Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Encore trop d'antibiotiques dans les établissements de santé en 2017 (enquête Santé publique France)

Crédit: Fotolia/Maxal Tamor
Crédit: Fotolia/Maxal Tamor

(Par Sylvie BURNOUF, à la Ricai)

PARIS, 7 janvier 2019 (TecHopital) - Les résultats du volet sur les traitements anti-infectieux en établissements de santé de l'enquête nationale de prévalence 2017, présentés fin décembre à la Réunion interdisciplinaire de chimiothérapie anti-infectieuse (Ricai) à Paris, montrent que si la prévalence des traitements antibiotiques a légèrement baissé par rapport à 2012, les durées de traitement et les doses administrées restent loin des objectifs de bon usage.

Une enquête nationale de prévalence (ENP) des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissements de santé est réalisée tous les 5 ans par Santé publique France. De premiers résultats centrés sur les infections nosocomiales avaient été présentés en juin, rappelle-t-on.

En session orale, l'épidémiologiste Côme Daniau de Santé Publique France (Saint-Maurice, Val-de-Marne) a détaillé, le 18 décembre dernier, les résultats du volet sur les traitements antibiotiques.

L'enquête a été menée un jour donné entre le 15 mai et le 30 juin 2017 auprès de 403 établissements, pour un total de 80.988 patients. Ses objectifs étaient de mesurer, un jour donné, la prévalence des traitements anti-infectieux prescrits aux patients hospitalisés en France, ainsi que de décrire les traitements prescrits par type de molécule, par indication et par diagnostic.

Au total, 15,4% des patients étaient traités par anti-infectieux, parmi lesquels 98,3% ont reçu un antibiotique (prévalence de 15,1%) et 5%, un antifongique (prévalence de 0,8%). Les tranches d'âge les plus concernées était celles des 1-14 ans (18,6% de prévalence) et des 65-84 ans (17,4%).

La prévalence des patients traités par antibiotiques a diminué de 1,3% par rapport à 2012, "alors que les enquêtes antérieures avaient montré une stabilité des patients traités par antibiotiques entre 2006 et 2012", a pointé Côme Daniau. De plus, davantage de patients étaient traités avec un seul antibiotique (72,7%, contre 71,3% en 2012).

Pour les hospitalisations en court séjour, 24% des patients étaient traités par antibiotiques. En réanimation, ce taux atteignait 50,3%. Ces deux données étaient comparables à 2012. La prévalence des patients traités par antibiotiques en soins de suite et de réanimation (SSR) a baissé de près de 20% entre 2012 et 2017 (respectivement 9,9% et 8,1% des patients).

Les antibiotiques étaient prescrits principalement pour traiter les infections communautaires, à 54,9%. Les infections nosocomiales, les antibioprophylaxies chirurgicales et les antibioprophylaxies médiales représentaient respectivement 27,3%, 7,5% et 7% des prescriptions d'antibiotiques.

La répartition des voies d'administration n'a pas changé entre 2012 et 2017, la voie injectable restant préférentiellement empruntée. Plus de la moitié (53,6%) des traitements étaient administrés par voie intraveineuse. La voie orale était utilisée pour 42,9% des traitements.

Les familles d'antibiotiques les plus prescrites (en part relative de l'ensemble des antibiotiques prescrits) étaient les pénicillines (32,4%), les céphalosporines de 3e génération (C3G, 18,2%) et les fluoroquinolones (12%). Les molécules les plus prescrites étaient l'association amoxicilline/acide clavulanique (17,9%), la ceftriaxone (11%), l'amoxicilline (7,3%), le métronidazole (6,7%) et l'ofloxacine (5,3%).

Les principales indications étaient les pneumonies (23% des indications), les infections urinaires basses (11,9%) et les infections intra-abdominales (11%).

Trop, et trop longtemps

Les chercheurs ont également calculé, sur la base des doses individuelles prescrites chez l'adulte, les doses journalières prescrites (DJP) moyennes, puis les ont comparées aux doses définies journalières (DDJ) fixées en 2017 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"On remarque qu'en général, les doses prescrites sont supérieures aux DDJ", a pointé Côme Daniau. Par exemple, pour l'amoxicilline, plus de 90% des traitements sont administrés à une DJP supérieure à deux fois la DDJ. Quelques molécules faisaient néanmoins exception, comme la ceftriaxone, le cotrimoxazole et la spiramycine, pour lesquelles les doses journalières prescrites moyennes étaient inférieures aux DDJ.

Concernant la durée des traitements, environ 20% des antibiotiques étaient prescrits pendant plus de 7 jours.

Pour l'antibioprophylaxie chirurgicale en particulier, une durée d'administration supérieure à 7 jours concernait 6,9% des traitements. Près de 43% des traitements prophylactiques étaient prescrits pendant 3 jours et plus, et un peu moins d'un tiers (30%) étaient prescrits en monodose.

Un traitement sur 5 a fait l'objet d'un changement pour le même motif de prescription. Il s'agissait le plus souvent d'une escalade thérapeutique (6,8%), d'une désescalade thérapeutique (5,9%) ou d'un changement de voie (3,4%).

"Les durées de traitement calculées posent question, compte tenu des recommandations actuelles", a souligné Côme Daniau, faisant référence aux objectifs du Programme national d'actions de prévention des infections associées aux soins (Propias) sur les traitements curatifs, ou aux recommandations de la Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar) sur l'antibioprophylaxie chirurgicale.

Le Propias préconise de limiter à 10% la part d'antibiotiques prescrits pour une durée supérieure à 7 jours (contre 20% dans l'ENP 2017), tandis que la Sfar recommande de délivrer l'antibioprophylaxie chirurgicale sous forme de dose unique et de ne pas l'administrer pendant plus de 48 heures (ce qui concerne 43% des traitements dans l'ENP 2017).

La proportion de patients traités par antibiotiques en établissements de santé lors de l'ENP reste élevée, concluent les auteurs, soulignant néanmoins que la diminution observée par rapport à 2012 encourageait à poursuivre les actions en faveur du bon usage des antibiotiques.

sb/

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions