TecHopital.com

 

Emprunts toxiques: l'envolée du franc suisse fait exploser les coûts pour les hôpitaux

PARIS, 23 janvier 2015 (Direct Hôpital) - L'envolée du franc suisse la semaine dernière a provoqué une explosion des coûts associés aux emprunts structurés indexés sur son taux de change, se sont inquiétés mardi plusieurs directeurs d'hôpital lors de leur audition par la Mission d'évaluation et de contrôle de la sécurité sociale (Mecss) de l'Assemblée nationale sur la dette des établissements publics de santé.

Les représentants des syndicats de directeurs hospitaliers et de l'Association des directeurs d'hôpital (ADH) ont été invités à estimer l'impact de l'envolée du franc suisse depuis l'abandon le 15 janvier par la banque centrale suisse du cours plancher de 1,20 franc suisse pour un euro. Le franc suisse vaut désormais quasiment un euro.
 
Le président de l'ADH, Frédéric Boiron, a rapporté mardi que les directeurs avaient communiqué entre eux les jours précédents à ce sujet.
 
Il a pris l'exemple de l'établissement qu'il dirige, le CHU de Saint-Etienne. Le coût d'un emprunt contracté avec Dexia, incluant une option sur le taux de change entre l'euro et le franc suisse, "vient d'exploser en 48 heures".
 
Il a mentionné un taux d'intérêt autour de 20% et 2,5 millions d'euros de coûts supplémentaires sur ce seul contrat alors que "rien n'
Pour accéder à la suite de l’article, vous pouvez :
  • Soit vous inscrire sur notre site ou vous identifier si vous êtes déjà inscrit
    Pour vous inscrire, cliquer ici.
    Pour vous identifier, cliquer ici .
  • Soit accepter les cookies de performance et de suivi. Ceux-ci nous permettent d’établir des statistiques que nous partageons de manière anonyme avec nos annonceurs. C’est en effet grâce à la publicité, que ce site est financé et que les articles rédigés par nos journalistes sont mis à votre disposition gratuitement.
    Pour modifier les paramètres de vos cookies, cliquer ici.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Agenda