Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Développement durable: la Cahpp récompense trois établissements pour leurs actions contre le gaspillage

PARIS, 30 mars 2015 (Direct Hôpital) - La Centrale d'achats de l'hospitalisation privée et publique (Cahpp) a remis vendredi ses premiers trophées "Mieux acheter, mieux consommer" à trois établissements de santé et une université, récompensés pour leurs actions contre le gaspillage d'eau, d'énergie et de nourriture.

Ces trophées ont pour but de mettre en lumière des "actions étonnantes, mais inconnues" mises en oeuvre sur le terrain, a déclaré Yvon Bertel Venezia, président du conseil de la Cahpp.

La centrale d'achat, qui s'est engagée depuis cinq ans dans des actions de promotion du développement durable, a noté que "beaucoup d'établissements ont lancé des actions" et considère qu'il est important de "montrer qu'elles produisent des résultats et engendrent des économies" pour "inciter ceux qui hésitent à se lancer", a ajouté Yvon Bertel Venezia.

Une quinzaine d'établissements ont candidaté à cette première édition des trophées, dont le thème était "la chasse au gaspi", avec sept thématiques possibles: les déchets alimentaires, la consommation de papier, d'eau, d'énergie, l'utilisation des dispositifs médicaux, etc.

Un jury a départagé les candidats à l'aune de critères de développement durable (impact sur l'environnement, coût global, liens avec les organismes locaux, communication) et des critères additionnels (initiative déjà en place, originalité, facilité de déploiement, reproductibilité, etc.).

Le premier prix a été remis au Pôle santé République de Clermont-Ferrand (groupe Médi-Partenaires) pour son projet de récupération d'énergie électrique.

L'établissement a en effet remarqué que l'énergie électrique se compose d'une énergie active directement utilisable par les appareils électriques (70%) et d'une énergie réactive non utilisable directement (30%). Pour ne pas payer à perte ce tiers d'électricité produite, le pôle s'est équipé d'une batterie de condensateurs qui récupère cette énergie et la restitue au réseau.

L'installation a nécessité un investissement de 15.000 euros et a permis de récupérer 402.200 kWh d'électricité en 13 mois, soit une économie de 22.121 euros. "Le retour sur investissement a été de huit mois", a précisé Mélodie Gouzay, responsable développement durable du pôle. Ce succès a incité le groupe Médi-Partenaires à mener des études sur ses autres sites pour déployer la solution.

Le second trophée a été remis, ex-aequo, à la Polyclinique du Parc Rambot, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) et à l'université Paris-Sud Orsay pour leurs projets de lutte contre le gaspillage alimentaire et la mise en oeuvre de solutions de séchage des biodéchets.

Les deux institutions, tous deux gros producteurs de biodéchets, ont installé un "sécheur" qui allège de 70% à 80% le poids de leurs déchets en les faisant "transpirer". Le séchat, une fois hygiénisé par un organisme agréé, peut être utilisé comme amendement pour les cultures. L'université Paris-Sud Orsay a ainsi fait passer le poids de ses biodéchets de 2 tonnes par mois à 400 kg. "Les déchets déshydratés sont plus faciles à transporter, car transformés en poudre et sans odeur", a souligné Nicolas Domken, responsable qualité et développement durable à la Polyclinique du Parc Rambot.

Le centre de réadaptation Les Hautois, à Oignies (groupe Ahnac, Pas-de-Calais), a obtenu le troisième prix de cette première édition des trophées. A l'occasion de la construction d'un parking souterrain, il a été découvert que l'établissement avait été bâti au-dessus d'une nappe d'eau superficielle. Au lieu d'utiliser des pompes pour rejeter cette eau dans un étang proche, l'établissement a installé un réseau de canalisation secondaire et utilise cette eau pour alimenter l'ensemble de ses chasses d'eau ainsi que les robinets servant au nettoyage des équipements de jardin, des locaux poubelles, à l'arrosage des espaces verts et à l'alimentation d'une machine à laver les franges de nettoyage.

L'utilisation de ce puisard représente 10 m3 par jour et a permis de réduire de 30% la consommation d'eau de ville de l'établissement. L'investissement a coûté 18.000 euros à l'établissement, qui a économisé 15.900 euros en 12 mois sur sa facture d'eau.

mb/ab/

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda