Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Geneviève Gaschard (Afib): "Les GHT vont avoir un impact important sur l'ingénierie biomédicale"

Geneviève Gaschard, président de l'Afib, association française des ingénieurs biomédicaux
Geneviève Gaschard, président de l'Afib, association française des ingénieurs biomédicaux

Le métier des ingenieurs biomédicaux "évolue très vite avec les changements tant techniques qu'organisationnels, comme les groupements hospitaliers de territoire" (GHT), a constaté Geneviève Gaschard, présidente de l'association française des ingénieurs biomédicaux (Afib), interrogée à l'occasion des 21èmes journées de l'association qui ont débuté mercredi.

Près de 300 congressistes sont attendus pendant deux jours et demi, à Nantes, pour ces Journées d'ingénierie biomédicale.

TecHopital: Quel est le fil rouge de cette édition 2016?

Geneviève Gaschard: Nous avons choisi l'hôpital connecté. Pour guider le choix des interventions, nous suivons le parcours du patient depuis les urgences, où se font 80% des entrées à l'hôpital, jusqu'à la prise en charge à domicile. Cette dernière se fait de plus en plus via des objets connectés, qui assurent de la télémétrie à distance. Ils représentent une continuité de l'hôpital au domicile en permettant certains actes de surveillance dans un environnement moins stressant pour le malade. Ce sont de nouveaux systèmes, de nouveaux équipements dont nous avons aussi la charge. Par ailleurs, inévitablement, un autre grand thème traverse le programme cette année, ce sont les GHT.

TecHopital: La création de ces groupements impacte-t-elle fortement votre profession?

Geneviève Gaschard: Oui. Aujourd'hui, notre tâche au sein des GHT, en cours de mise en place, est de faire un bilan de l'existant: recenser le parc, son état, sa position géographique, et les ressources humaines disponibles en matière biomédicale. Ensuite, en fonction des orientations choisies par le groupement au niveau de l'offre de soins, de la répartition des rôles, des budgets, nous devrons faire des propositions pour organiser le service biomédical et son évolution au sein du GHT. Les situations sont, du point de vue biomédical, très disparates sur le territoire, mais dans tous les cas, c'est un changement que nous devons transformer en opportunité pour revoir nos organisations, faire progresser notre expertise.

TecHopital: Les ingénieurs biomédicaux connaissent-ils d'autres évolutions de leur métier?

Geneviève Gaschard: Ce qui est certain c'est que notre environnement de travail évolue extrêmement vite. Nous devons sans cesse intégrer et anticiper les changements dans les domaines technique, médical, réglementaire ou politique. Et c'est là notamment que l'Afib a un rôle à jouer, en faisant connaître les expériences, et en permettant à la profession d'être représentée en amont de certaines décisions.
Les évolutions sont vraiment très nombreuses. Du point de vue technique, la constante pour nous tous, c'est l'interconnexion des équipements entre eux et avec le système d'information de l'hôpital. Au niveau médical, l'orientation très forte prise vers des soins moins invasifs implique une multiplication des équipements d'assistance, d'imagerie, de surveillance dont la charge nous revient. Quant aux politiques de santé, elles changent constamment et imposent un environnement contraint au niveau budgétaire et une adaptation rapide des organisations.

TecHopital: Quelles sont vos relations avec les autres professionnels de l'hôpital?

Geneviève Gaschard: Par rapport à il y a quelques années, notre métier est devenu éminemment transversal, il est totalement impensable d'envisager de le pratiquer seul. Nous sommes en relations et travaillons en coopération avec de nombreux autres acteurs de l'hôpital. Nos homologues ingénieurs en bâtiment, pour concevoir des plateaux techniques (avec aujourd'hui pour exigence qu'ils soient évolutifs et robustes afin de pouvoir accueillir les innovations à venir). Les ingénieurs en informatique, pour la mise en place des interfaces entre les équipements biomédicaux et les systèmes d'information de l'hôpital (avec la nécessité de pouvoir à la fois récupérer des données et en renvoyer de manière souple et fiable). La direction de l'hôpital, pour la gestion des budgets liés à l'investissement et à la maintenance des équipements. Ou encore les médecins pour suivre les orientations médicales et prévoir les équipements dont ils auront besoin.
Cette coopération incessante nous place au coeur de nombreuses décisions stratégiques et cette place nous est aujourd'hui reconnue par des instances officielles. Par exemple, la conférence des directeurs généraux des CHU-CHR, qui a créé récemment une commission "innovations technologiques et organisationnelles" à laquelle nous participons.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda