Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Gestion de l'eau : quelques tuyaux pour ne pas se faire rincer

PARIS, 12 août (Direct Hôpital) – De nombreuses actions sont entreprises par les hôpitaux pour réduire leur facture d'eau. Pour certains, la baisse de consommation atteint 45%. A la clef, des centaines de milliers d'euros d'économies.

Les résultats de la sixième édition du Baromètre Développement Durable, étude annuelle permettant de mesurer la prise en compte cette thématique par les établissements de santé, montrent que plus de 81% d'entre eux suivent leur consommation d’eau et 72,9% cherchent à la réduire. Pour ce faire, 71% des établissements mènent une action de sensibilisation du personnel.
 
Des actions sur le matériel permettent aussi d'obtenir rapidement des résultats. "En six ans, notre consommation d'eau a diminué de 45%", explique Daniel Briand, directeur technique de l'institut Saint-Pierre de Palavas-Les-Flots (Hérault). L'économie est de 60.000 à 80.000 euros par an sur une facture totale de 300.000 euros. Engagé depuis 2008 dans une démarche de développement durable Emas (lire aussi : Développement durable : les bénéfices persistants d'Emas), l'établissement a atteint cet objectif grâce en partie… à la recherche de fuites.
 
Et ce n'est pas le seul : "de très importantes fuites cachées ont été découvertes sur les réseaux enterrés vieux de trente ans", a expliqué Valéry Brunel, directeur des actions de maintenance, d'ingénierie et de sécurité au Centre hospitalier d'Avignon (Vaucluse), lors des Journées des Ingénieurs hospitaliers, en juin à Paris. 
 
L'hôpital a réduit sa consommation d'eau à 135.000 m3 par an, soit 90.000 m3 de baisse par rapport au niveau de 2007. Malgré la hausse du prix de l'eau depuis 2005 (+40%), du fait de l'augmentation des taxes et autres coûts d'assainissement, le coût supporté par l'établissement est resté stable. Si sa consommation n'avait pas baissé, l'hôpital aurait dû payer 230.000 euros de plus en 2012 (580.000 euros au lieu de 350.000 euros), a calculé Valéry Brunel.
 
Outre la recherche de fuites, le CH d'Avignon a installé des chasses d'eau à double commande, des mousseurs sur les robinets, a abandonné les compresseurs à eau et modifié son process de production d'eau osmosée en hémodialyse.
 
Une vingtaine de sous-compteurs ont aussi été installés. Ils sont suivis de manière hebdomadaire par les agents du service de plomberie. Ces compteurs servent à identifier les fuites et ainsi réaliser des gains de fonctionnement. Le CHRU de Lille, par exemple, en a installé 28. Il s'agit de compteurs qui peuvent envoyer par SMS des alertes en cas de dérive ou d'anomalie constatée sur le réseau, ainsi de permettre une réactivité très rapide.
 
La blanchisserie est aussi une zone propice aux actions environnementales. Le CHU de Nice, par exemple, a renouvelé en novembre 2012 l'équipement de sa blanchisserie afin de réaliser des économies d'eau. Quatre machines à laver datant de 1988 ont été remplacées par un deuxième tunnel de lavage de 10 mètres de long. Ce matériel, choisi pour ses performances environnementales, nécessite 4,5 litres d'eau par kilo de linge lavé, contre 20 kg pour l'ancien matériel. Cela permet de réduire de 43 m3  la quantité d'eau utilisée chaque jour par la blanchisserie, soit une baisse de 36% de sa consommation. Le coût d’achat de ce tunnel est intégralement amorti grâce aux économies d’eau, ce qui en fait une opération d’investissement exemplaire, souligne le CHU.
 
En 2008, le changement du premier tunnel de lavage s'était déjà traduit par un gain de 5.000 m3 d'eau par an, soit une économie annuelle de 38.000 euros pour un investissement de 85.000 euros. /mb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda