Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Décès à l'hôpital de Bourges: six mois d'interdiction d'exercer la médecine pour le chirurgien

Le chirurgien urologue dont un patient était décédé à l'hôpital Jacques-Coeur à Bourges au cours d'une intervention sur la prostate, qui avait été qualifiée de "boucherie" par d'autres médecins dont l'anesthésiste présent durant l'intervention, a été sanctionné de six mois d'interdiction d'exercer par la chambre disciplinaire de l'ordre des médecins du Centre-Val-de-Loire, selon le quotidien Le Berry républicain.

Le corps du patient, décédé après de fortes pertes de sang, a été incinéré. Une autopsie n'a donc pas pu être réalisée. L'urologue affirme que le décès est un aléa qui résulte de complications hémorragiques tandis que les anesthésistes de l'hôpital, qui ont collectivement demandé à ne plus travailler avec lui en pointant des dérives répétées, affirment que le décès est lié à l'action du chirurgien. Alors qu'une information judiciaire pour "homicide involontaire" a été ouverte, le dossier a été porté devant l'ordre des médecins. Celui-ci a prononcé à l'encontre du Dr Marchand une sanction d'interdiction d'exercer la médecine pendant une durée de six mois, dont deux avec sursis, selon le site du Berry républicain. Selon ce quotidien, la chambre disciplinaire saisie notamment par l'agence régionale de santé (ARS), a déclaré ne pas avoir assez d'éléments pour confirmer que le Dr Marchand aurait frappé le corps de son patient décédé, ni que le décès serait lié aux gestes brutaux du chirurgien. En revanche, elle a estimé que le chirurgien aurait dû reporter cette opération. Selon la conclusion de la chambre disciplinaire citée par le journal, "le Dr Marchand a débuté une intervention qui ne revêtait pas un caractère d'urgence alors qu'il ne disposait pas du matériel qu'il estimait lui-même approprié pour réaliser cette intervention. Il n'a pas mis fin à l'intervention alors qu'il avait constaté des troubles hémorragiques dès le début […] qu'il indique avoir eu des difficultés avec le personnel du bloc pour [obtenir un ustensile médical], puis lorsque [cet ustensile] a été rendu inutilisable, pour en obtenir un autre, qu'enfin un climat de forte tension s'était installé dans le bloc opératoire". "En débutant, puis en ne mettant pas fin à l'intervention, le Dr Marchand a méconnu" plusieurs dispositions du code de santé publique.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.hopitech.org/
https://pro-smen.org/prime-PRO-SMEn-hopitaux
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions