Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Evènements traumatisants: un dispositif de prévention pour les professionnels de l'hôpital Simone Veil

PARIS, 18 décembre 2014 (Direct Hôpital) – L'Hôpital Simone Veil (groupement hospitalier Eaubonne-Montmorency) a mis en place une cellule d'écoute et de réponse aux évènements potentiellement traumatisants (Cerept) pour prendre en charge les personnels hospitaliers exposés à des situations difficiles.

Ce dispositif part du constat que "promouvoir une politique de qualité et de bientraitance dans les institutions de soins au bénéfice des patients et de leur entourage impose immanquablement la question du bien-être de ceux qui la promulguent au quotidien", explique l'hôpital dans un poster présenté aux Journées internationales de la qualité hospitalière et en santé (JIQHS), qui se sont tenues les 8 et 9 décembre à Paris. 
 
La Cerept, mise en place en 2014 à l'hôpital Simone Veil, vise à identifier, repérer précocément et reconnaître institutionnellement les situations potentiellement traumatisantes impliquant des personnels au sein de l'établissement. Elle permet aussi une prise en charge des personnes qui y sont confrontées, par le biais notamment d'un suivi individuel et collectif, pour prévenir d'éventuelles séquelles (stress post-traumatique).  
 
Ce suivi permet aux soignants d'exprimer son ressenti et ses émotions, de restaurer sa confiance, ou encore de "réassurer ses compétences face aux sentiments d'impuissance, d'incompréhension, de peur, de faute, etc., souvent exprimés".
 
La Cerept "ne peut pas avoir la prétention de répondre à toutes les problématiques", prévient l'hôpital, mais elle vise, "au plus près de l'évènement, à 'refaire lien' par la reconnaissance institutionnelle du dommage et en apportant une réponse adaptée et personnalisée aux besoins identifiés". Elle permet aussi "dans une démarche de prévention, d'assurer la formation et l'accompagnement sous forme de temps d'analyse des pratiques de ces professionnels".
 
 La cellule est composée d'une équipe pluridisciplinaire formée, incluant notamment la coordinatrice de la cellule d'urgence médico-psychologique, le directeur de la qualité et de la gestion des risques, des psychiatres, le médecin du travail, une infirmière volontaire, etc. Elle se réunit "chaque fois que les circonstances l'exigent, et au minimum deux fois par an", précise le poster. En cas d'incident grave, elle doit être réunie "dans les 48 heures maximum".
 
Lorsqu'elle est sollicitée, la Cerept prend contact avec le demandeur pour recueillir l'ensemble des informations nécessaires. Après analyse, elle propose des conseils dans la gestion de l'évènement et une prise en charge individuelle ou collective des personnes concernées.
 
Dans un contexte économique "tendu", ce dispositif fonctionne "à moyens constants, grâce à la disponibilité et l'optimisation de ressources et de compétences internes à l'établissement" et favorise le partenariat ville-hôpital.
 
Depuis sa mise en place, la Cerept a organisé 10 prises en charge collectives, dont cinq ont été doublées de suivis individuels, ainsi que 26 prises en charge individuelles. Elle est aussi intervenue sept fois pour dispenser des conseils. 
 
Le poster indique également que 60 professionnels ont bénéficié d'une "formation deuil" de deux jours. 
 
Parmi les résultats obtenus, les auteurs du poster citent la satisfaction des personnels quant à la reconnaissance institutionnelle de l'évènement et l'apaisement des tensions, la "diminution des troubles précoces avec retour à la normale en fin de prise ne charge", la "professionnalisation de la prise en charge avec diminution des mécanismes de défense (fuite)" et la satisfaction des cadres dans l'accompagnement d'évènements critiques.
 
mb/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda