Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Innovation : le Nord planche sur les chambres et blocs opératoires du futur

PARIS, 17 juin (Direct Hôpital) – Des entreprises du Nord-Pas-de-Calais se sont regroupées pour développer une chambre d'hôpital et un bloc opératoire adaptés aux nouvelles pratiques comme l'ambulatoire. De l'organisation au matériel, leurs produits et services intéressent déjà de nombreux établissements. Une initiative récompensée lors des Trophées de l'innovation des récents Salons de la santé de la FHF.

800 entreprises de la région Nord-Pas-de-Calais fournissent des produits et services pour les établissements de santé. Leur chiffre d'affaires total approche six milliards d'euros. Parmi elles, 150 se sont regroupées au sein d'un club d'entreprises, le Cluster Santé. L'objectif était notamment de répondre à la réforme des achats hospitaliers. "En se regroupant, les hôpitaux ont généré des appels d'offre beaucoup plus gros et diversifiés, auxquels il était difficile de répondre pour des PME", explique le Dr Marc Broucqsault, président d'Altao, cabinet de conseil spécialiste des questions hospitalières et membre du cluster. Le club d'entreprises leur a permis d'atteindre la taille critique pour faire face.
 
Trente entreprises ont alors décidé d'aller plus loin et de mettre en place un véritable laboratoire d'innovation, en association avec le CHRU de Lille. Elles ont réuni différents acteurs (entreprises, personnel soignant, patients, universitaires) pour créer "une chambre adaptée à la façon de travailler des années 2000". Baptisé Concept room, ce prototype d'une chambre d'hôpital du futur a vu le jour en 2012, après huit mois de travaux.
 
Cette chambre dispose de quatre innovations principales :
- le lit du patient est remplacé par un fauteuil mobile, qui se transforme en lit pour la nuit. En journée, il dispose de plusieurs positions pour favoriser les déplacements ou le repos du patient ; en position allongée, il peut s’élever pour parvenir à une hauteur adaptée aux soins et aux transferts en salle d’opération par exemple
- le lit accompagnant. Il s'agit d'un matelas logé à la verticale du mur. En glissant le long du mur, il peut se transformer soit en banquette, soit en lit
- la salle de bain est ouverte, pour faciliter les déplacements du patient. Il est possible de la fermer avec une cloison amovible pour plus d'intimité
- un écran tactile est installé au lit du patient. Il sert à ce dernier (Internet, vidéo, etc.) et au personnel soignant (accès au dossier patient).
 
"Ces quatre innovations vont ensemble, mais peuvent être acquises séparément", explique le Dr Broucqsault. Des commandes pour plusieurs millions d'euros ont déjà été passées. L'écran tactile a été commercialisé en France et en Belgique et intéresse des établissements des Emirats arabes unis. Le lit accompagnant a été installé dans des cliniques du sud de la France et va l'être au CHU de Lille. "Un très gros groupe de cliniques français est intéressé par des chambres complètes", ajoute le président d'Altao.
 
Les trente entreprises impliquées dans ce projet ont créé une société, Clinifit, spécialement chargée de la commercialisation de ces produits. 
 

Un service ambulatoire convivial et hyper-connecté

 
Le Cluster Santé a présenté, lors des Salons de la santé et de l'autonomie, son deuxième projet. Sur 160 m², il a recréé un service de chirurgie ambulatoire complet. En travaillant sur le principe de "la marche en avant", les entreprises – dont la moitié n'avait pas participé au concept room 1 – ont produit trois innovations majeures.
 
L'aménagement du service se divise en trois zones ("accueil et prise en charge", "intervention et surveillance", "rétablissement et sortie") facilitant le travail des soignants et privilégiant la convivialité. Des "cocons" où le patient se déshabille avant l'intervention ont par exemple été créés pour remplacer les chambres. Les patients mettent ensuite leurs vêtements dans des sacs à dos fixés sous le fauteuil-lit. Ce principe d'organisation et ces espaces devraient être commercialisés d'ici la rentrée.
 
Le fauteuil-lit est 3 en 1 (fauteuil-lit, brancard, table d'intervention) et suit le patient tout au long du processus. C'est une adaptation pour l'ambulatoire du lit de la concept room 1. Il est doté d'accessoires médicaux et d'une tablette tactile sur bras articulés. Sa commercialisation devrait intervenir début 2014.
 
La troisième innovation du service est son hyper-connexion. Des bracelets et capteurs sans fil mesurent les paramètres vitaux des patients (saturation en oxygène, rythme cardiaque et rythme respiration), avec retranscription sur écran. Des puces RFID facilitent aussi l'organisation du service. "Ces innovations sont des dispositifs médicaux qui doivent être fiabilisés avant d'être déployés, elles seront donc commercialisées plus tard, fin 2014", précise Marc Broucqsault.
 
D'ici là, le Cluster aura lancé une réflexion sur son opus 3, qui s'intéressera sans doute aux problématiques de la dépendance. A terme, "la commercialisation de tous ces produits devraient rapporter plusieurs dizaines de millions d'euros par an", espère le responsable. Un pas sur la route du "made in France" à l'hôpital. /mb
 

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda