Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

Hôpitaux de Tarbes et Lourdes: la livraison du site unique désormais prévue pour début 2029 (directeur)

Crédit: CH de Tarbes
Crédit: CH de Tarbes

(Par Sylvain LABAUNE)

TARBES, LOURDES (Hautes-Pyrénées), 23 mars 2021 (TecHopital) - La livraison d'un site unique regroupant les activités des centres hospitaliers (CH) de Tarbes et Lourdes est désormais estimée "à début 2029", a expliqué le 11 mars à APMnews/TecHopital Christophe Bouriat, directeur des deux établissements.

Les CH de Tarbes et de Lourdes sont en direction commune depuis 2009. Ils sont distants d'environ 18 kilomètres. Ils doivent être regroupés sur un site unique de 443 lits et places et 52.000 m², pour concentrer l'offre hospitalière et éviter une concurrence délétère.

Le projet est passé à deux reprises devant le comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers (Copermo).

La première audition a eu lieu en janvier 2019 et a validé le terrain d'implantation du futur hôpital, sur la commune de Lanne. A la suite de cette audition, le comité avait demandé des précisions complémentaires sur le dossier.

La 2e audition a eu lieu en février 2020, avec un rapport élaboré par les établissements "qui répondait aux remarques formulées", a expliqué le directeur.

La réponse du Copermo à ce rapport "a été un peu retardée" en 2020 du fait de la crise sanitaire du Covid-19 et du changement de ministre des solidarités et de la santé. Elle est finalement arrivée en octobre 2020, signée par Olivier Véran "en personne", qui a confirmé l'éligibilité du projet à une aide nationale, a rapporté le directeur.

L'aide nationale a été validée à hauteur de 40% du projet de construction qui est de 232 millions d'euros (M€). Le coût total du projet, en intégrant notamment l'acquisition du terrain, les équipements médicaux et le système d'information (SI), est estimé à 252 M€.

"Nous attendions ce signal pour pouvoir continuer notre marche en avant", a commenté le directeur. Depuis, "le dossier a continué d'être travaillé" avec notamment la conduite, en janvier 2021, de "fouilles archéologiques réglementaires au niveau du terrain", rendues possibles "par le retour positif du ministre". L'expertise a conclu que le terrain est apte à être utilisé pour la nouvelle construction.

Le dossier "va maintenant être soumis à une contre-expertise du secrétariat général pour l'investissement [SGPI]" qui sera ensuite envoyée au conseil national de l'investissement en santé (Cnis), la nouvelle instance qui remplace le Copermo, a expliqué Christophe Bouriat.

Actualisation du projet à l'aune de la crise sanitaire

Pour préparer cette contre-expertise, "au cours du premier semestre 2021 nous réalisons le programme fonctionnel" du projet, comprenant notamment une actualisation du dossier qui a été soutenu en Copermo", avec l'appui de l'agence régionale de santé (ARS) Occitanie.

Le dossier est actualisé car "il faut le faire évoluer à la lumière de la pandémie [...] en se posant la question de ce qu'il faut rajouter" pour répondre le mieux possible à une éventuelle future crise épidémique, a-t-il poursuivi.

Ainsi, "il nous est apparu qu'il faut être en capacité de pouvoir rapidement identifier et armer un secteur d'une dizaine de lits avec 5 chambres qui sont dédoublables", d'avoir "un double accès au niveau des urgences" pour éviter les contaminations entre patients, ainsi que "la possibilité de pouvoir 'upgrader' le secteur de la réanimation" et ainsi limiter le recours aux déprogrammations.

Au cours du "dernier semestre 2021, le programme fonctionnel que nous aurons envoyé va être épluché par les experts", a continué le directeur. Au premier trimestre 2022, "nous devrions avoir l'avis du Cnis concernant la globalité du dossier", et à ce moment-là deux cas de figure se poseront: "soit il y a encore des réserves que nous devrons alors encore lever, soit il n'y a pas de réserves et le concours de maître d'oeuvre sera alors enclenché".

La livraison du nouvel établissement est désormais prévue pour "début 2029", a indiqué Christophe Bouriat.

Le capacitaire total du projet de 443 lits et places "n'est pas modifié", malgré des ajustements à l'aune de la crise, car "si l'on touche au capacitaire ou aux surfaces" validées par le Copermo "on risque d'avoir du retard au niveau du projet, car les experts vont nous reposer des questions sur la pertinence".

"C'est un dossier qui a suffisamment traîné, les premières réflexions ayant eu lieu en 2007 et 2009", a-t-il souligné.

syl/gdl/ed

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait