Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

Equipement biomédical: plus de 5 millions d'euros d'investissement sur deux ans au CH de Rodez

Crédit: Shutterstock/sfam_photo
Crédit: Shutterstock/sfam_photo

Le scanner du centre hospitalier (CH) de Rodez fête cette année son 10ème anniversaire... et sa retraite. Planchant sur un budget d'environ 5 millions d'euros, l'établissement projette de remplacer une bonne partie de ses équipements biomédicaux entre 2016 et 2017.

Un nouvel appareil IRM est en fonctionnement depuis début mars, a rapporté à TecHopital Cédric Maliges, ingénieur biomédical du CH Jacques-Puel. Son large diamètre d'ouverture (70 centimètres) permet des examens, jusqu'alors compliqués, de patients obèses ou claustrophobes.

La machine est complétée par un module informatique spécifique à l'analyse du coeur, qui permet son utilisation en cardiologie, et par un autre module de spectroscopie, renforçant le diagnostic des tissus cancéreux.

Cédric Maliges a expliqué que les données recueillies par l'IRM étaient aussi exploitées en cancérologie, pour localiser précisément les tumeurs à bombarder par radiothérapie. Ces rayonnements sont potentiellement nocifs pour le patient, a-t-il rappelé. Un meilleur ciblage est synonyme d'une moindre exposition et donc d'un moindre risque.

Autre nouveauté: le signal issu de la magnétisation des tissus est désormais recueilli directement par une antenne installée sur le corps du patient. En numérisant ce signal localement, elle limite le bruit et les pertes d'information, a expliqué l'ingénieur.

D'une valeur de 850.000 euros, le modèle Ingenia S* du CH Jacques-Puel est mis à disposition grâce à un crédit-bail ("leasing") de la société Philips. C'est à l'issu d'un appel d'offres que cette dernière a été retenue, principalement en raison du rapport qualité/prix de sa machine.

Doit arriver "au cours de l'été" un scanner polyvalent, permettant "à peu près toutes les applications" d'un établissement généraliste comme celui de Rodez (cardiologie, suivi du développement des tumeurs, coloscopie virtuelle...). La machine actuelle est en effet "obsolète". Elle date de 2006, a souligné Cédric Maliges. Si la marque et le modèle ne sont pas encore décidés, le prix de son successeur est estimé à 700.000 euros.

Côté radiothérapie, l'hôpital prévoit pour "début 2017" le remplacement d'un accélérateur de particules, pour un montant de 2,3 millions d'euros, et d'un scanner. Il envisage également de troquer son vieux mammographe à film contre un appareil muni de capteurs plan (200.000 euros).

"L'avantage est que la capture est instantanée", a indiqué l'ingénieur biomédical sur la future machine. La sensibilité des capteurs permet également de diminuer la dose de rayons X, et par là même sa nocivité pour la patiente.

"Courant 2017", enfin, une nouvelle salle de radiographie doit être installée. Elle permettra de visualiser le coeur, repérer les sténoses et d'aider les chirurgiens à poser des stents. 850.000 euros sont prévus pour cet investissement.

Fin 2017, la valeur d'équipement biomédical au CH de Rodez devrait au total atteindre 26 millions d'euros.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait