Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Directeurs d'hôpital: les mouvements de recomposition, dont les GHT, vont entraîner des "pertes de responsabilités" (CNG)

LEVALLOIS-PERRET (Hauts-de-Seine), 16 avril 2015 (Direct Hôpital) - Les mouvements de recomposition actuels et à venir, notamment la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT), devraient accroître les "pertes de responsabilités" chez les directeurs des petites structures, a estimé le 9 avril la directrice générale du Centre national de gestion (CNG), Danielle Toupillier.

Elle est intervenue à l'occasion du colloque de l'Association pour le développement des ressources humaines des établissements de santé et sociaux (Adrhess), qui s'est tenu la semaine dernière à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

"C'est une question qui revient régulièrement" auprès du CNG, a-t-elle indiqué, évoquant une "époque douloureuse" pour les directeurs d'hôpital devenus adjoints. "Quand on a attendu toute sa vie pour être chef, on peut se sentir rapetissé" par une déclassification dans l'organigramme de la gouvernance, a-t-elle insisté.

Pour compenser cette "perte d'identité", elle a suggéré que soient accrues leurs "responsabilités fonctionnelles et leur participation active" au pilotage stratégique et au développement de projets innovants.

A titre d'exemple, elle a évoqué la possibilité pour eux de devenir "directeurs délégués de site ou en charge d'une direction fonctionnelle importante et de plus en plus transversale".

"D'autres directeurs adjoints pourraient se voir confier des directions fonctionnelles ciblées sur les grands domaines de compétence", comme les ressources humaines, les finances, les travaux, les services économiques et logistiques, la qualité et la sécurité.

Danielle Toupillier a par ailleurs estimé que cette situation pouvait se poser aux autres cadres, comme les ingénieurs, les attachés d'administration hospitalière et les praticiens hospitaliers (PH), en particulier avec la réorganisation des services en pôles.

Elle a rappelé que le CNG proposait des dispositifs d'accompagnement de ces cadres, pour "les aider dans ces transformations". Plus de 800 médecins et directeurs hospitaliers en ont bénéficié entre 2008 et 2014.

Les impacts prévisibles des mouvements de recomposition

Quatre aspects de la gouvernance hospitalière sont amenés à évoluer dans le cadre de ces mouvements de recomposition, selon la directrice du CNG.

Tout d'abord, la "décélération des corps de directeur d'hôpital et de directeur des soins a été très marquée au cours des dernières années" et pourrait se poursuivre. "C'est un grand débat car la démographie est en train de se renouveler et le nombre de place aux concours a eu tendance à diminuer", ce qui entrave le renouvellement générationnel, a commenté Danielle Toupillier.

En 2012, les syndicats et conférences représentant les directeurs hospitaliers et la Fédération hospitalière de France (FHF) avaient demandé au ministère de la santé de revoir à la hausse le nombre d'élèves-directeurs d'hôpital formés à l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), en diminution depuis plusieurs années, rappelle-t-on.

En février 2013, le nombre de places offertes aux concours pour l'accès aux formations de directeur d'hôpital (DH), de directeur d'établissement sanitaire, social et médico-social (D3S) et d'attaché d'administration hospitalière (AAH) avait finalement été augmenté. Le CNG a annoncé en décembre 2014 une tendance similaire pour 2015, rappelle-t-on.

Un impact est attendu sur le nombre et la répartition des emplois fonctionnels de direction autorisés. Les référentiels métiers des directeurs et de leurs collaborateurs (ingénieur, attachés d'administration hospitalière) sont également amenés à évoluer, "dans la mouvance" de la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST) de 2009.

La directrice du CNG a appelé à ne pas "sous-estimer l'évolution vers les nouveaux modes de management", qui sont "nécessaires" aux nouveaux modes de coopération.

S'agissant particulièrement des métiers de direction d'hôpital, elle a anticipé un renforcement des "capacités stratégiques et de pilotage" dans une logique territoriale, le "développement des compétences de coordination", "l'amplification des aptitudes managériales" et "l'approfondissement des connaissances pour porter une politique d'harmonisation des pratiques".

Elle a également évoqué "l'élargissement des compétences techniques et opérationnelles requises pour le pilotage du système d'information" et "l'accentuation des incitations à la formation continue des directeurs" qui se dirigent vers des postes à responsabilité territoriale.

pm/cb/gb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda