationnelle.

En Isère, la première réunion de la cellule opérationnelle vaccination pilotée par l'ARS, en présence du préfet de département, devait se tenir lundi, afin de présenter l'ensemble de la stratégie vaccinale et sa déclinaison sur le terrain, de faire état des difficultés rencontrées et de préparer rapidement les étapes suivantes.

Le comité stratégique se réunira le 7 janvier. Placé sous le copilotage du préfet de département et de l'ARS, "il permettra de présenter cette stratégie vaccinale et les premiers échanges de la cellule opérationnelle, auprès des élus et des représentants sociaux du département".

Hauts-de-France: des Ehpad de tous les départements concernés

Dans les Hauts-de-France, la campagne a commencé au sein de trois Ehpad du Nord et de la Somme, dès lundi 28 décembre 2020, et se poursuit.

Dans les cinq départements, 15 nouveaux établissements (14 Ehpad et une USLD) de statuts public ou privé peuvent réaliser les consultations prévaccinales et vacciner leurs résidents et personnels à partir de cette semaine, selon un communiqué diffusé la semaine dernière par l'ARS.

Centre-Val de Loire: 11 nouveaux Ehpad cette semaine

En Centre-Val de Loire, la campagne de vaccination a aussi débuté lundi 28 décembre 2020, dans 4 Ehpad d'Indre-et-Loire. A partir de cette semaine, 11 autres Ehpad, situés dans les cinq autres départements, participent également à la campagne de vaccination, a indiqué l'ARS dans un communiqué diffusé lundi.

Normandie: la DG et le PCME vaccinés lundi au CHU de Rouen

En Normandie, comme annoncé la semaine dernière, la campagne vaccinale a débuté le 4 janvier. Les premières vaccinations ont été réalisées lundi dès 14h30 au CHU de Rouen auprès des professionnels de santé de l’établissement volontaires âgés de plus de 50 ans ou à risque de forme grave, a indiqué l'ARS dans un communiqué. La directrice générale du CHU, Véronique Desjardins, et le Pr Pierre Michel, président de la commission médicale d'établissement (CME), étaient parmi les premiers professionnels à se faire vacciner, a indiqué le CHU.

La campagne se poursuivra mardi auprès des résidents des Ehpad et USLD du CHU, notamment à l'hôpital de Boucicaut, à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen (Ehpad du CHU).

Dès le 6 janvier, les quatre autres hôpitaux pivots de la région recevront leurs doses pour procéder de même: dès jeudi dans les Ehpad relevant de ces autres hôpitaux pivots, avant de s’étendre à partir de la fin de semaine à une quinzaine d’autres Ehpad pilotes. Et à partir de cette fin de semaine, la campagne de vaccination s’étendra progressivement aux autres établissements accueillant des personnes âgées, ajoute l'ARS.

"La vaccination des professionnels de santé donnera lieu à l’ouverture cette semaine d’un centre dédié dans chaque hôpital pivot, qui sera très rapidement ouvert à la vaccination des professionnels de santé d’autres établissements et de ville. D’autres centres sont en cours d’identification dans chaque département", ajoute l'ARS.

En Normandie, 5 établissements hospitaliers pivots sont équipés de super-congélateurs, permettant un stockage à -80°C (le CHU de Rouen, le CHU de Caen, le centre hospitalier intercommunal Alençon-Mamers, le CH Eure-Seine, le CH Mémorial France Etats-Unis de Saint-Lô).

En Bretagne, le directeur général de l'ARS, Stéphane Mulliez, s'est rendu au CH Le Jeune de Saint-Renan (Finistère), hôpital en direction commune avec le CHU de Brest, pour lancer la phase 1 de la vaccination et détailler l'organisation. Cette phase concerne 15 structures (12 Ehpad et 5 USLD), de statuts public ou privé, répartis sur les 4 départements de la région. Le calendrier des vaccinations dans les 14 établissements après celui de Saint-Renan a été publié le 4 janvier.

A partir du lundi 11 janvier, au-delà de ces structures pilotes, la campagne se déploiera progressivement au sein des 498 Ehpad et 37 USLD de Bretagne (patients, résidents et professionnels exerçant dans ces structures).

En Pays de la Loire, Cécile Jaglin-Grimonprez, directrice du CHU d'Angers et Luc Fouché, président du conseil de l'ordre des médecins du Maine-et-Loire se sont fait vacciner lundi 4 janvier, tout comme 5 résidents de l'Ehpad Saint-Nicolas du CHU d'Angers. Le Pr Alain Mercat, chef du service de médecine intensive-réanimation du CHU a été le premier professionnel de santé de la région à être vacciné.

Le communiqué de l'établissement diffusé le 4 janvier indique que 2.925 doses de vaccins ont été livrées lundi 4 janvier. Ces doses sont destinées aux résidents des Ehpad de Maine-et-Loire, aux employés des Ehpad et aux professionnels de santé du CHU et extérieurs au CHU. Le critère d'éligibilité étant d'être âgé de plus de 50 ans ou être à risque de forme grave de Covid.

Une cinquantaine de professionnels vaccinés au CHU de Nice

En Paca, la présentation par l'ARS des premiers lieux de vaccination aura lieu mardi. Au CHU de Nice, 54 premiers professionnels ont été vaccinés le 4 janvier contre le Covid-19, après les premiers résidents en Ehpad à l'hôpital Cimiez le 6 janvier.

L’ARS Occitanie a publié la liste des 57 premiers sites prévus pour la vaccination contre le Covid-19 en Occitanie à compter du 4 janvier jusqu'à la fin de semaine, soit "47 Ehpad et 10 USLD [contre 48 Ehpad annoncés le 31 décembre]". La vaccination des soignants de plus de 50 ans, et ceux risquant de développer des formes graves, démarre également cette semaine dans chacun des 13 départements.

jyp-san-sl-gl-syl-mlb/gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda