Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Ile-de-France: le projet de l'hôpital de Saclay validé par la ministre, avec une aide de 65 M€

LONGJUMEAU (Essonne), 29 juin 2018 (TecHopital) - La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a validé le 20 juin le projet de construction de l'hôpital de Saclay avec une aide de 65 M€, a annoncé le Groupe hospitalier Nord Essonne dans un communiqué.

Ce projet avait reçu l'avis favorable du comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins hospitaliers (Copermo) le 30 mai. Fin février, celui-ci avait jugé "incontournable" la construction du nouvel hôpital du GHNE, établissement issu de la fusion du centre hospitalier d'Orsay et du CH des Deux Vallées (lui-même issu de la fusion des CH de Longjumeau et Juvisy). Mais il avait reporté à fin mai sa décision définitive comportant le montant de l'aide accordée. Le projet avait été déclaré éligible en février 2017.

Le Copermo avait notamment appelé à une révision à la hausse des effectifs et des surfaces prévues, afin de donner au bâtiment une plus grande capacité d'évolution. A l'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France, Didier Jaffre, directeur de l'offre de soins, avait alors témoigné de "l'engagement des pouvoirs publics" sur un dossier qu'il qualifiait de "majeur, très novateur, exemplaire".

Dans son rapport de contre-expertise rendu en janvier 2017, le secrétariat général pour l'investissement (SGPI) avait quant à lui estimé que le coût du projet devait "être réévalué de 30 M€ (+15%)", sur la base de 5.000 m² supplémentaires.

Le projet vise à regrouper en 2024 sur le plateau de Saclay les activités de médecine, chirurgie, obstétrique (MCO) des trois établissements du GHNE, pour notamment répondre à des enjeux démographiques, de vétusté de locaux existants, d'attractivité médicale, et plus globalement moderniser et adapter l'offre de soins sur le territoire du Nord-Essonne.

"Le nouvel hôpital de 416 lits et places, résolument tourné vers l’ambulatoire et les pratiques médicales innovantes, prendra en charge approximativement le même nombre de séjours hospitaliers qu’actuellement. Au besoin, il a été conçu pour pouvoir être rapidement étendu de 63 lits supplémentaires. De très hauts standards de fonctionnalité, de confort et de qualité environnementale seront atteints dans cette structure neuve de 45.000 m², construite sur un terrain de la ZAC [zone d'aménagement concerté] de Corbeville", explique le communiqué.

5.000 m² supplémentaires

Tel que présenté au Copermo, le projet prévoyait une réduction de la capacité totale à 686 lits et places, soit une baisse de 30% (le nouvel hôpital hébergeant 416 lits et places de MCO), et la suppression de plus de 500 emplois en équivalents temps plein (ETP) sur un total de 2.800 ETP (non médicaux et médicaux), rappelle-t-on.

"On a redéposé un dossier avec un peu plus de 5.000 m² supplémentaires", a expliqué Guillaume Wasmer, le directeur du GHNE. "Il y a des zones où il y aura plus de surface -c'est le cas de la biologie-, deux salles de blocs opératoires supplémentaires, plus d'espace pour les consultations", a-t-il précisé. "C'est notamment les secteurs ambulatoire et médico-technique qui ont été agrandis, avec également des possibilités d'extension pour les urgences et les capacités d'hospitalisation."

Quant aux effectifs, le directeur du GHNE a précisé qu'une "dizaine de postes en tout ont été ajoutés sur les maquettes médicales et soignantes".

Le ministère a décidé une aide de 65 M€, soit "50 M€ apportés par le Copermo directement -une subvention de 20 M€ et des aides à l'emprunt de 30 M€- et 15 M€ apportés par l'ARS, notamment pour financer les 5.000 m² supplémentaires, sur ses marges régionales", a ajouté Guillaume Wasmer. Le GHNE "avait intégré une trajectoire financière avec un montant d'aide de 50 M€", a-t-il souligné. Le projet du nouvel hôpital de Saclay représente donc désormais un investissement 215 M€ en valeur finale d'exécution 2024.

"Ce projet est extrêmement restructurant, très ambitieux, il transforme totalement l'offre publique sur un territoire, avec un avis unanime de la communauté médicale, des élus de bords politiques différents, un soutien extrêmement fort de l'ARS", s'est félicité le directeur du GHNE, pointant que "ce n'était pas un projet spontanément compris". Il a salué "la récompense d'un travail énorme effectué".

Le GHNE relève que le nouvel hôpital "s'appuiera sur la richesse de l’environnement du plateau pour s'engager pleinement dans une démarche de recherche et d’innovation". Il "sera numérique, connecté et automatisé. La proximité directe du CEA [Commissariat à l'énergie atomique], qui installera un bâtiment de recherche relié au nouvel hôpital sur une parcelle contiguë, facilitera un engagement fort de l’hôpital et de ses équipes dans une dynamique de recherche clinique."

Le groupe hospitalier entend par ailleurs maintenir, voire renforcer son ancrage territorial, par l’ouverture de centres de consultations et de soins urgents (CCSU) à Juvisy, Longjumeau et Sainte-Geneviève-des Bois, prévus pour prendre en charge plus de 30.000 patients par an et par centre.

"Celui de Longjumeau fonctionne depuis le 4 décembre dernier", a rappelé Guillaume Wasmer, et il a depuis accueilli 7.000 patients. "Le projet est en train d'évoluer vers le concept d'hôpital ambulatoire", a-t-il pointé, puisqu'à côté de l'activité des urgences vont être ajoutées "des consultations avancées en pédiatrie, en obstétrique, en chirurgie et sans doute des activités de médecine, avec de la biologie et de l'imagerie". A terme, "la prise en charge de proximité sera au moins égale à celle qu'il y a dans nos hôpitaux aujourd'hui et la prise en charge sur un plateau technique sera un peu déportée mais de meilleure qualité", a-t-il assuré.

Maintien de la prise en charge de proximité

Les centres de Juvisy et de Sainte-Geneviève-des-Bois ne devraient pas ouvrir avant 2019 ou 2020. Quant au nouvel hôpital, si une "première pierre symbolique" devrait être déposée à l'automne, les premiers travaux doivent démarrer en 2020, pour une livraison du bâtiment fin 2023 et un déménagement terminé à la mi-2024. "En 2021, la fermeture du site de Juvisy et le rapatriement des activités d’hospitalisation à Longjumeau marqueront le démarrage effectif des opérations de restructuration", précise le GHNE dans son communiqué.

Les activités de soins de suite et de réadaptation (SSR) actuellement présentes sur les trois sites seront regroupées dans un bâtiment situé au centre-ville d’Orsay. L’activité de psychiatrie, récemment rénovée, demeurera installée dans ses locaux actuels situés à Bures-sur-Yvette. "Les bases Smur de Longjumeau et de Juvisy resteront elles aussi implantées sur ces communes afin de maintenir une couverture optimale de l’urgence vitale", souligne le communiqué.

"Le pari retenu est celui d’un séquençage des fonctions (ambulatoire - médicotechnique - hébergement) très net et formalisé dans l’architecture même du bâtiment, qui se veut compact. Les flux, exigences et contraintes du futur bâtiment de 5 étages ont été dessinés au fil des mois lors de multiples groupes de travail utilisateurs. Ils sont formalisés au sein du projet technique détaillé qui servira de support à l’architecte que le GHNE sélectionnera à l’issue d’un appel d’offres à paraître au premier semestre 2019", détaille également le groupe hospitalier.

"La conception même du futur bâtiment et ses liaisons fonctionnelles d’hospitalisation ont été pensées autour d’unités d’hébergement de 15 lits, regroupées en plateaux de 45 lits. Cette organisation, particulièrement efficiente, facilitera la prise en charge pluridisciplinaire des patients qui y seront hospitalisés. Les lits de médecine de l’établissement seront quasi intégralement polyvalents, et non affectés à des spécialités comme c’est le cas actuellement", précise-il encore.

"Doté d’un système d’information hospitalier et de techniques de l’information et de la communication (TIC) performants, l’hôpital se fixe l’ambition d’être 'zéro papier'". Il vise par ailleurs "la certification NF Bâtiments tertiaires - démarche HQE adaptée aux établissements de santé". Le communiqué ajoute que "le GHNE travaille à la création d'un 'living lab" qui jouera le rôle d’incubateur, notamment pour les projets de médecine connectée".

Enfin, "une offre particulière à destination des étudiants du plateau sera proposée au sein même de l’hôpital. Un centre de santé, installé dans le pôle ambulatoire et bénéficiant d’un accès privilégié au plateau technique, sera géré par la Fondation santé des étudiants de France".

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions