Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Grand Est: lancement de la plateforme d'accompagnement e-santé Inesia

Crédit : Fotolia
Crédit : Fotolia

STRASBOURG, 28 septembre 2020 (TecHopital) - L'association PRIeSM (plateforme régionale d’innovation en e-santé mutualisée) lance Inesia, une plateforme d'accompagnement de projets e-santé, a annoncé le 8 septembre son président, Gaston Steiner, lors d'une conférence de presse au conseil régional Grand Est, à Strasbourg.

L'objectif d'Inesia (innovation en e-santé et intelligence artificielle) est "d'accélérer le développement de projets innovants en e-santé" et de "fédérer l'écosystème", a-t-il ajouté.

L'institut hospitalo-universitaire (IHU) de Strasbourg, les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS), le groupement régional d'appui au développement de l'e-santé (Grades) Pulsy, l'agence de soutien à l'innovation de la région Grand Est Grand e-nov, l'Université de Strasbourg, l'union régionale des professionnels de santé-médecins libéraux (URPS-ML), l'institut de recherche et de formation chirurgicale Ircad et le pôle de compétivité BioValley France font notamment partie des partenaires publics d'Inesia.

Dassault Systèmes et Capgemini sont les premiers partenaires industriels.

Inesia propose aux projets accompagnés une "plateforme mutualisée" de partage d'expériences et de technologies, voire de données de santé si les patients y consentent, a indiqué Gaston Steiner.

Elle offre un hébergement certifié HDS (hébergeur de données de santé) chez Outscale, filiale de Dassault Systèmes, et Docaposte.

La plateforme "construit son propre entrepôt de données de santé (EDS) ouvert et respectueux des évolutions du consentement des patients" et basé sur la norme open source OpenEHR, a précisé Gaston Steiner à APMnews/TecHopital.

Il a souligné l'importance de garantir l'interopérabilité des données. La plateforme s'appuie sur l'expertise de la société slovène Better, "un leader de l'interopérabilité des données de santé".

Cet entrepôt ne communiquera pas avec l'EDS du CHU strasbourgeois, qui utilise des formats propriétaires.

Un accompagnement "par des experts internes et externes" est prévu, en particulier sur les sujets réglementaires: interopérabilité, sécurité et respect du RGPD (règlement européen sur la protection des données).

Inesia apportera également une aide à la recherche de financements et la conduite de projets.

Enfin, un accompagnement sera proposé "aux projets déjà qualifiés ou labellisés, par exemple par Grand e-nov", afin de "leur permettre de se concentrer sur leur coeur de projet", peut-on lire dans le dossier de presse diffusé le 8 septembre.

Plusieurs projets "ont déjà accosté" sur la plateforme, et "entre 15 et 20 sont encore à l'étude", a rapporté Gaston Steiner.

Parmi les projets déjà présents, la start-up RDS (Rhythm Diagnostic Systems), qui développe un patch connecté de suivi des paramètres cardiaque et respiratoire après chirurgie.

RDS a quitté la Californie pour Strasbourg "pour la qualité de son environnement scientifique, économique et d'infrastructures numériques exceptionnelles", a expliqué son CEO, Elie Lobel.

Continuum+, qui développe une plateforme de coordination entre la ville, l'hôpital et le domicile pour les malades chroniques pendant la phase d'instauration du traitement, "a besoin de services socles: une messagerie sécurisée de santé (MSSanté), de l'interopérabilité entre le dossier patient informatisé (DPI) et le dossier médical partagé (DMP)...", a énuméré son fondateur, Guillaume Gaud.

La société compte également sur Inesia pour "être mise à l'échelle territoriale, et en relation avec des acteurs" comme l'URPS médecins libéraux.

L'IHU de Strasbourg utilise l'infrastructure de données d'Inesia pour son service de surveillance de l'épidémie MétéoCovid, dont le "lancement opérationnel" est prévu "dans les jours qui viennent", a indiqué son directeur, Benoit Gallix.

En mai, PRIeSM a notifié à Docaposte, fournisseur de la solution technologique, "une fin de collaboration" sur fond de désaccords financiers et de "difficultés techniques", rappelle-t-on.

lc/gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda