Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

Investissements en santé: Jean Castex donne "le top départ" officiel des délégations de crédits

COSNE-COURS-SUR-LOIRE (Nièvre), 10 mars 2021 (TecHopital) - Le premier ministre, Jean Castex, a donné le 9 mars le "top départ" officiel des délégations de crédits en matière d'investissements dans les hôpitaux, les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et les soins de ville, lors d'un déplacement dans la Nièvre.

Venu à Cosne-Cours-sur-Loire confirmer le lancement d'un plan de relance des investissements sanitaires de 19 milliards d'euros (Md€) sur 10 ans, Jean Castex a confirmé la délégation des 650 millions d'euros (M€) aux établissements de santé, dont la répartition régionale avait été annoncée en novembre 2020 par le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, puis détaillée dans une instruction en janvier.

Il a rappelé les quatre volets et la nouvelle méthodologie qui comprend "une forte déconcentration" et un travail étroit avec les préfets et les élus.

"Seules les opérations de plus de 150 M€ seront décidées au plan national. Nous déconcentrons: confiance aux territoires et à leurs acteurs des territoires. La totalité des crédits sera déléguée aux ARS à qui incomberont d'élaborer une stratégie régionale pour la mise en œuvre du plan dans ses différentes dimensions et de sélectionner les projets qui feront l'objet du soutien de l'Etat", a déclaré Jean Castex.

"Ce travail sera conduit en lien étroit avec les préfets et les élus", a-t-il ajouté. "Tout sera détaillé dans la circulaire que je vais signer ce jour."

Le premier ministre a parlé d'un plan "ambitieux qui fasse évoluer les organisations, qui améliore la performance et les plateaux techniques et qui maille davantage le territoire".

Sur l'enveloppe de 19 Md€ d’investissement sur 10 ans de ce plan "massif", 14,5 Md€ destinés aux établissements de santé seront intégralement délégués aux ARS, dont 6,5 Md€ pour le désendettement et la restauration des capacités financières des établissements, 6,5 Md€ pour les projets d'investissements qui seront retenus et 1,5 Md€ pour l'investissement courant.

Outre le projet du CH de Cosne-sur-Loire et celui déjà annoncé des CH de Saint-Malo et Dinan, plusieurs projets déjà validés sont déjà retenus et d'autres pourront être validés "sans attendre".

Il a indiqué que cela concernait "au moins une dizaine d'opérations d'ici l'été".

Il a précisé que plusieurs sont "en gestation" en Bourgogne-Franche-Comté, dont "la rénovation des urgences du centre hospitalier de Nevers", "la restructuration de l'hôpital d'Avallon [Yonne]", "la modernisation de la réanimation à Lons-Le-Saunier [Jura]" et la plateforme logistique des hôpitaux de Haute-Saône, à Vesoul", a-t-il énuméré en considérant qu'il fallait que ces projets "sortent vite".

La répartition région par région:

Tableau issu du dossier de presse

Par ailleurs, "355 millions d'euros seront alloués aux ARS [agences régionales de santé [ARS] la semaine prochaine pour soutenir l'investissement dans les Ehpad", a-t-il annoncé. "Ces moyens doivent être consacrés au financement d'équipements, à hauteur de 125 millions d'euros, et au soutien des projets de restructurations les plus avancés pour 230 millions d'euros", a-t-il précisé en indiquant à Brigitte Bourguignon, qui était présente, qu'il comptait sur elle pour "ça avance vite".

Le premier ministre a aussi indiqué qu'il avait demandé à Olivier Véran, présent également, de "finaliser très rapidement le financement de plusieurs projets déjà validés". "On ne repart pas à zéro. Les projets dans les tuyaux, il n'en manque pas!", s'est-il exclamé.

"Dans les jours qui viennent, il faut que nous déployions Nancy, Tours, Reims, Argenteuil [Val-d'Oise], Caen. Tous ces projets attendent des financements", a-t-il affirmé en faisant référence à des projets portés par les CHU ou les CH des villes concernées.

"Olivier Véran et moi-même nous rendrons dans le plus possible d'établissements pour les soutenir dans leur mobilisation contre la crise qui est toujours là, mais aussi pour leur dire que l'avenir se prépare et que leur cadre de vie va bientôt changer", s'est-il engagé.

Des détails sur le projet de Cosne-Cours-sur-Loire

Lors son déplacement, le premier ministre a fait un tour dans les locaux du centre hospitalier de Cosne-Cours-Sur-Loire, dont ceux de l'Ehpad, et a échangé avec des soignants et des résidents. Puis il s'est rendu sur le terrain où sera construit le prochain hôpital, avec les trois ministres qui l'accompagnaient et le maire de la ville.

Le directeur général de l'ARS a fait une présentation du projet global qui se monte à 45 M€, dont 27 M€ pour l'hôpital, 5 M€ pour une maison de santé au cœur de la ville et 13 M€ pour l'Ehpad également en centre-ville.

Le projet de cette ville est "un projet transversal d’aménagement du territoire de santé, répondant à la dimension hospitalière, médico-sociale, et aux soins de ville, avec un projet médical d’ensemble" et qui est "intégré aux opérations d’aménagement du cœur de ville".

Il consistera en un site "cœur de ville", rassemblant un Ehpad restructuré d’une capacité de 120 lits et comportant une maison de santé pluriprofessionnelle, un centre d’activité de jour Alzheimer, un pôle d’activités spécialisées Alzheimer, une unité de vie protégée, ainsi qu’une unité d’hospitalisation renforcée. Un second site, dans le sud du territoire, concentrera l’offre de soins hospitalière (hospitalisations, consultations externes, urgences, imagerie, pharmacie).

Lors de la visite de l'hôpital, plusieurs membres du personnel soignant et médical ont souligné le problème qui existe du fait de l'absence officielle de scanner. Un médecin urgentiste a rapporté disposer d'un scanner sur réquisition préfectorale et a souhaité avoir une solution "pérenne". Le premier ministre a répondu qu'il était pour lui "inimaginable que [l'hôpital] n'ait pas de scanner ouvert à la population", donc pas seulement disponible pour les examens hospitaliers.

"Conforter notre souveraineté sanitaire"

Lors de son discours, Jean Castex a aussi présenté les grandes lignes de la nouvelle méthode de choix des projets d'investissements sanitaires, soulignant tout particulièrement la déconcentration qui sera désormais effectuée et dont les détails seront donnés dans une circulaire.

A la fin de son intervention pour présenter le plan de relance des investissements sanitaires, Jean Castex a annoncé qu'après ce volet du Ségur consacré aussi au désendettement d'hôpitaux, un autre volet s'ouvrira pour "conforter notre souveraineté sanitaire".

Les objectifs seront de "créer un environnement propice à une recherche de pointe et qui prenne toute sa place dans le concert international", d’"assurer l'accès aux traitements les plus innovants" et de "créer des synergies avec l'industrie pour garantir notre indépendance", a-t-il souligné sans plus de précisions.

san-sl/gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait