Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Face à la progression de l'épidémie de Covid, le CHU de Martinique a fermé 30% de ses salles de bloc opératoire

Le CHU de Martinique a fermé 30% de ses salles de bloc opératoire pour faire face à la progression de l'épidémie de Covid-19 et à l'engorgement de ses capacités en réanimation, a expliqué son directeur général, Benjamin Garel, le 21 septembre à APMnews/TecHopital.

La Martinique comptait le 20 septembre, 67 patients Covid hospitalisés (soit 15 supplémentaires en une semaine), dont 16 en réanimation, selon les données de Santé publique France. Le taux d'incidence de la maladie a atteint 150 pour 100.000 habitants.

Le système de santé martiniquais doit affronter conjointement une forte épidémie de dengue, "avec 25.000 cas sur une île de 400.000 personnes", et une recrudescence importante de l'épidémie de Covid, qui fait craindre "que l'on va être dans la même situation que la Guadeloupe dans 15 jours", s'est inquiété Benjamin Garel. "En un mois, on est passé de 200 à 525 nouveaux cas par semaine."

La Guadeloupe, où le taux d'incidence et le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 tendent désormais à diminuer (avec une stabilité en réanimation), a été déclarée zone d'alerte maximale le 8 octobre.

Face à la saturation de ses lits de réanimation, le CHU de Martinique a fermé 30% de ses salles de bloc opératoire. Habituellement, 21 salles sont ouvertes. Alors que ses 24 lits de réanimation non Covid sont tous occupés, il a ouvert 20 lits de réanimation Covid. Parmi ses 40 lits d'hospitalisation complète pour les patients Covid, "un gros tiers sont des lits supplémentaires", a précisé Benjamin Garel.

La coexistence de deux épidémies chez le personnel accroît les difficultés en matière d'effectifs, se traduisant par "+30% d'absentéisme", a-t-il souligné. "On a 12 réservistes infirmiers en réanimation déjà présents et renouvelés régulièrement, et on a demandé 3 médecins réservistes en infectiologie", a-t-il fait savoir.

La quinzaine de médecins cubains qui étaient venus temporairement en renfort au printemps sont repartis.

La priorité du CHU est donc d'affronter les deux épidémies, "d'assurer la sécurité des personnels et de travailler sur les problèmes d'infrastructures".

S'agissant du dernier point, "je considère que l'on [travaille] dessus", a commenté Benjamin Garel, en référence à un mouvement de grève débuté fin septembre sur le site de Trinité, à l'appel de l'Union générale des travailleurs de Martinique (UGTM)-Santé.

Les revendications portent sur l'avancement des travaux pour rénover le site, son projet de reconstruction, et les moyens matériels et en personnels. Une nouvelle réunion de négociations a eu lieu le 20 octobre qui n'a pas permis de débloquer la situation.

Pendant la mobilisation, "tous les services soignants fonctionnent", a précisé Benjamin Garel, interrogé sur les conséquences de la grève.

mlb/gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda