Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Deux hôpitaux de Seine-et-Marne premiers à recevoir le label "Diversité"

PARIS, 30 mai 2013 (Direct Hôpital) - Le directeur des hôpitaux de Brie-Comte-Robert et de Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne), Philippe Paret, a présenté mercredi, lors des salons de la santé et de l'autonomie, les actions entreprises par ces établissements dans le cadre du label Diversité, qu'ils ont été les premiers à recevoir en décembre 2012.

Ce label public, créé par un décret du 17 décembre 2008, vise à prévenir les discriminations et à promouvoir la diversité dans les secteurs public et privé. La certification, délivrée pour quatre ans par l'Association française de normalisation (Afnor), concerne toute l'activité de ressources humaines, du recrutement au développement de carrière, a expliqué Philippe Paret.

Le dispositif couvre 18 "points de discrimination", dont l'origine, le genre, l'orientation sexuelle, l'âge, le handicap, la religion, la grossesse ou encore l'activité syndicale.

Le centre hospitalier (CH) de Brie-Comte-Robert et l'établissement public gérontologique de Tournan-en-Brie
emploient quelque 350 professionnels, avec une direction commune depuis fin 2011. A sa prise de poste, en février 2012, Philippe Paret a jugé que présenter leur candidature au label était un moyen de "donner du sens" à la nouvelle gouvernance hospitalière, en "affirmant des valeurs": développement durable, humanisme, égalité des droits, respect, tolérance, etc.

Il s'agissait également de s'inspirer du concept de "magnet hospital" ("hôpital magnétique") développé en Amérique du Nord, qui consiste à rendre l'hôpital attractif pour mieux recruter et fidéliser le personnel.

Durant l'année 2012, avant la certification, les deux hôpitaux ont mené une série d'actions: élaboration d'une politique de diversité, évaluation des risques professionnels et du risque de discrimination, ou encore formation de 300 agents (dont les cadres) sur ces thèmes.

En septembre 2012, un plan d'action, fondé sur 17 indicateurs, a été défini. Une cellule "alerte discrimination" a été créée en octobre, puis les deux hôpitaux ont reçu la visite de l'Afnor pendant deux jours.

Philippe Paret a cité des avantages de la labellisation pour les établissements et le personnel. Il l'a notamment décrite comme "un élément de dialogue social positif", estimant que "dans le contexte actuel, cela fait du bien de travailler en ce sens".

La certification a permis de travailler sur l'insertion des seniors et des personnes handicapées, a-t-il noté. Par exemple, les hôpitaux accueillent des stagiaires en situation de handicap, et travaillent à l'insertion d'un aide-soignant sourd.

La cellule "alerte discrimination" a pour le moment été saisie par deux personnes. La première était un candidat extérieur aux établissements qui ne comprenait pas la réponse négative qu'il avait reçue en postulant à un poste. L'autre plainte, qui émanait d'un agent, a été transmise au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) car elle n'entrait pas dans le cadre des 18 "points de discrimination". /nc/av

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda