Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Ingénieurs hospitaliers: les clubs métiers du dispositif Safitech sont "une bulle d'oxygène"

PAU, 19 octobre 2015 (Direct Hôpital) – Les clubs métiers Safitech, qui ont permis de mettre en place des réseaux pluridisciplinaires de professionnels liés aux métiers de la logistique, permettent de faciliter l'échange de bonnes pratiques, a témoigné Jessie Rauch, technicien supérieur hospitalier (TSH), le 7 octobre lors des journées Hopitech.

Elle s'est exprimée lors d'une conférence plénière consacrée à "l'attractivité des métiers techniques et logistiques", dans le cadre de la 21ème édition des journées d'études et de formation des techniques et de l'ingénierie hospitalière (Hopitech). A cette occasion, une restitution des travaux Safitech a été réalisée.

Le dispositif est né en 2012 dans la région Nord-Pas-de-Calais sous l'impulsion de l'Association nationale pour la formation du personnel hospitalier (ANFH) et l'Association nationale des cadres et experts techniques hospitaliers (H360). 

Il a pour objectifs d'élaborer une cartographie des cadres techniques hospitaliers publics, d'identifier les attentes en matière de formation par spécialité, d'établir une cartographie de l'offre de formation régionale existante et de la compléter dans une logique de réseau de professionnels et de dispositifs pédagogiques innovants, a rappelé Armelle Petit, chargée de mission à l'ANFH.

Suite au succès de l'initiative en Nord-Pas-de-Calais, son déploiement dans une dizaine de régions de la moitié Nord de la France est prévue pour 2016, à commencer par l'Ile-de-France, a-t-on appris lors de la conférence.

L’animation du réseau par les professionnels a été identifiée comme l'un des facteurs clés de sa réussite. De là sont nés les "clubs métiers", dont l'objectif est d'être des "incubateurs d'idées".

Le club métier "Safitech Linge" a été créé en mai 2014, a expliqué la référente du club, Jessie Rauch. "Sa composition est multidisciplinaire", a-t-elle souligné. Il est composé de représentants d'une dizaine d'établissements de santé de la région, de partenaires universitaires, d'associations professionnelles et de l'Institut de recherche sur l'entretien et le nettoyage (CTTN-IREN).

Il comprend "aussi bien des acheteurs que des qualiticiens, des responsables logistique ou responsables de production", a témoigné Jessie Rauch. Cette multiplicité d'acteurs, qui échangent sur les mêmes problématiques, "est une bulle d'oxygène", a-t-elle dit. "On n'est pas cloisonné dans sa structure et on étend ses compétences au-delà de son établissement", a-t-elle ajouté.

En un an, le club a ainsi organisé des visites dans cinq blanchisseries hospitalières, ce qui a permis aux visiteurs de découvrir des modes d'organisations différents.

Les clubs métiers ont pour but d'établir des guides de bonnes pratiques. Leur publication est prévue en fin d'année, a précisé à Direct Hôpital Jean-Noël Niort, président de l'association H360.

Dans le cadre du club Safitech Linge, quatre groupes de travail ont été mis en place. Ils ont travaillé sur :
-    La traçabilité et la gestion des flux dans le respect des normes d'hygiène
-    L'organisation d'une production réactive et adaptée au besoin
-    Quel linge ? Quelle utilisation ? Quelle dotation ?
-    Le plan de continuité d'activité en blanchisserie.

Ils ont identifié plusieurs pistes d'amélioration, notamment pour éviter l'injection de linge neuf et ainsi réaliser des économies. Leurs suggestions visent en particulier à mieux développer la communication avec les services et mieux mesurer les consommations et les usages, pour calibrer les dotations de manière plus pertinente.

Jessie Rauch a par exemple cité l'utilisation de puces RFID pour mieux tracer le linge: "au centre hospitalier de Saint-Germain-en-Laye, qui a pucé tous ses draps, nous en avons repéré un qui est resté 400 jours sur un chariot", a-t-elle dit.

Un autre poste d'amélioration est la diminution des retours de linge propre non utilisé, qui doit être obligatoirement relavé après son arrivée en blanchisserie. Les membres du groupe de travail traçabilité ont évalué le surcoût de re-lavage du linge propre à 50.000 euros par an pour un CH de 400 lits. 

Le club métier Safitech Linge s'est aussi ouvert à d'autres personnels de l'hôpital, dans le cadre de visites de structures. "Il a été intéressant de faire visiter des blanchisseries aux cadres de santé, car cela leur a permis de se rendre compte de l'impact de certaines actions", comme par exemple l'envoi au lavage d'un sac mal fermé, a témoigné la TSH.

mb/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda