Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Face à la pénurie nationale de surblouses, la DGS juge "efficace" leur retraitement

Crédit: Shutterstock
Crédit: Shutterstock

PARIS, 9 avril 2020 (TecHopital) - Dans un contexte de pénurie nationale de surblouses, leur retraitement a été jugé "efficace" par la direction générale de la santé (DGS) dans une note publiée le 3 avril et suivant l'avis de la Société française d'hygiène hospitalière.

La pénurie des équipements de protection individuelle (EPI) oblige à réfléchir à la rationalisation de leur utilisation. Après les masques, c'est au tour des surblouses à usage unique de manquer cruellement dans les établissements de santé et médico-sociaux.

Pour faire face à cette pénurie, la DGS, dans une note signée par Jérôme Salomon et datée de vendredi, évoque le réemploi des surblouses à usage unique après lavage en faisant référence à un avis de la Société française d'hygiène hospitalière (SF2H).

"Dans le contexte actuel d'utilisation massive de surblouses et afin de faire face au risque de pénurie, la SF2H a rendu un avis concernant la possibilité de réutilisation de surblouses à usage unique." Elle en conclut que "le retraitement des surblouses à usage unique imperméables à manches longues est acceptable, à condition de faire l'objet d'un circuit spécifique et de respecter notamment les étapes suivantes", précise la DGS :

  • un lavage à 60°C pendant plus de 30 minutes
  • un séchage en tambour à 50°C durant 20 minutes
  • la vérification de l'intégrité de la surblouse
  • un conditionnement du vêtement plié dans un sac
  • la stérilisation en autoclavage à 125°C pendant 20 minutes

Par ailleurs, la DGS précise que, "si le matériau a perdu ses propriétés déperlantes à l'issue du traitement, il doit être doublé d'un tablier à usage unique pour les soins mouillants ou souillants".

Au CHU de Bordeaux, selon un article de France Info daté du lundi 6 avril, la CGT aurait vivement critiqué une note interne de la direction demandant aux cadres de recycler les surblouses à partir du 6 avril.

À la suite des vives réactions des soignants, la SF2H a décidé de préciser ses recommandations en publiant le 5 avril une version révisée de son avis.

La société savante souligne ainsi que "les surblouses concernées par cet avis sont à usage unique en non-tissé; d’autres sont en tissu, imperméables et réutilisables". Elle rappelle également "l’efficacité d’un lavage à 60° pendant 30 minutes sur les coronavirus", et aussi la nécessité du "port d’un tablier plastique à usage unique pour tout contact direct avec un patient en précautions complémentaires de type contact".

De plus, elle indique avoir tenu compte "des propositions de la Société française de stérilisation" sur les possibilités de stérilisation des surblouses à usage unique en non-tissé après lavage en blanchisserie : elle estime que "la stérilisation des surblouses après lavage n’est pas justifiée" tout en considérant comme envisageable "l’utilisation d’un cycle de stérilisation vapeur d’eau à 125°C pendant 20 minutes".

Pour faire face à la pénurie, la SF2H recommande de rationaliser l'usage des surblouses :

  • en évitant d'en porter s'il n'y a aucun contact direct avec un patient Covid-19 ou son environnement proche
  • en prolongeant le port de la surblouse à usage unique par le même soignant pour plusieurs patients Covid-19 sous conditions (étanchéité, intégrité, ne pas la toucher ni la porter hors zones de soins) avec un tablier plastique à usage unique changé entre chaque patient
  • en utilisant une surblouse en tissu réutilisable à manches longues, prise en charge par la filière linge et lavable à 60°C pendant 30 minutes, protégée par un tablier plastique à usage unique, soit systématiquement à changer entre chaque patient, soit lors des soins mouillants ou souillants
  • en portant un tablier plastique à usage unique sur la tenue professionnelle sans surblouse avec friction des mains et des avant-bras avec une solution hydro-alcoolique (cette alternative n’étant acceptable que pour un geste sans contact avec les épaules).

Avant de s'engager dans le retraitement des surblouses, elle recommande entre autres, aux établissements de santé de :

  • réaliser une étude préalable de faisabilité avec la blanchisserie en charge du traitement des textiles de l’établissement
  • choisir un matériau constitutif des surblouses permettant ce traitement
  • déterminer au préalable un nombre possible de retraitements soit sur des tests, soit en accord avec le fabricant.

Le président de la SF2H, Bruno Grandbastien, interrogé par France Info, assure que ces surblouses peuvent "résister à deux lavages, voire trois" et qu'il est impératif de vérifier leur intégrité après le cycle lavage-séchage-stérilisation. Il estime que ces stratégies doivent être définies et adaptées aux contextes locaux des établissements de santé, des établissements médico-sociaux et en ville. Il est possible de recourir à la stérilisation sous certaines conditions.

Enfin face à la pénurie, les appels aux dons des établissements se multiplient sur les réseaux sociaux.

Ainsi le CHU de Rennes a posté le 8 avril ce message sur Twitter : "Vous disposez de surblouses dont vous n'avez pas l'utilité. Vous pouvez en faire don aux équipes du @CHURennes, en contactant .

L'hôpital de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a posté le 3 avril sur Twitter le message suivant  : "L'hôpital de #Montreuil a un besoin urgent de #surblouses pour les personnels soignants et lance un appel aux dons : surblouses, tabliers à manches longues, combinaisons à usage unique, charlottes, surchaussures. Envoyez un mail à . Même appel, le 4 avril, au don de surblouses du centre hospitalier d'Antibes-Juan-les-Bains (Alpes-Maritimes).

Le 1er avril, toujours sur Twitter, ce sont les Hospices civils de Lyon (HCL) qui lançaient un appel au don d'EPI. "Nous faisons face à une forte tension sur des équipements de protection individuelle : #surblouses, #tabliers #gants. Nous lançons un appel aux entreprises, commerçants, restaurateurs, artisans, collèges, lycées : .

Le 7 avril, c'était au tour de la filière textile française, à l'appel de la direction générale des entreprises (DGE), de se mobiliser afin de développer la production d'un modèle de surblouse lavable.

L'Institut français du textile et de l'habillement (IFTH) a rédigé un dossier technique   de 13 pages et un guide de mise sur le marché d'une surblouse antisalissure lavable, qui comprend tout le descriptif des patronages, une nomenclature et une gamme de montage.

gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://exed.mines-paristech.fr/formations/certificat-management-hospitalier-et-du-secteur-de-la-sante/
Les offres
Agenda