Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

GHT: deux journées "Hospitalents" organisées avant l'été à Montpellier et Nice (DGOS)

Crédit : Fotolia
Crédit : Fotolia

(Par Sylvain LABAUNE, aux Journées nationales de l'ADH)

PARIS, 20 mars 2019 (TecHopital) - Les deux prochaines journées "Hospitalents" consacrées aux groupements hospitaliers de territoire (GHT) se tiendront le jeudi 16 mai à Montpellier et "en juin" à Nice, a annoncé le 15 mars la direction générale de l'offre de soins (DGOS) à l'occasion des 27es Journées nationales de l'Association des directeurs d'hôpital (ADH), organisées à Paris.

La première journée Hospitalents a eu lieu le 19 novembre 2018 à Colmar. L'événement a pour objectif de réunir les hospitaliers d'une région pour identifier des problèmes relatifs aux GHT et concevoir des solutions organisationnelles pour y répondre, par la réunion de professionnels issus d'horizons différents.

Les deux prochaines rencontres se feront "un peu sous le format hackaton". Outre l'identification d'"irritants" (problématiques), l'événement est un "incubateur" dans le sens où des solutions sont prototypées en vue d'être expérimentées dans les établissements avec la possibilité d'être accompagné par la DGOS, a souligné Clémence Mainpin, cheffe de projet GHT à la DGOS.

La thématique des événements est "coconstruite" avec les établissements du territoire pour que "cela corresponde au mieux à leurs besoins et à leurs objectifs", a expliqué à APMnews (site du groupe d'information APM International, dont fait partie TecHopital), Inès Gravey, cheffe de projet Hospitalents au ministère des solidarités et de la santé.

"A Montpellier ce sera plutôt une problématique managériale au sens des personnes et des projets. Et à Nice on sera sur une problématique de coopération territoriale." Les inscriptions pour la journée de Montpellier vont être lancées prochainement, "5 ou 6 semaines avant l'événement", a annoncé Inès Gravey.

Hospitalents est aussi une "communauté d'innovation" avec la mise en réseau de professionnels. Cette communauté réunit "aujourd'hui un peu plus de 300 personnes avec des hospitaliers de tous horizons et des métiers qui gravitent autour de l'hôpital, par exemple des fournisseurs mais aussi des 'startupers'", a déclaré Clémence Mainpin.

"Nous animons des échanges avec cette communauté en partageant des infos et par le biais d'une newsletter. Les gens se contactent parce qu'ils ont eu une expérience partagée sur une démarche d'innovation, une idée analogue, ou pour se sentir un peu moins seul dans leur démarche d'innovation", a-t-elle poursuivi.

Le dispositif est soutenu financièrement notamment par l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) et l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap).

Interrogée sur la suite donnée aux solutions relevées lors de la première journée Hospitalents, Inès Gravey a indiqué que "9 prototypes" avaient été identifiés. Il s'agit notamment de "l'aménagement d'un espace de coworking entre les professionnels hospitaliers et libéraux", ou encore "la mise en place d'un process RH [ressources humaines] pour identifier ceux qui sont partants pour s'engager dans une idée ou expérience".

"On laisse la main à la communauté managériale de Colmar pour s'emparer de ces prototypes. Elle fait le tri entre les idées prioritaires ou pas pour eux, nous viendrons voir ensuite celles qui auront besoin d'un soutien financier. Nous tablons sur 2 à 3 prototypes qui seront accompagnés par la DGOS", a poursuivi Inès Gravey.

"Nous sommes sur des cycles d'innovation allant de 3 à 9 mois à partir du moment où l'établissement s'engage sur une idée", a-t-elle ajouté.

Les "enseignements" issus de la construction d'Hospitalents

La DGOS a présenté un retour d'expérience issu de la construction d'Hospitalents et de l'organisation de la première journée. Le premier enseignement "c'est de ne pas rester seul face à une difficulté, sans toutefois chercher à embarquer tout le monde" dans une idée ou projet.

Le deuxième enseignement est de "partir des irritants". Le troisième est de "ne pas demander l'autorisation mais de toujours rester bienveillants et de faire les choses dans l'intérêt de son institution". Le quatrième enseignement "de ne pas avoir peur de l'échec", et le dernier de faire "frugal", c'est-à-dire "essayer de faire un maximum de choses par soi-même", a expliqué la DGOS.

sl/gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions