Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Développement durable: l'observatoire de la FHP livre ses premiers résultats

(Par Sabine NEULAT-ISARD, aux Rencontres annuelles de la FHP)

PARIS, 21 décembre 2015 (APM) - L'Observatoire de la performance dans le domaine du développement durable de l'hospitalisation privée a livré ses premiers résultats, ont annoncé les dirigeants de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), le 9 décembre, lors de ses Rencontres annuelles.

Un total de 225 cliniques, soit près 20% de la profession, a participé à cet observatoire créé en juin et 190 questionnaires (114 d'établissements MCO, 50 de cliniques SSR, 26 d'établissements psychiatriques) ont pu être exploités, a relaté Emmanuel Daydou, directeur de la prospective économique, médicale et juridique à la FHP.

Les résultats permettent de connaître la consommation d'énergie globale (électricité, gaz, fioul, charbon, réseaux de chaleur ou de climatisation) par journée d'hospitalisation.

Celle-ci s'établit à 80kWh, toutes activités confondues mais avec de "grandes disparités en fonction des spécialités", les établissements avec un plateau technique étant plus consommateurs d'énergie (à 110 kWh) que les autres.

La FHP précise dans un communiqué qu'elle accompagnera ses adhérents dans leur démarche de réduction de leur consommation et dans la maîtrise de la mesure, notamment en développant l'utilisation de sous-compteurs pour piloter cette consommation.

Une cartographie réalisée par l'observatoire du coût moyen de revient du kWh en euros par fournisseur du secteur fait également ressortir une différence régionale des prix du kWh de gaz et d'électricité. "C'est peut-être demain une piste de travail", a commenté Emmanuel Daydou.

Il a aussi précisé que des cliniques avaient commencé à s'engager dans les énergies renouvelables, certaines en produisant elles-mêmes sur place. La loi de transition énergétique prévoit que la part des énergies renouvelables soit portée à 23% en 2020, a-t-il rappelé.

Les réponses obtenues par l'observatoire montrent par ailleurs que 16,6% des établissements ont réalisé leur bilan d'émission de gaz à effet de serre. "C'est significatif puisqu'aujourd'hui, seuls les établissements de plus de 500 salariés ont cette obligation", a fait remarquer le représentant de la FHP qui a précisé que les cliniques l'ayant réalisé sont aussi "les plus performantes".

S'agissant de la consommation d'eau, l'observatoire révèle un "écart" entre les établissements sur le nombre de litres consommés par journée d'hospitalisation, allant de 130 litres à 2.500 pour une moyenne de 390.

"On sait par expérience que la consommation d'eau est une consommation qu'on peut maîtriser et sur laquelle on peut agir rapidement", a commenté Emmanuel Daydou.

Dans un communiqué, la FHP évoque également des "fortes disparités" concernant la production de déchets d'activité de soins à risques infectieux (Dasri), la moyenne étant de 1,3 kg par journée d'hospitalisation. La production de Dasri coûte pourtant "cher" aux établissements de santé, souligne la FHP en mentionnant un coût compris entre 400 et 1.000 euros la tonne.

Des opérations de tri des Dasri ayant révélé que 30% en moyenne n'en sont finalement pas, l'amélioration du tri "apparaît comme un levier d'efficience", estime-t-elle.

Au final, l'observatoire permet d'obtenir des "indicateurs validés et contrôlés sur les principaux axes pour assurer aux établissements une stratégie de développement durable", a souligné Emmanuel Daydou.

Il a précisé que les cliniques ayant répondu devaient recevoir dans les jours suivant un "rapport d'analyse" afin d'"identifier les axes sur lesquels elles doivent porter leurs efforts".

L'observatoire effectuera aussi un suivi pluriannuel et réalisera des synthèses nationales, régionales voire par spécialité.

La FHP mène cette démarche sur le développement durable, dans le cadre de son plan triennal stratégique qui a identifié cette thématique comme une priorité, a souligné Emmanuel Daydou.

"Notre objectif est de donner un outil au secteur et aux établissements pour avoir une visibilité sur des plans d'action", a-t-il indiqué.

La FHP sera elle-même "aux côtés" des établissements pour la mise en oeuvre de ces plans d'actions. Elle compte élaborer régulièrement des outils, portant notamment sur la recherche de subventions ou sur le développement d'une stratégie de gestion des biodéchets.

"On espère accompagner les établissements, mutualiser les bonnes pratiques et pouvoir mener notre mission de représentation du secteur et de défense de ses intérêts sur la base des indicateurs produits", a résumé Emmanuel Daydou.

san/ab/eh

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda