Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Investissements immobiliers à l'AP-HP: "2020 marque une année de bascule" (Arnaud Lunel)

Crédit : Geneviève De Lacour/TecHopital
Crédit : Geneviève De Lacour/TecHopital

(Par Geneviève DE LACOUR, aux Journées de l'architecture en santé)

MENTON (Alpes-Maritimes), 13 novembre 2019 (TecHopital) - Lors des Journées de l'architecture en santé qui se sont déroulées du 28 au 30 octobre à Menton, Arnaud Lunel et Cécile Gambier de l'AP-HP ont présenté une dizaine d'opérations majeures de reconstruction que l'AP-HP va déployer au cours des 10 prochaines années et cela dans le cadre du Grand Paris.

Entre 2020 et 2030, l'AP-HP envisage une reconfiguration de l'offre de soins sur plusieurs de ses établissements, ont expliqué Arnaud Lunel, directeur de la stratégie financière et patrimoniale de l'AP-HP et Cécile Gambier, cheffe de la programmation des opérations majeures à l'AP-HP.

"Les acteurs de santé franciliens ne sont plus les mêmes, avec des groupements hospitaliers de territoire (GHT) très structurés et la création du Grand Paris Express qui change complètement la donne, avec des gares qui seront implantées directement dans les établissements, comme au Kremlin-Bicêtre ou à Henri-Mondor" (Créteil).

"Les opérations majeures, c'est-à-dire les opérations stratégiques supérieures à 30 millions d'euros, monteront en charge, de façon massive, au cours des 10 prochaines années alors qu'elles étaient relativement effacées au cours des dix dernières", a expliqué Arnaud Lunel. "Nous allons presque tripler les montants dédiés aux opérations stratégiques par rapport aux 10 dernières années", a-t-il insisté.

Le nouveau plan, à l'exception de l'Hôtel-Dieu et du siège de l'AP-HP, concerne donc la "stratégie Nord". Avec bien sûr le nouveau campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord et la restructuration complète du site de Lariboisière mais aussi le nouvel Avicenne-Jean-Verdier, la mise en adéquation avec le réseau du Grand Paris, l'hôpital du handicap, c'est à dire le nouveau Garches sur le site d'Ambroise-Paré et enfin la reconfiguration de l'offre gériatrique francilienne.

"2020 marque donc une année de bascule", a fait remarquer le directeur de la stratégie financière et patrimoniale. "Les premières opérations sont livrées, les autres sont en phase concours, étude ou chantier et les dernières opérations arrivent à maturité. Nous allons donc lancer les derniers concours."

Ainsi, l'hôpital Emile-Roux situé à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne), spécialisé dans les personnes âgées souffrant de polypathologies et en perte d'autonomie, sera implanté sur un site remarquable de 22 hectares avec des bâtiments anciens historiques. "Cette construction sera harmonieuse dans l'environnement".

Le projet de construction neuve viendra s'accoler aux bâtiments existants, avec des accès, des flux médicaux et logistiques retravaillés à l'échelle du site. A terme, le site proposera 635 lits de soins gériatriques. Le nouveau bâtiment s'étendra sur une surface de 12.000 m² SDO (surface dans œuvre) pour un prix cible de travaux de 28 millions d'euros.

La consultation pour des travaux en conception-réalisation vient d'être lancée pour une livraison attendue en 2023.

Quant à la reconfiguration des hôpitaux de Paris Seine-Saint-Denis, elle va impacter 3 sites: Avicenne à Bobigny, René-Muret à Sevran et le nouvel hôpital Jean-Verdier à Bondy.

"La tête de pont en sera l'hôpital d'Avicenne avec un plateau interventionnel lourd mutualisé, des recours spécialisés universitaires et une accessibilité de 'qualité' au tramway et à une station de métro", a expliqué Cécile Gambier, cheffe de la programmation des opérations majeures à l'AP-HP.

Le site de René-Muret accueillera une filière d'aval pour les personnes âgées et pour les soins de suite. Le nouvel hôpital Jean-Verdier s'inscrira comme étant un hôpital de proximité, de santé publique, avec une dimension universitaire innovante et une offre multispécialisée de diagnostic et de soins.

Ce nouveau projet médical va engendrer de nombreux transferts de services. "Deux de ces projets seront vraiment restructurants: il s'agit du pôle femmes-enfants sur Avicenne et du nouveau Jean-Verdier", a complété Cécile Gambier.

Le nouveau pôle femmes-enfants d'Avicenne

Le nouveau pôle femmes-enfants correspond au transfert des activités de Jean-Verdier sur Avicenne. Le projet est né de la volonté d'offrir des urgences pédiatriques de qualité mais surtout de rapprocher les secteurs pédiatriques et la maternité, du bloc opératoire d'Avicenne. Au préalable, la crèche existante sera transférée, puis le bâtiment Charles-Perrault va être démoli.

Cette maternité de niveau 2 pouvant réaliser 3.000 accouchements par an sera accueillie dans un bâtiment neuf d'environ 16.000 m², construit sur une parcelle d'Avicenne. Il viendra donc s'accrocher au bloc opératoire existant. "Nous ne savons pas encore si le concours se fera en loi MOP ou en conception-réalisation", a indiqué la cheffe de la programmation. "Il sera lancé au premier trimestre 2020."

La mise en service est prévue pour fin 2024-début 2025.

Le nouveau Jean-Verdier

Conçu pour être un hôpital de proximité offrant des soins de proximité et de premier recours (médecine générale, d'urgence, médecine du sport), le nouvel hôpital Jean-Verdier sera en lien direct avec l'hôpital universitaire d'Avicenne. "C'est un peu le projet d'Hôtel-Dieu de la Seine-Saint-Denis", a souligné Cécile Gambier.

Ce projet intégrera, au cœur de l'hôpital, une maison de santé libérale et la maison médicale de garde de Bondy.

Le projet sera développé sur un foncier appartenant à l'AP-HP, aujourd'hui occupé par des bâtiments à démolir, et situé à l'ouest de l'actuel Jean-Verdier sur une surface d'environ 10.000 m².

Un concours en loi MOP ou en conception-réalisation sera lancé au second ou troisième trimestre 2020.

Seule contrainte de ces deux projets, le nouveau Jean-Verdier et le nouvel hôpital femmes-enfants vont vider les services de l'actuel hôpital Jean-Verdier. Les deux opérations devront donc se faire au même moment.

La mise en service est donc également prévue pour fin 2024-début 2025.

Le nouvel hôpital de Boulogne-Billancourt

Il concerne le transfert des activités de Raymond-Poincaré de l'hôpital de Garches sur le site d'Ambroise-Paré à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Le site de Garches est considéré comme le centre de référence dans la prise en charge des personnes souffrant de handicaps neuro-locomoteurs lourds mais son activité reste inadaptée au site actuel. En effet, il est très mal desservi par les transports en commun, il présente un dénivelé important (pente moyenne de 6%) avec des bâtiments vétustes et des structures pavillonnaires inadaptées à ce type de prise en charge.

Le nouveau site de Boulogne permettra d'améliorer l'accessibilité et de rapprocher les spécialités médicales, chirurgicales et de recherche, actuellement situés sur le site d'Ambroise-Paré. Le futur site comprendra 621 lites et 113 places au total.

"Un travail de réflexion a été mené avec les architectes de l'Union des architectes francophones en santé (UAFS) dans le cadre de la programmation pour aider à réfléchir sur les conditions de fusion de ces deux sites", a souligné Cécile Gambier.

Pendant la construction du nouvel hôpital de Boulogne-Billancourt (un projet de 56.000 m² avec 46.000 m² de surface neuve) le site sera maintenu en activité. "Le phasage sera donc assez compliqué, sachant que la mise en service globale est prévue pour 2027".

"Nous avons décomposé les travaux en 3 phases opérationnelles avec deux phases principales soumises à des consultations importantes. La première phase sera en conception-réalisation pour les bâtiments "entrée" et les bâtiments accueillant le Samu/Smur, les services techniques, les logements et le tertiaire.

La seconde phase est prévue en loi MOP avec dialogue, pour les extensions sud et nord et le bloc hôpital.

"Ce projet de 177 millions TTC a été soumis au Copermo [comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers]. Nous venons de passer la première phase d'éligibilité avec succès", a indiqué la cheffe de la programmation des opérations majeures.

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda