Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Flux logistiques: la grande distribution redistribue les cartes

PARIS, 29 mars (Direct Hôpital) – Le CHU de Nantes a automatisé la gestion du réapprovisionnement, des stocks et des flux logistiques de ses magasins et pharmacies avec l'aide d'un spécialiste de la distribution. L'investissement se traduit par des gains de productivité et une meilleure gestion des stocks.

Avec 7.500 références en stock, 18.000 en catalogue et plus de 30.000 commandes par an, le pôle logistique du CHU de Nantes s'apparente à un véritable supermarché. La grande distribution, c'est justement le cœur de métier de Symphony EYC, anciennement Aldata, dont la solution G.O.LD a été choisie par l'hôpital pour automatiser ses flux. Ce projet s'est inscrit dans le cadre d'un projet global de dématérialisation et de sécurisation de l'ensemble des flux de différents services de l'établissement nantais.

"Le monde des hôpitaux a commencé à parler logistique il y a quelques années, avec les mêmes problématiques que dans la grande distribution: réduire les coûts en gardant le même niveau de qualité, explique Jean-François Le Garrec, directeur des solutions logistiques chez Symphony EYC. Nous avons donc équipé un premier entrepôt avec le CHU de Strasbourg, puis un second avec le CHU de Nantes."

Sa solution G.O.L.D, développée pour la grande distribution, fonctionne grâce à des PDA distribués aux agents, sur lesquels ils reçoivent les commandes et qui leur indiquent où se trouvent les produits demandés. "C'est un vrai gain en termes de productivité, notamment pour les intérimaires que nous embauchons pendant l'été et à qui il fallait deux semaines pour maîtriser l'agencement des magasins", souligne Blaise N'Simba, ingénieur logistique à Nantes. Aujourd'hui, une formation d'une journée suffit aux nouveaux venus pour être opérationnels.

C'est aussi un gain de temps pour les agents présents à l'année, qui peuvent situer plus rapidement les produits. Ils reçoivent en outre les commandes directement sur leur appareil. Auparavant, elles arrivaient sur des feuilles papier, qui devaient être reformatées pour les préparateurs.

Chaque palette étant équipée d'un code barre, flashé à chaque étape de la commande, le suivi des stocks se fait en temps réel. Une avancée par rapport à l'inventaire manuel réalisé jusque-là. Le logiciel logique prévient les agents de la nécessité de réassortir les compartiments pour éviter les ruptures de stocks et donne ses préconisations de commandes aux acheteurs.

Le coût total de l'installation est "inférieur à un million d'euros", selon le CHU. Le retour sur investissement calculé par l'hôpital est de cinq ans. Jean-François Le Garrec estime lui possible d'obtenir "un ROI de moins de 18 mois pour ce type de solutions."

Son déploiement s'est fait en trois étapes: le magasin général a été le premier équipé, en octobre 2011, avant le magasin alimentaire en juin 2012 et la pharmacie en octobre 2012. Un choix sécuritaire. "Il est toujours risqué de déployer un nouvel outil, nous avons donc décidé de commencer par le magasin général et de terminer par la pharmacie, secteur plus critique", explique Blaise N'Simba.

Ce déploiement par étape aura permis aux préparateurs de profiter de l'expérience des premiers équipés. Outre ses changements techniques, cette nouvelle solution a en effet impliqué des évolutions culturelles et la nécessité d'une rigueur accrue, notamment dans le respect des quantités. /mb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda