Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Covid-19: le stockage, la conservation et la préparation du vaccin Pfizer/BioNTech précisées

Crédit: Shutterstock
Crédit: Shutterstock

PARIS, 11 décembre 2020 (TecHopital) - Les modalités de stockage, conservation et préparation du vaccin Pfizer/BioNTech ont été précisées dans deux documents adressés aux établissements de santé dont APMnews/TecHopital a eu copie le 9 décembre.

La phase 1 de la campagne vaccinale contre le Sars-CoV-2 doit débuter en janvier 2021 après l'homologation européenne de premiers vaccins, dont celui de Pfizer/BioNTech, et viser les personnes âgées en établissements, professionnels de santé et une partie des professionnels du médico-social, rappelle-t-on.

Deux circuits de distribution ont été retenus par les pouvoirs publics pour cette première phase: l'un passant par une centaine d'établissements de santé "pivots", l'autre via six plateformes de stockage régionales, selon le plan présenté par le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, la semaine dernière.

Le second circuit est davantage détaillé dans un document daté du 4 décembre émanant du ministère dont APMnews/TecHopital a eu copie. Il précise que les vaccins Pfizer/BioNtech seront d'abord stockés à -80°C par les dépositaires pharmaceutiques et livrés "en 24-48h" dans toute la France aux officines ou pharmacie à usage interne (PUI) des établissements, qui pourront le stocker, une fois décongelé, à une température comprise entre 2°C et 8°C jusqu'à 5 jours avant de le livrer aux établissements accueillant des personnes âgées.

Les vaccins livrés par Pfizer depuis un site de fabrication en Belgique arriveront dans des boîtes isothermes ("Thermal shipper") contenant de 1 à 5 boîtes comprenant chacune 195 flacons, permettant de reconstituer 975 doses de vaccins, est-il ajouté dans un autre document consulté par APMnews/TecHopital et adressé aux établissements.

Ces boîtes isothermes "peuvent servir de lieu de stockage durant 16 jours dès lors qu'il est possible de les remplir de carboglace", avec "deux ouvertures par jour maximum", apprend-on.

Les établissements disposant d'un congélateur à -80°C devront y conserver les vaccins reçus pendant une période maximum de 6 mois. "A la réception des Thermal shipper, attention aux excédents de carboglace qui ne doivent pas être stockés dans les congélateurs en raison du risque d'explosion", est-il ajouté.

Les pouvoirs publics prévoient la livraison de congélateurs (3 tailles prévues: de 30.000 à 300.000 doses) aux établissements "identifiés comme points de livraison" entre jeudi (10 décembre) et dimanche 10 janvier 2021. "La possibilité d'approvisionnement de l'établissement de santé en carboglace est donc importante, au moins dans un premier temps, dans l'attente de la réception des congélateurs".

Le document détaille ensuite les caractéristiques techniques des locaux de stockage.

Caractéristiques techniques des locaux:
  • surface au sol de 5 à 20 mètres carré
  • disposer d'une alimentation électrique de 220 Volt, 50 Herz, 16 Ampères
  • température comprise entre 18 et 25°c; un système de climatisation est requis pour les grands congélateurs et une alarme en cas de panne de climatisation
  • système de contrôle de l'énergie (alarme coupure courant)
  • locaux fermés, accès réservé et sécurisé
  • disposer d'un espace suffisant pour assurer le chargement des armoires et l'expédition des vaccins conditionnés en carboglaceEnfin, les points de stockage et de livraison doivent être situés dans des zones facilement accessibles.

En plus d'un système de suivi de la température des armoires, d'un "système de surveillance externe de la température avec des seuils d'alarme (haut et bas) sur lesquels les armoires pourraient être connectées", chaque établissement doit "voir s'il existe des solutions locales de secours" en cas de panne du congélateur principal.

Constitution de stocks d'aiguilles et seringues

Il est précisé que la maintenance des congélateurs sera assurée par Santé publique France (SPF).

"Dans l'attente des livraisons de dispositifs médicaux [DM] nécessaires à la reconstitution et à l'administration par Santé publique France (non fournis par le laboratoire), l'établissement assurera la surveillance des stocks de DM nécessaires (aiguilles, spikes et seringues adaptées), en vue de maintenir un stock suffisant", est-il précisé.

Le document comporte une annexe sur la reconstitution des doses de vaccins à partir des flacons livrés, et rappelle que l'ensemble de stocks de vaccins sera placé sous la responsabilité du pharmacien responsable de la PUI, que le personnel doit être formé à la manipulation de produits à -80°C et à la carboglace.

Les établissements doivent par ailleurs prévoir des personnels disponibles la nuit, le week-end et les jours fériés pour intervenir en cas de déclenchement d'une alarme sur les armoires de stockage.

Répartition du million de personnes à vacciner lors de la phase 1

Selon les données du ministère en date du 4 décembre consultées par APMnews/TecHopital, les pouvoirs publics estiment à 655.000 le nombre de personnes résidant ou travaillant dans des établissements d'hébergement de personnes âgées dépendantes (Ehpad) à vacciner lors de la phase 1 de la campagne (dont 75.000 professionnels à risque, c'est-à-dire de plus de 65 ans et/ou présentant des comorbidités).

Environ 31.000 patients en unités de soin de longue durée (USLD) et 7.000 personnels travaillant dans ces structures sont également visés.
Les résidences autonomie et résidences services senior rassemblent respectivement 113.000 et 90.000 résidents ainsi que 3.000 et 2.800 personnels à vacciner.

Enfin, on dénombre environ 11.000 personnes âgées de plus de 60 ans hébergées en établissements pour personnes handicapées ciblées par la phase 1 de la campagne vaccinale, et 14.000 professionnels.

Les estimations concernant les services de soins et réadaptation (SSR) gériatriques (60.000 résidents et 9.000 professionnels à risque) et foyers de travailleurs migrants (31.000 résidents et 1.000 professionnels) restent à confirmer après une analyse approfondie de l'avis de la Haute autorité de santé (HAS).

sl-rm/gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda