Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Développement durable: la démarche Emas associe qualité sanitaire du bâtiment et bien-être au travail

ANGERS, 19 novembre 2014 (Direct Hôpital) - Le système communautaire de Management environnemental et d'audit (Emas), certification internationale portée par la Commission européenne, vise à limiter les nuisances et les pollutions de l'environnement et à améliorer les conditions de travail, dans le cadre d'une amélioration continue.

Cette démarche a été présentée par Thomas Monestier, conseil pour le Comité de développement durable en santé (C2DS), à l'occasion des Journées d'études et de formation des techniques et de l'ingénierie hospitalières (Hopitech), en octobre à Angers.
 
Le C2DS, une association crée en 2006, dispose d'un observatoire des établissements de santé (Obscare) qui montre que ces derniers ont une consommation énergétique moyenne d'environ 400 kWh/m2/an.
 
"Les exigences du Grenelle I pour les constructions neuves indiquent que la consommation d’énergie primaire doit être inférieure à un seuil de 50 kWh/m²/an", a rappelé Thomas Monestier. "Il y a donc un chemin énorme à parcourir" dans ce domaine, a-t-il ajouté.
 
Obscare a aussi calculé que les établissements de santé génèrent en moyenne 700.000 tonnes de déchets issus de 40 catégories différentes.
 
Le règlement Emas ("Eco Management and Audit Scheme", Système de management environnemental et d'audit) peut être une des réponses à ces défis. Il permet à toute entreprise, collectivité ou organisation le désirant, d'évaluer, améliorer et rendre compte de ses performances environnementales dans un système de management environnemental reconnu et standardisé. 
 
"L'Emas ressemble à la norme ISO 14.001 mais est plus complet sur les questions de conformité réglementaire, d'évaluation des performances ou de communication externe", a expliqué Thomas Monestier.
 
Alors que plus de 300 établissements de santé ont obtenu cet enregistrement en Allemagne depuis sa création en 1995, la France est à la traîne. Le CD2S a accompagné 11 établissements certifiés et travaille avec une vingtaine d'autres sur ce sujet.
 
La spécificité d'Emas est d'associer "l'environnement au sens large –le ciel, les rivières et les poissons– et l'environnement de travail". Pour le conseiller du C2DS, "on ne peut pas mener une démarche de développement durable sans penser à l'environnement, mais il faut aussi penser aux salariés, améliorer leur envie de travailler".
 
La démarche consiste à définir "en une ou deux pages" une stratégie de développement durable. Il s'agit de répondre aux questions: "où veut-on aller (vers une certification ISO 50.001, par exemple) ?" et "sur quoi veut-on travailler (l'énergie, l'eau, les déchets, etc.) ?".
 
L'établissement doit ensuite réaliser une "analyse environnementale". "C'est un point essentiel de l'Emas, qui consiste à détecter les sources de pollution et de nuisance. Quand on sait comment on pollue, on sait sur quoi travailler", a insisté Thomas Monestier.
 
Cette analyse doit s'intéresser aux émissions (pas seulement de carbone, mais aussi aux fuites de gaz médicaux, les effluents médicamenteux, etc.), aux déchets, aux nuisances locales (poussières, bruit, etc.) et aux aspects environnementaux indirects, comme les achats.
 
De cette analyse découlera des objectifs, qu'il est important de pouvoir mesurer, et des actions. Elles sont parfois imprévues: un service de cardiologie a ainsi découvert, lors de cette analyse, que ses sondes à usage unique contenaient du platine, hautement valorisable.
 
Autre exemple: le CHU d'Amiens a quantifié sa production de déchets métalliques à une tonne. "Ca se revalorise, ça se revend", s'est enthousiasmé le représentant du C2DS.
 
"Une démarche de développement durable, c'est 50% de technique et 50% de comportemental", a-t-il témoigné, en insistant sur l'importance de "sensibiliser le personnel". "C'est dans les établissements où tout le monde s'engage que l'on avance le plus", a-t-il conclu. 
 
mb/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda